Auburn 12-160 A / 161A Boattail Speedster (1932-1934)

En 1932, le V12 de l’Auburn 12-160A reçoit un ingénieux différentiel roues-libres Dual Ratio pour désaccoupler le moteur lorsque la pédale d'accélérateur est relâchée. Commandé par un levier au tableau de bord, le système propose deux allures pour chacune des trois vitesses, ce qui permet de modérer la consommation d'huile et de carburant. (Article & Photos)

Peugeot 309 (1985-1993)

Suite aux contre-performances commerciales de sa filiale Talbot, Peugeot décide de son arrêt en 1984. Pourtant, existait à un stade déjà bien avancé le projet C28, développé par PSA, pour le remplacement de la Talbot Horizon. Finalement, celle qui aurait dû s’appeler Talbot Arizona portera la griffe du lion et le numéro 309. Ainsi la Peugeot 309 est lancée le 17 octobre 1985. (Article & Photos)

Audi 100 Coupé S (1970-1976)

A l’automne 1968, la marque aux quatre anneaux présente une voiture sérieuse, moderne et ambitieuse, l’Audi 100. Un an plus tard, au Salon de Francfort, arrive un coupé dérivé de cette berline, l’Audi 100 Coupé S, qui représente le premier modèle réellement sportif de la nouvelle gamme et qui permet à Audi, alors à la recherche d’une identité, de prendre ses marques. (Article & Photos)

Bentley S1/S2 Continental (1955-1962)

Succédant en 1955 à la Continental R, la Continental S1 ne sortit jamais en carrosserie d'usine, et les châssis-moteur furent tous confiés à des carrossiers extérieurs. Non seulement la Continental était alors le coupé quatre places le plus rapide du monde, atteignant la fameuse barre des 120 mph (190 km/h), mais détenait aussi le record du prix de vente : 7 800 000 francs, soit l’équivalent de 8 DS Citroën. (Article & Photos)

Bugatti Type 13 (1910-1920)

Ettore Bugatti s’installe en 1909 à Molsheim, en Alsace, et débute la production de sa première automobile et première sportive de course, la Type 13. Présentée au Salon de Paris 1910, la voiturette 4 cylindres de 1 327 cm3 y remporte un vif succès tout comme en compétition où elle s’impose en quatre ans dans plus de 40 courses grâce à son poids plume et à sa tenue de route exceptionnelle. (Article & Photos)

Chrysler 300 F (1960)

La Chrysler 300 F de 1960 fait partie de l’illustre famille de la « Letter Serie » lancée en 1955 avec la C-300. Onze modèles luxueux à hautes performances vont se succéder tous les ans jusqu’en 1965. Diffusées confidentiellement en raison d’un prix très élevé, les 300 accolées d’une lettre différente à chaque millésime étaient exclusives, raillées aussi bien pour la performance que pour la parade. (Article & Photos)

Jaguar SS 100 (1936-1941)

Au début des années 30, William Lyons, dirigeant de la firme britannique SS Cars (SS pour Swallow Sidecar Company), envisage un avenir automobile plus ambitieux que celui qui consistait alors à recarrosser de modestes Austin Seven. En septembre 1935, il présente le roadster SS 100 2.5 litres, qui comme la berline lancée au même moment, porte le nom de Jaguar et qui sera à l’origine d’une lignée prestigieuse, des XK à la XJS. (Article & Photos)

Simca Vedette (1954-1961)

Lorsqu’en septembre 1954, Simca rachète Ford France, il s’approprie les vastes et modernes usines de Poissy mais aussi la toute nouvelle gamme Vedette dessinée par les stylistes de Detroit, récemment dévoilée au Salon de l’Auto. Ainsi, Simca peut offrir à la France une voiture qui incarne le rêve automobile américaine mais à un tarif deux fois inférieur à celui d’un modèle importé d’outre-Atlantique. (Article & Photos)

Mercury Monterey XM 800 (1954)

Parmi les plus délirants concept-cars des années 50, figure la Mercury Monterey XM 800, créée par la Ford Motor Company pour sa division Mercury. Elle fut présentée en premier lieu au Chicago Auto Show de 1954 avant d’entamer une tournée promotionnelle à travers le pays et fit même une apparition dans le film ‘Woman’s World’ (Les Femmes mènent le monde) en 1954. (Article & Photos)

Chrysler 72 (1928)

Passionné de mécanique, Walter Percy Chrysler débute sa carrière dans les chemins de fer, puis se tourne vers l'automobile. Il envisage de concevoir une automobile moderne, moyennement haut de gamme, performante, mais abordable grâce à son type de production à grande échelle. La première voiture de Walter P. Chrysler est présentée en janvier 1924. Son succès est immédiat. (Article & Photos)

Opel Rekord E (1977-1986)

Présentée au Salon de Francfort en septembre 1977, la nouvelle Opel Rekord sera la dernière d’une lignée qui vit le jour en 1953 sous le nom d’Olympia Rekord. Véritable institution en Allemagne, la Rekord représente la berline familiale conventionnelle, et robuste, qui a beaucoup évolué au fil des ans. La nouveauté de la Rekord E est visuelle avec une carrosserie plus aérodynamique étudiée en soufflerie pour diminuer la consommation. (Article & Photos)

Mercedes-Benz 300 (1951-1962)

Le Salon de Francfort 1951 est marqué par le retour de la marque à l'étoile et son premier nouveau modèle depuis la fin de la guerre. Haut de gamme, la Mercedes 300 offre un confort de première classe et une tenue de route exceptionnelle même en virage, lourdement chargée. Sur routes sinueuses, son châssis très bien amorti procure une sensation de conduite d'une douceur incomparable et exempte de roulis. (Article & Photos)

Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale / SZ Coda Tronca (1959-1962)

En 1954, Alfa Romeo présente la Giulietta. Le succès de ce coupé sportif 2 + 2 nommé Sprint incite le constructeur italien à développer une gamme avec une berline, un spider et un coupé Veloce plus puissant. En 1957, Bertone dessine une autre version de la Giulietta Sprint particulièrement aérodynamique, la Giulietta Sprint Speciale souvent appelée Giulietta SS tandis que Zagato propose en 1959 la SZ et l’année suivante la SZ Coda Tronca.  (Article & Photos)

Alvis 4.3 Litre (1936-1939)

Après la seconde guerre mondiale, un constructeur de Coventry commença à développer des automobiles qui allaient écrire un bon chapitre de l’histoire. Un triangle rouge et un lièvre sur la calandre représentaient le signe de fabrique des véhicules Alvis. Plus tard, le lièvre se transforma en aigle, ce qui correspondait à l’évolution des produits de l’entreprise. (Article & Photos)

Mercedes-Benz 190 SL (1955-1963)

Dévoilée sous sa forme définitive au salon de Genève 1955, la Mercedes-Benz 190 SL se décline en versions cabriolet, coupé et roadster de compétition. Elle ne peut nier sa ressemblance avec la 300 SL qui s'est couverte de gloire sur tous les circuits. Plus racé que sportif, cet élégant cabriolet connaît d'emblée le succès et restera en haut de l'affiche pendant neuf années. (Article & Photos)

Marmon V 16 (1931-1933)

La Marmon V16 de 1931 est l’ultime chef d’œuvre d’Howard Marmon, la plus illustre des voitures produites qui résume à elle seule l’exubérance et l’optimisme foncier des Années folles. Ainsi à la fin des années vingt, malgré la crise économique, cet ingénieur, qui a déjà tout essayé en matière de moteurs, commence à plancher sur le projet d’un modèle de grand prestige animé par un V16. (Article & Photos)

Chrysler C 300 - 300 B (1955-1956)

Sur la voie de la renaissance commerciale, Chrysler a besoin au milieu des années 50 d’une automobile de distinction, rare, élitiste et performante, capable d’attirer l’attention de la presse spécialisée et des consommateurs. La Chrysler C 300 de 1955 sera le premier de ces modèles de référence destinés à une clientèle choisie, appréciant le subtil mélange des performances et d’un luxe discret. (Article & Photos)

Cadillac Coupe DeVille (1954-1955)

Début 1954, Cadillac lance la deuxième génération du coupé DeVille. Initialement créée en 1949 pour désigner un coupé « hard-top » sans montant central entre la vitre de portière et la vitre de custode, l’appellation DeVille est attribuée en 1954 aux modèles de finition supérieure de la Série 62. Le Coupe DeVille a pour objectif premier de confirmer la prédominance de la marque Cadillac dans le créneau des voitures de luxe à large diffusion. (Article & Photos)

Phantom Corsair (1938)

En 1938, Rust Heinz, second fils du richissime H.J Heinz de l’empire du ketchup Heinz, veut créer sa propre voiture. Sorti de l'université de Yale, avec une spécialisation en architecture navale, Rust Heinz a conçu des bateaux à moteur profilés et révolutionnaires. Dès la fin des années trente, il est certain de détenir en lui la vision de la première supercar américaine. (Article & Photos)

BMW X3 (2003-2010)

Suite au succès du X5, BMW présente en 2003 le concept X3 au salon de Detroit. Produit sur les chaînes d’assemblage de l’usine autrichienne de Magna Steyr, le X3 est commercialisé dès janvier 2004. Pionnier sur le segment des SUV compact « premium », le BMW X3 en devient la référence et ne rencontre pas de réelle concurrence avant l'arrivée quasi-simultanée des Audi Q5, Volvo XC60 et Mercedes-Benz GLK en 2008. (Article & Photos)

Delahaye Type 235 (1951-1954)

La Delahaye 235 de 1951 sera la dernière représentante d’une lignée de voitures prestigieuses qui se sont illustrées avant-guerre aussi bien en compétitions que dans des concours d’élégance. Au lieu d’adapter ses produits au contexte d’austérité de l’après-guerre, Delahaye avait fait le mauvais choix de s’en tenir à son domaine d’expertise : les voitures de luxe. Ce qui lui sera fatal. (Article & Photos)

Alvis TD 21 / TE 21 (1958-1966)

Alvis, marque anglaise de prestige, continue sa production semi-artisanale au début des années 50. Mais en 1958, face à la rude concurrence du segment, la marque de Coventry renonce à la berline de luxe pour se consacrer exclusivement aux coupés et cabriolets luxueux avec l’atelier Park Ward. Cet accord trouve sa concrétisation avec la série TD 21 qui cède sa place à la TE 21 en 1963. (Article & Photos)

Packard Darrin Convertible Victoria (1941)

A son retour d’Europe, où il signa des carrosseries pour des constructeurs aussi prestigieux et emblématiques que Rolls-Royce ou Hispano-Suiza, Howard Darrin s’installe à Los Angeles près des stars. Il ouvre un atelier non loin de son magasin d’exposition de Sunset Boulevard dans lequel il conçoit des automobiles sur mesure pour les grandes stars hollywoodiennes. (Article & Photos) 

Matra-Simca Bagheera (1973-1980)

Au début des années 70, Matra s’associe avec Chrysler France (Simca) pour le projet 550, sous la direction de Philippe Guédon, le créateur du futur Renault Espace. Cette GT à la française, à la silhouette anguleuse mais fluide, emprunte son nom au personnage de la panthère noire du ‘Livre de la Jungle’ de Rudyard Kipling : Bagheera. Elle est présentée officiellement à la presse le 14 avril 1973.  (Article & Photos)

Pontiac Tempest Le Mans (1961–1963)

Le 3 novembre 1960, Pontiac dévoile sa première compacte, la Tempest, qui fait preuve d’une grande audace technologique. Elue « voiture de l’année 1961 » par le très sérieux magazine Motor Trend, la Tempest propose différents types de carrosserie. En finition haute dite Custom, le coupé prend le nom de Tempest Coupe Le Mans. (Article & Photos)

Citroën C-SportLounge Concept (2005)

Au Salon de Francfort 2005,  Citroën présente un concept-car d’un nouveau genre qu’il qualifie de Grand Tourer, un véhicule de type monospace qui conjugue dynamisme et qualité de vie dans un seul et même volume. L’association de Sport et Lounge indique que le véhicule se positionne sur un créneau premium revendiquant plus de sportivité et un confort de limousine. (Article & Photos)

Oldsmobile 98 Fiesta (1953)

En pleine période de prospérité, Oldsmobile présente au printemps 1953 un modèle de série limitée nommé Fiesta. Ce sportif cabriolet familial luxueux de la gamme Oldsmobile 98 possède un profil plus bas de 8 cm que le Convertible 98 standard. Construite à 458 exemplaires, l'Oldsmobile Fiesta est la première voiture américaine commercialisée avec un pare-brise panoramique. (Article & Photos)

Renault Espace (1984-1991)

En 1979, Philippe Guédon, dirigeant de Matra Automobiles a pour idée de transposer le concept du « van » américain au marché européen. Il est convaincu que l’avenir de l’automobile passera par l’apparition de véhicules récréatifs familiaux et ludiques. Ainsi naît le monospace, croisement improbable entre une berline et une camionnette aménagée. Un concept novateur accepté par Renault mais qui laissera au début la clientèle perplexe. (Article & Photos)

Victoria 250 (1957-1958)

Au Salon de l’Automobile de Paris en 1954, Harald Friedrich présentait une voiturette à allure sportive du nom de Spatz. Idéal pour les journées ensoleillées, ce roadster à carrosserie en plastique l’était beaucoup moins une fois la capote rabattue en raison de l’absence de portières qui rendait l’accès à bord difficile. La copie fut revue dès juin 1957 dans les usines de motos Victoria à Nuremberg. (Article & Photos)

Ford V8 (1932-1939)

Après la légendaire Tin Lizzie et la Ford A, Henry Ford révolutionne à nouveau l’industrie automobile avec un véhicule qui, par sa conception, suscite l’enthousiasme partout dans le monde. Présentée le 2 avril 1932, la Ford Model 18, voiture de grande série, destinée à une large diffusion, est dotée d'un moteur à huit cylindres en V, moteur réservé habituellement à des véhicules de prestige onéreux, offert à un prix Ford, c’est-à-dire le plus bas de tous les V8 du monde. (Article & Photos)

Alpine A310 1600 VE (1971-1976)

Malgré de retentissants succès en rallye, l’Alpine A 110 est très peu diffusée en raison de son caractère et de son format. Ainsi, à la fin des années 60, la petite firme de Dieppe envisage de faire évoluer sa gamme avec une Porsche 911 à la française. L'Alpine A310, dévoilée au Salon de Genève en mars 1971, présente un design aussi novateur que singulier. (Article & Photos)

AC 428 (1965-1973)

Au début de l’année 1965, Derek Hurlock, propriétaire de la firme britannique AC Cars, envoie au carrossier italien Pietro Frua, auteur de la Maserati Mistral, un châssis légèrement allongé de la Cobra Mk III pour concevoir un spider de luxe. Surnommée AC 428, la voiture est présentée dans sa version cabriolet au Salon d’Earls Court à Londres en 1965 et dans sa version coupé lors du Salon de Genève en mars 1966. (Article & Photos)

Chrysler Town & Country (1946-1948)

A l'origine, les woodies étaient des véhicules à vocation utilitaire destinés au milieu rural. Mais au début des années 40, une clientèle snobe et aisée s'éprit de ces automobiles rustiques à l’esthétique " country ". Chrysler, flairant là une niche de marché à exploiter, proposa à ces citadins une voiture hors norme,  la Town & Country, pour la semaine en ville et le week-end à la campagne. (Article & Photos)

Neckar St Trop (1963-1965)

Lorsque NSU reprend son indépendance en 1958 pour produire ses propres modèles, NSU-Fiat devient Neckar. La plupart de ses modèles ressemblent à quelques détails près aux Fiat de série. Cependant, certains modèles sortent du lot comme en 1963 la St Trop, proposée soit en coupé ou soit en cabriolet et dont le dessin avait été confié à Giovanni Michelotti. (Article & Photos)

Volkswagen Coccinelle (1938-1978)

Née à une époque troublée, la Coccinelle, conçue par le professeur Ferdinand Porsche, était la voiture populaire commandée par le dictateur Adolf Hitler. Outil de propagande pour le régime national-socialiste, elle fut rapidement transformée pendant la seconde Guerre mondiale en engin militaire. Les hostilités terminées, un major britannique lui donna une seconde chance. Espérait-il qu’elle devienne un jour la voiture la plus vendue au monde ? (Article & Photos)

Kissel 6-45 "Gold Bug" Speedster (1919-1928)

Fondée par deux frères immigrés allemands, George et Will Kissel à Hartford dans le Wisconsin, Kissel Kar commença à construire dès 1906 une quatre-cylindres de 34 ch. Après la première Guerre mondiale, la firme simplifie son nom à cause de sa consonance allemande pour n’en retenir que Kissel. Le modèle le plus emblématique de la marque est sans aucun doute la Gold Bug de 1919 avec ses strapontins extérieurs. (Article & Photos)

Honda S360 - S500 – S600 (1962-1966)

En 1960, Honda est le premier fabricant mondial de deux-roues. Deux ans plus tard, le Japonais se lance dans l’’automobile avec une filiation motocycliste évidente et présente une série de petites voitures sportives, encore rustiques mais déjà pleines de caractères grâce à leurs moteurs de moto. La première représentante, la S360, est dévoilée au Salon de Tokyo en 1962. (Article & Photos)

Peugeot Type 184 Landaulet Labourdette (1928)

En 1928, Peugeot proposait au catalogue une luxueuse conduite-intérieure Type 184 et laissait également à une clientèle fortunée la possibilité d'acquérir le châssis nu et de le faire carrosser par le maître-carrossier de son choix. Le Type 184 figurant dans Midnight in Paris de Woody Allen de 2011 a été réalisé par Henri Labourdette. (Article & Photos)

Fiat 600 Multipla (1956-1969)

Présentée au Salon de Bruxelles 1956, La Fiat 600 Multipla est construite sur la base de la berline 600. De 1956 à 1969, elle fut produite exclusivement dans les usines italiennes de Fiat à plus de 240.000 exemplaires. Cette version familiale de la Fiat 600 peut être considérée comme le premier monospace industrialisé et commercialisé de l'histoire de l'automobile. (Article & Photos)

Lamborghini Countach (1974-1990)

En 1963, Ferrucio Lamborghini se lance dans la construction automobile et adopte le taureau, son signe astral, comme emblème. Il donne à toutes ses voitures des patronymes de ces bêtes de combat, sauf une, qui emprunte un mot d'argot piémontais, Countach, une expression généralement lâchée à la vue d'une très belle jeune fille dans la rue. Telle fût l'exclamation de Bertone en voyant le prototype de la seconde Lamborghini à moteur central en 1971. (Article & Photos)

Porsche 718 RS 60 (1960)

En janvier 1960, Porsche présente la 718 RS 60 Spyder, l’évolution finale de la légendaire série de compétition Spyder débutée en 1953 avec le Type 550. Elle répond à la règlementation FIA de 1960, qui exigeait pour les voitures d’endurance, un cockpit élargi, un emplacement pour une valise et un pare-brise d’une hauteur minimale imposée. (Article & Photos)

Studebaker President Speedster (1955)

En 1955, le haut de gamme Studebaker est assuré par la série President. De toutes ses déclinaisons, la plus étonnante est la version « Speedster ». Ce luxueux coupé hard-top est muni de toutes les options que comporte le catalogue maison. La sellerie se drape d’un cuir épais. La planche de bord, en aluminium brossé, est ornée de cadrans Steward-Warner. (Article & Photos)

Renault Juvaquatre / Dauphinoise (1937-1960)

Conçue sous la direction de Louis Renault et lancée en 1937, la ‘Juva’ est la première Renault à carrosserie monocoque et suspension avant indépendante (par ressorts à lames transversales). Au terme de la Seconde Guerre mondiale, sa fabrication est reprise par la Régie nationale qui la maintiendra alors au catalogue Renault jusqu’en 1960 dans son ultime version la Dauphinoise. (Article & Photos)

Buick Electra (1959-1960)

En 1959, Buick laisse tomber le nom de Roadmaster attribué au modèle le plus luxueux de sa gamme pour celui d’Electra. Représentante du plus mythique millésime des full-sizes des années cinquante, l’Electra rayonne d’une majesté sans pareille. De ce somptueux vaisseau orné d’ailerons au long cours nommés Delta Wings, émanent une élégance aérienne, une sobriété contenue et une extravagance maitrisée. (Article & Photos)

Alfa Romeo 2000 (1958-1961)

Alfa Romeo présente au salon de Turin 1957 sa nouvelle berline de classe supérieure pour succéder à l’Alfa 1900, la 2000. Dès sa présentation, elle est disponible en deux versions : Berline quatre portes 5 places, dessinée par les bureaux Alfa Romeo, et Spider dessiné et construit par le carrossier milanais Touring, qui a toujours travaillé en étroite collaboration avec Alfa Romeo. (Article & Photos)

Locomobile (1899-1929)

La marque automobile américaine Locomobile fut fondée en 1899 par Amzi L. Barber et John B. Walker à Watertown, Massachussetts, pour produire les voitures à vapeur des frères Stanley. En 1902, Barber construit sa première voiture. Elle obtient un tel succès qu'il abandonne la vapeur en 1903 et se consacre à la production de grosses voitures coûteuses. (Article & Photos)

Ferrari 328 GTB/GTS (1985-1989)

En 1985, Ferrari fait évoluer les 308 GTB/GTS qui étaient en tête de la production de la firme de Maranello depuis une dizaine d’années : 328 GTB pour le coupé, et 328 GTS pour le Spider. On devine par la nouvelle désignation des voitures l’augmentation de cylindrée du V8 à 3 200 cm3 avec une puissance portée à 270 ch et une vitesse maximale de 263 km/h. (Article & Photos)

Volvo XC90 (2002-2014)

Volvo est, dès 1997, l’une des premières marques à croire au break de loisir 4x4 avec son V70 XC.  Le marché américain des SUV pousse ensuite la firme scandinave à enfoncer davantage le clou avec le XC90. Présenté au Salon de Detroit en février 2002,  l’imposant SUV suédois offre des prestations routières de premier ordre, grâce à une transmission intégrale gérée électroniquement et à divers systèmes de contrôle de stabilité. (Article & Photos)

Peugeot 605 (1989-1999)

Lancée en septembre 1989, la Peugeot 605 marquait le retour de la marque au Lion dans le créneau des berlines haut de gamme. Pourtant, avec ses problèmes techniques, la ‘605’ faillit mettre à mal l’image même de sérieux et de fiabilité de la firme sochalienne. Mais finalement, après une opération de corrections, elle réussira à redorer son blason. (Article & Photos)

Mercury Montclair (1955-1957)

En 1955, Mercury, marque intermédiaire de la Ford Motor Company, qui se situe entre les Ford populaires et les luxueuses Lincoln, est à l’honneur au cinéma avec la version coupé de sa Eight 1949, pilotée par James Dean dans La Fureur de Vivre. Cette année-là, Mercury propose trois modèles à son catalogue : la Custom, la Monterey et le nouveau haut de gamme : la Montclair. (Article & Photos)

AC Six  (1921-1940)

En 1919, John Weller conçoit un moteur 6-cylindres en ligne très moderne. Cependant, l’AC Six n’est présentée au Salon de Londres qu’en 1921. La voiture séduit Selwyn Francis Edge, ancien ingénieur en chef des automobiles Napier et pilote renommé de l’époque édouardienne, qui prend le contrôle d’AC Cars Ltd en 1922 pour pousser la firme anglaise vers la compétition et les records. (Article & Photos)

Dodge Dart (1963-1966)

Née full-size en 1960, la Dodge Dart devient l’une des représentantes de la nouvelle vague des voitures compactes américaines aux dimensions proches des modèles européens dès la troisième génération présentée en 1963. La Dart porte en elle les derniers traits stylistiques de Virgil Exner avant son départ du groupe Chrysler et ceux de son successeur Elwood Engel. (Article & Photos)

Hillman Super Minx (1961-1966)

Le 5 octobre 1961 au Salon de Paris, Hillman, du groupe britannique Roots, présente sa nouvelle berline familiale, la Super Minx, qui se distingue avec ses phares simples surmontés d’une casquette qui intègre les clignotants. L’Hillman Super Minx possède une carrosserie pratiquement identique à celle d’une autre voiture du groupe Roots, la Singer Vogue sortie en début d’été, à l’exception de la face avant, du capot et des feux arrière. (Article & Photos)

Ford Ranchero (1957-1959)

En 1957, Ford introduit la Ranchero, un véhicule à mi-chemin entre un coupé et un pick-up. Le géant américain tenait à associer ce véhicule à l'image de la Californie Hispanique. Ceci n'était pas anodin car Ford voulait concevoir un véhicule destiné avant tout aux fermiers américains, désireux du côté pratique d'un pick-up, sans pour autant perdre les avantages esthétiques d'un coupé racé. (Article & Photos)

MG YT (1948-1950)

En 1947, MG complète sa gamme qui n’était plus constituée que de la Midget TC, en présentant la berline “Type Y” 1 litre ¼. Elle dérive étroitement d’une étude réalisée au début de la guerre, baptisée MG Ten, adaptée elle-même de la Morris Ten. Ce « Type Y » bénéficie d’une innovation majeure, pour la première fois sur une MG de série : la suspension à roues indépendantes à l’avant. (Article & Photos)

Renault Rodéo (1970-1987)

Inspiré par le succès de la Citroën Méhari, Renault commercialise à son tour en 1970 un véhicule découvrable tous chemins : la Rodéo. Elle n’est pas un pur produit de la Régie mais des Ateliers de Construction du Livradois dirigés par Raoul Teilhol. Vendues sous le logo ACL jusqu’en juillet 1976, les Rodéo perdront alors leur logo ACL pour récupérer le Losange Renault sur la calandre, intégrant ainsi à part entière la gamme de ce constructeur. (Article & Photos)

Ford Thunderbird (2001-2005)

Dévoilée le 3 janvier 1999 au Salon de Detroit, la Ford Thunderbird du IIIe millénaire ne prend officiellement son envol qu’en 2001. Avec cette onzième génération, Ford renoue avec l’esprit du modèle original de 1955. A l’époque, Ford l’avait qualifiée de première voiture personnelle, un véhicule grand public doté d’équipements luxueux et de qualités sportives. (Article & Photos)

Packard (1955-1956)

Tout en étant en équilibre instable financièrement, Packard cherche à se sortir de cette situation par l’innovation en présentant une nouvelle génération de modèles pour 1955. L'esthétique de la nouvelle gamme se caractérise par des lignes tendues, des feux arrière " cathédrale ", des phares avant dotés de visières, et une calandre plus expressive que celle de la génération précédente. (Article & Photos)

BMW Série 1 (2004-2011)

Présentée en avril 2004, la Série 1 marque un tournant important dans l’histoire de BMW qui devient un constructeur généraliste en étant présent sur toutes les catégories du marché. Véritable propulsion servie par des moteurs essence et diesel, brillants et tonique, la Série 1, au style très fort et très personnel, s’attaque au segment des compactes haut de gamme dominé par l’Audi A3. (Article & Photos)

Chrysler New Yorker (1960)

Dévoilée le 16 octobre 1959, la nouvelle Chrysler New Yorker est largement remaniée stylistiquement. Son impressionnante calandre en forme trapézoïdale entourée d’un large bandeau en aluminium est montée en retrait par rapport à la partie supérieure du capot. Elle est ornée du nouveau logotype pour 1960, le « Golden Lion », indiquant la présence du dernier V8 nommé ainsi. (Article & Photos)

Saab 9-X-Air Concept (2008)

Après le concept 9-X-BioHybrid exposé au Salon de Genève 2008, Saab présente quelques mois plus tard sa variante découvrable au Mondial de Paris. Le prototype 9-X Air dévoile l’aspect que pourrait prendre un futur cabriolet selon Saab. Il présente un style de toit unique, le « Canopy Top » – brevet déposé – et le style ramassé d’une voiture de sport, avec la possibilité de transporter quatre personnes. (Article & Photos)

Fiat Abarth Coupé 1000 OTR (1965-68)

Lancée par Fiat en 1964, la 850 est vite ensorcelée par Carlo Abarth, qui transforme la paisible petite voiture populaire en « bête » à circuit. Dès que Fiat commercialise en mars 1965 les 850 Coupé et Spider, le préparateur récidive en proposant en septembre les dérivés OT 1000 Coupé et Spider et OTR 1000 Coupé et Berlinette. (Article & Photos)

Renault Vel Satis (2001-2009)

Réalisé en 1998 pour fêter le centième anniversaire de la naissance de Renault, le concept-car Vel Satis inaugurait la nouvelle identité visuelle de la marque. Dévoilée au Salon de Genève en 2001, la version de série diffère mais montre que Renault est allé très loin dans sa logique de « créateur d’automobiles » en abordant le thème de « voiture à vivre ». (Article & Photos)

Cadillac 'Jacqueline' Coupé Pininfarina (1961)

La Jacqueline représente une voiture unique en lien avec deux des noms les plus mythiques du monde automobile, Cadillac et Pininfarina, baptisée en l'honneur d'une des femmes les plus charismatiques du XXe siècle, Jacqueline Kennedy, l'épouse du président des États-Unis fraîchement élu, John F Kennedy. La voiture fut présentée au Salon de Paris 1961, le dernier au Grand Palais. (Article & Photos)