Rockne (1932-1933)

En 1931, Albert Erskine, Président de Studebaker, annonce l’arrivée d’un nouveau modèle pour succéder à l’Erskine : la Rockne, en l’honneur de Knut Rockne, un célèbre footballeur de l’époque, également ami d’Erskine. Malheureusement, Knut Rockne décédera dans un accident d’avion au Kansas en février 1932 avant que la Rockne soit dévoilée. (Article & Photos)

Horch 930 S (1939)

La Horch 930 S, présentée en février 1939 au Salon de Berlin, n’est jamais entrée en production. La seconde Guerre mondiale stoppa son développement. Après l’effondrement du régime nazi, lorsque les usines d’Horch passèrent sous autorité soviétique, sept modèles inachevés seront assemblés, portant le nombre de fabrication à 9 unités en tout. (Article & Photos)

Lincoln Premiere (1956-1958)

Au début des années 50, Lincoln, division de luxe de Ford, montre qu’elle est aussi capable d’embraser la compétition en remportant 3 victoires successives dans la Carrera Panamericana de 1952 à 1954. Pourtant, elle ne participe pas au gros boum des ventes de 1955. L’entreprise est confiante et a raison de l’être lorsqu’elle présente ses modèles 1956 dont la prestigieuse Premiere. (Article & Photos)

Rolls Royce Phantom I Jonckheere Aerodynamic Coupe (1934)

La Rolls aux portes rondes est l’une des voitures les plus intrigantes d’avant-guerre. Carrossé par les ateliers belges Jonckheere, ce coupé, était à l’origine un cabriolet. Les archives concernant sa conception ont été détruites pendant la Seconde Guerre mondiale et à ce jour on ignore le nom de son commanditaire ainsi que celui de l’artiste, auteur de ce design audacieux si loin du classicisme conservateur des Rolls Royce de l’époque.  (Article & Photos)

Osca 1600 GT (1960-1963)

Après avoir cédé leur entreprise à la Famille Orsi en 1937, les trois frères Maserati reviennent à l’automobile dix ans plus tard avec des voitures de course de petite cylindrée sous le nom d’Osca. Ces barquettes MT4 courent dans plusieurs catégories et remportent de nombreux succès. Peu après, une opportunité se présente et pousse Osca à entrevoir la création d’une GT. (Article & Photos)

Lincoln Futura (1955)

En 1955, la Lincoln Futura remplit avec succès sa mission de concept-car.  Elle présente certains traits stylistiques que partageront les Lincoln Capri et Premiere. Après le Salon de Chicago, elle séduit les foules pendant quatre ans lors d’une tournée promotionnelle avant d’être conviée à Hollywood où par le plus curieux des hasards sa reconversion deviendra mythique à Gotham City. (Article, Photos & Vidéos)

Vauxhall Prince Henry & 30/98 (1910-1927)

La Vauxhall 30/98 possède le moteur des "Prince Henry" mais porté à 4.5 litres et 90 ch. C’est l’une des voitures les plus rapides. En version compétition, elle garantit les 160 km/h.  La 30/98 est surnommée la « super excellence », une voiture de tourisme rapide, la publicité de l’époque est assez éloquente : ‘C’est la meilleure voiture de sport. Elle durera des années. Son entretien est presque nul’ (Article & Photos)

Opel Manta (1970-1975)

Au début des années 70, la rivalité continue en Europe entre Ford et Opel. Aussi, lorsque Ford lance sa Capri, Opel se doit de répondre à son tour avec un coupé sportif et familial d’autant plus qu’il dispose d’une gamme de moteurs suffisante et d’une nouvelle plateforme, celle de la berline Ascona, prévue prochainement au calendrier.  La filiale européenne de la General Motors dévoile son coupé nommé Manta en septembre 1970. (Article & Photos)

Citroën ID (1957-1975)

Au salon de Paris 1955 est présentée la révolutionnaire DS. La nouvelle star de Citroën enthousiasme les foules mais son modernisme déroute une partie de la clientèle habituée au conformisme de la Traction. Aussi, lors du retrait en 1957 de cette dernière, Citroën a la bonne idée de proposer une ID, une DS dans le style mais à la mécanique rassurante et vendue à un tarif raisonnable. (Article & Photos)

Maserati Khamsin (1974-1982)

Construite sous l’ère Citroën de Maserati, la Khamsin est présentée sous forme de prototype sur le stand Bertone au Salon de Turin 1972 mais les modèles de série ne commenceront à sortir qu’en 1974. Comme sa remplaçante, la Ghibli, la Khamsin porte le nom d’un vent chaud, dans son cas un vent chaud du désert égypto-libyen. Avec la Khamsin, le Trident embarque des nouvelles technologies d'origine Citroën. (Article & Photos)

Mercedes-Benz 170 H et V (1936-1939)

Les formes innovantes de la Mercedes-Benz 170 H dévoilée en février 1936 au Salon Automobile de Berlin invitent le magazine « Motor und Sport » à écrire que cette voiture est destinée à des propriétaires modernes. Elle utilise un moteur positionné à l’arrière qui est une extrapolation de celui conçu par Ferdinand Porsche avant son départ de chez Daimler-Benz au début des années 30. (Article & Photos)

Riley Elf // Wolseley Hornet (1961-1969)

Deux ans après le succès de la Mini, BMC décide de l’embourgeoiser. Plutôt que de confier cette version haut de gamme à ses constructeurs, Morris et Austin, la corporation britannique choisit d’utiliser deux de ses autres marques, Riley et Wolseley, pour véhiculer l’image de cette Mini dont la luxueuse finition est destinée principalement à la clientèle féminine. (Article, Photos & Vidéo)

Studebaker Lark (1959-1966)

Eloignée par ses formes réduites des vastes voitures américaines de la fin des années 50, la Studebaker Lark innove dans la modernité et le gabarit raisonnable. Première des voitures outre-Atlantique dites « compactes » avant que les trois géants de Detroit ne s’y intéressent, la Lark apporte un souffle nouveau à la marque Studebaker confrontée à ses éternelles difficultés financières. (Article & Photos)

Lancia Aurelia B24 Spider / B24 Convertible (1955-1958)

Après la réussite de son coupé sportif Aurelia B20, Lancia compte profiter de son succès en présentant une version spider dont raffolent les riches Américains. Exploitant la technique sophistiquée du coupé, cette voiture ouverte bénéficiera du talent de Pinin Farina qui réalisera l’une de ses créations stylistiques les plus séduisantes et des plus admirées. (Article, Photos & Vidéo)

Bentley 3 Litre (1921-1928)

Les années 20 sont observées comme la décennie la plus importante de l’histoire de la voiture de sport. Lorsqu’il produit une voiture sous son propre nom en 1919, W.O. Bentley imprime un nouveau style à l’automobile et à la compétition. Considérée comme l’archétype des voitures de sport vintage, la Bentley 3 litre signe la première victoire de la marque en 1924 dans la toute jeune course d’endurance des 24 heures du Mans. (Article & Photos)

Kia Soul (2008-2013)

Le Kia Soul témoigne de l’évolution du genre automobile. Présenté au Salon de l'automobile de Paris en octobre 2008 et commercialisé en janvier 2009, le Soul n’appartient pas clairement à une catégorie donnée. Il se veut surtout citadin, mais sa forme cubique lui donne des allures de petit 4x4. Son nom, Soul, qui signifie âme en anglais, est en fait un lapsus du constructeur sud-coréen qui devait à l’origine lui donner le nom de la capitale de son pays : Séoul. (Article & Photos)

Maserati Indy (1969-1975)

A l’aube des années 70, Maserati présente son premier modèle commercialisé sous la tutelle de Citroën. La nouvelle GT de la marque italienne au trident prend le nom d’Indy en référence à ses deux victoires de 1939 et 1940 aux 500 Miles d’Indianapolis. Avec son habitacle de type 2+2, la Maserati Indy se présente comme la digne descendante de la Sebring arrivée en fin de production. (Article, Photos & Vidéos)

Mercedes-Benz 150 Roadster Sport (1934-1935)

Le Mercedes-Benz Sport Roadster 150 fut présenté pour la première fois en février 1935 à l’International Automobile and Motorcycle Show de Berlin par la Daimler-Benz AG. D’après les archives de Mercedes, cinq véhicules ont été produits, un en 1934 et quatre en 1935. Deux unités ont été vendues mais on ne connait que l’existence d’un seul exemplaire restant.(Article, Photos & Vidéo)

Chevrolet Corvette Rondine (1963)

Le concept italo-américain Rondine (prononcé Ron-di-née) repose sur un châssis de Chevrolet Corvette envoyé des Etats-Unis en 1962 par Bill Mitchell, le patron du design de GM, au carrossier italien Pininfarina. Le styliste Tom Tjaarda prit soin de façonner ce magnifique coupé en vue d’inspirer la nouvelle Corvette. Cette beauté turquoise fut présentée au Salon de Paris 1963. (Article & Photos)

Ferrari 750 Monza Spider (1955)

La Ferrari  750 Monza Spider est l’une des plus rares Ferrari car seules 35 unités de ce spider carrossé par Scaglietti ont vu le jour en 1955. L’un d’eux fut exposé par la marque lors de la première mondiale du modèle à Bruxelles. Développée pour la route mais souvent utilisée en course, la 750 Monza fait partie de la série des Ferrari à moteur Lampredi. (Article, Photos & Vidéos)

Templeton Saturn (Mercury Custom Bob Hope Special) (1952)

En 1948, Lloyd Templeton fait l’acquisition d’un châssis de Mercury complété de son moteur V8 préparé pour la compétition et de la transmission d’une Lincoln Zephyr. A moitié customisée par son ancien propriétaire, la voiture est acheminée chez un carrossier de Des Moines, où la voiture, selon les plans de Lloyd Templeton, sera transformée en une véritable et unique voiture de rêve. (Article & Photos)

Chevrolet Capitol Truck (1927-1928)

Le premier camion léger de Chevrolet fut mis en vente en 1918, la même année que l'incorporation de la Chevrolet Motor Company dans le groupe GM.  Cette série nommée « 490 » entrait directement en concurrence avec la Ford T offerte au même prix de vente. Cependant pas pour très longtemps, car Henry Ford s’empressa de diminuer ses tarifs.  (Article & Photos)

Chrysler CCV (1996)

En 1997, Chrysler ambitionne de construire un petit véhicule pour les pays émergents en s’inspirant du projet TPV (très petite voiture) des années 30 qui donna naissance à notre bonne 2 CV Citroën. Bob Lutz, président de la firme, qui connaît le développement historique de la 2 CV, désigne pour ce projet, son vice-président François Castaing, qui se procure une 2 CV de 1958. (Article & Photos)

Innocenti 950 Spider / 1100 S/ C (1961-1968)

Mondialement connu depuis 1923 pour avoir breveté les tubes d’acier permettant d’édifier des échafaudages pour chantiers, Ferdinando Innocenti se lance avec succès en 1947 dans la fabrication des scooters Lambretta. En 1960, son fils Luigi, le convainc de coopérer avec une firme étrangère pour construire ses voitures en Italie. (Article & Photos)