Opel Rekord (1953-1963)

La Saga des Opel Rekord débute en avril 1953 au Salon de Francfort, bien que le nom Rekord soit encore à cet instant associé au modèle Olympia pour designer sa finition supérieure. Cette voiture robuste signera en plusieurs générations et trente-trois années le plus grand succès commercial de l’après-guerre avec près de 7 millions d’unités produites. (Article & Photos)

Simca Aronde P 60 (1958-1963)

Présentée en août 1958, la Simca Aronde P 60 « roule à vos couleurs » avec le choix entre 32 coloris et harmonies des couleurs ! La plupart des modèles peuvent être, sans supplément de prix, livrés en deux tons. Cet exploit industriel, nous dit la publicité, a été rendu possible par l’utilisation de techniques révolutionnaires, tel l’ « orgue à couleurs » de Poissy, cerveau électronique qui dirige l’exécution d’une demande personnelle. (Article & Photos)

Ford Thunderbird (1955-1957)

En lançant la Thunderbird en 1955, Ford propose une interprétation typiquement américaine de la voiture de sport. Fascinante à contempler, la T-Bird, son surnom, séduit par sa ligne particulièrement fuselée, son confort, la souplesse et le silence de son V8. Succès gigantesque sur le marché américain, la T-Bird, sans prétentions purement sportives, symbolise la voiture de tourisme rapide. (Article & Photos)

Renault Estafette (1959-1980)

L’Estafette, l’incontournable utilitaire de la Régie Renault, est le véhicule emblématique des trente glorieuses, participant à son essor économique. L’Estafette répondait aux besoins des artisans, des marchands de glace, des itinérants boulangers ou charcutiers de campagne sans oublier la Gendarmerie Nationale. L’Estafette marquait aussi un tournant important dans l’histoire de Renault en étant son premier véhicule à traction avant. (Article & Photos)

Fiat Panda (1980-2003)

Voiture économique et pleine d’astuces, la Panda est la grande nouveauté Fiat pour les années 80. Conçue en étroite collaboration avec Ital Design avec pour ligne de conduite une grande simplicité de fabrication, la Panda est la voiture facile à vivre et à entretenir. Pendant ses 23 ans de carrière, elle sera longtemps la première voiture des jeunes ou le second véhicule de la famille séduits autant par son prix que par son côté pratique. (Article, Photos & Vidéo)

BMW 1600 GT (1967-1968)

Après le succès populaire de la Goggomobil, Glas devient plus ambitieux et profite de la malchance de son compatriote Borgward, ayant fait faillite, pour négocier avec le carrossier Frua le dessin alors effectué pour l'autre constructeur allemand. Cette Glas GT deviendra BMW 1600 GT en 1967,  quand à son tour, Glas, victime de problèmes financiers, sera racheté par BMW. (Article & Photos)

Delage Type R (1910-1913)

Avant la première guerre mondiale, Delage se bâtit une flatteuse réputation par le soin apporté à la fabrication de ses voitures qui se démarquent déjà des autres modèles populaires de l’époque. La voiturette Type R de 1910 témoigne de cette qualité supérieure et laisse présager l’inscription du nom Delage au panthéon des voitures de prestige.(Article & Photos)

Mercedes 230/250/280 SL « Pagode » (1963-1971)

Présentée au Salon de Genève en mars 1963, la Mercedes 230 SL en surprend plus d’un avec une ligne originale signée par Paul Bracq. Le designer français prend à contre-pied le style galbé de la 190 SL qu’elle remplace. La 230 SL se singularise par son toit en forme de pagode, un trait de style qui la popularisera aux yeux du grand public et donnera son surnom à la voiture. (Article, Photos & Vidéos)

Peugeot 308 (2007-2013)

Présentée à la presse le 27 juin 2007 à Guebwiller en Alsace, la Peugeot 308 succède à la 307. La nouvelle compacte partage sa plate-forme avec la Citroën C4, mais aussi son usine, à Sochaux, le fief du constructeur au Lion. Elle brille par un comportement routier équilibré et dynamique et une impression d’espace procurée par la généreuse garde au toit. (Article, Photos & Vidéo)

Studebaker Hawk Series (1956-1964)

Au milieu des années 1950, Studebaker engage au prix d’un contrat exorbitant le bureau new-yorkais de Raymond Loewy pour restyler sa gamme de coupés Starliner de 1953 dont les ventes commencent à s’essouffler. Les nouveaux modèles constitués du millésime 1956 prennent le nom de Hawk (faucon en anglais) dont le point commun est une massive calandre à maillage chromé. (Article & Photos)

BMW Série 3 (2005-2012)

En mars 2005, BMW commercialise la cinquième génération de son modèle phare, qui représente 40 % de son chiffre d’affaires : la Série 3. Le renouvellement s’opérant dans un contexte économique difficile, pas question de prendre des risques. Ce qui explique sans doute une évolution stylistique sage et pour le moins étonnante quand on sait que la direction du design est toujours confiée au fantasque Chris Bangle. (Article, Photos & Vidéo)

Alfa Romeo 8C 2300 (1931-1934)

Au tout début des années 30, Alfa Romeo a besoin d’un nouveau modèle pour rester compétitif sur la scène sportive internationale et donner un nouveau souffle à son image de marque. La firme italienne possède en la personne de Vittorio Jano, l’un des plus grands ingénieurs d’avant guerre qui crée en partant sur les bases de la 6 C 1750, ce qui est l’un de ses chef-d’œuvre , la 8C 2300 à huit cylindres en ligne. (Article, Photos & Vidéo)

Renault 12 (1969-1980)

Modèle phare de la Régie Renault des années soixante-dix, la R12 tournait la page du tout à l’arrière pour la traction avant et faisait des infidélités au hayon en optant pour une carrosserie trois volumes avec malle arrière classique pour mieux cibler le marché international. En France, elle sera la voiture la plus vendue en 1973. (Article, Photos & Vidéos)

GM LeSabre (1951)

Dans le sillage du succès de la Y-Job, Harley Earl et les stylistes de GM reçoivent encore plus de liberté pour leur deuxième concept car, la LeSabre. Inspirée du chasseur à réaction F86 Sabre, la LeSabre est un véritable laboratoire expérimental sur roues. Elle est présentée au Salon de Paris 1951 avec sur ses ailerons des petits drapeaux américains et français entrecroisés. (Article & Photos)

Le premier long trajet de l’histoire de l’Automobile

En 1886, les associés de Karl Benz condamnaient son obsession envers la première voiture au monde qu’il venait de breveter. Ils considéraient cette expérience sans lendemain au lieu de consacrer son temps à produire des moteurs à gaz. La voiture automobile constituait une telle nouveauté que personne n’était en mesure d’estimer son importance ni d’ailleurs préparé à donner un peu d’argent durement gagné pour en acquérir un exemplaire. (suite)

Volkswagen Combi (1950-1979)

Symbole d’une jeunesse en quête de liberté et d’aventures, le VW Combi s’est imposé comme le véhicule préféré des routards des années soixante pour les emmener aux quatre coins du monde. D’une solidité proverbiale, le Combi est aujourd’hui une légende roulante, souvent copié jamais égalé. Il est considéré comme l’ancêtre des camping-cars. (Article, Photos & Vidéos)

Volvo P 1800 (1960-1972)

Dévoilée en 1960, la Volvo P1800 reçoit un prix en Californie pour son design très séduisant. Excellente sportive, mais également formidable routière, la Volvo P1800 consolide la réputation de la marque : robustesse et fiabilité. Pour preuve, le 17 septembre 2013, Irv Gordon établissait le record mondial du plus haut kilométrage automobile avec sa P1800 S acquise neuve en 1966 en ayant parcouru 3 millions de miles soit près de 5 millions de kilomètres. (Article & Photos)

Maxwell (1904-1925)

En 1909, il existait plus d’une centaine de constructeurs automobiles aux Etats-Unis. La marque Maxwell s’était hissée rapidement dans le podium de tête derrière Ford et Buick. Mais à vouloir grandir trop vite, on peut se brûler les ailes. L’homme de la situation sera Walter Percy Chrysler. Ce gestionnaire était réputé pour ses missions de sauvetage d’entreprises. Cette étape fatale marquera la fin de Maxwell et le début de Chrysler. (Article & Photos)

Fiat 1400-1900 (1950-1959)

Présentée en 1950, la Fiat 1400 est la première voiture à avoir été conçue après la Seconde Guerre mondiale. Elle bénéficie de nouvelles technologies et le constructeur adopte pour la première fois une caisse autoporteuse au lieu du traditionnel châssis. Considérée comme le haut de gamme de la marque, elle se décline en version diesel et arbore des finitions encore plus luxueuses avec l’arrivée de la 1900 dès 1952. (Article & Photos)

Peugeot 304 (1969-1979)

En 1969, la 304 est la solution Peugeot pour ceux qui trouvent la 204 trop juste, la 404 démodée et la 504, financièrement au-dessus de leurs moyens. Pour séduire habilement les fidèles du Lion, la 304 reprend des éléments esthétiques de la 204 pour en devenir une version allongée et modernisée ainsi qu'une face avant inspirée de la toute nouvelle 504, ce qui lui assure un succès commercial dès sa sortie. (Article & Photos)

Cadillac Allanté (1987-1993)

Premier roadster Cadillac depuis les années 30, l’Allanté, qui porte la griffe Pininfarina, a coûté plus d’argent à Cadillac qu’elle ne lui en a rapporté. A ce jour, le coupé italo-américain demeure encore le véhicule ayant nécessité la plus longue chaîne de montage au monde, un titre mémorable pour un pont aérien de plus de 10 000 km de long ! (Article & Photos)

DKW Sonderklasse 3=6 (1953-1959)

Les quatre anneaux des Audi contemporaines témoignent du passé de la marque lors de l’alliance passée en 1932 avec trois autres constructeurs allemands, DKW, Horch et Wanderer pour devenir Auto Union et faire face à la crise économique. Après le second conflit mondial, DKW reprend ses activités avec la production d’une voiture populaire dont la particularité est d’utiliser une mécanique 2-temps et bicylindres. (Article, Photos & Vidéos)

Ferrari 250 GT Tour de France (1956-1959)

La Ferrari 250 GT Tour de France est une nouvelle déclinaison de la 250 GT première du nom dite Europa de 1954. La berlinette Scaglietti, que l’on n’appelle pas encore « Tour de France » apparaît en 1956. Elle est destinée à courir dans la catégorie GT qui était jusqu'à ce moment-là négligée par Ferrari. (Article, Photos & Vidéo)

Simca 1100 (1967-1981)

Enorme succès commercial, la Simca 1100 est la plus importante vente de la marque avec plus de deux millions d’exemplaires produits. Considérée comme l’ancêtre des voitures compactes françaises actuelles, la 1100 jouissait à sa sortie de choix techniques résolument modernes. En 1972, elle sera la voiture la plus vendue en France et la berline la plus rapide des 7 CV. (Article & Photos)

Volkswagen Scirocco (1974-1992)

Au début des années 1970, Volkswagen se tourne vers la modernité pour renouveler sa gamme vieillissante, abandonne le tout-à-l’arrière pour la traction avant et profite d’un marché automobile en plein essor pour proposer un éventail de véhicules différents. Après la Passat de 1970, un nouveau vent chaud amène en mars 1974 la Scirocco devançant de quelques mois la Golf dont elle partage les organes mécaniques. (Article & Photos)

Triumph Stag (1970-1977)

« Jamais deux sans trois ! » se dit Triumph. Après le succès de ses petites sportives TR et Spitfire, l’ambitieux constructeur anglais compte bien marquer les années soixante-dix avec un rapide cabriolet de Grand Tourisme aux lignes très personnelles, arborant un cerf bondissant sur sa calandre : la Stag. (Article, Photos & Vidéo)

Chevrolet Chevelle (1972)

En 1972, la Chevelle, qui représente la Chevrolet de taille moyenne, est l’une des voitures les plus populaires aux Etats-Unis. Avec ce millésime, elle se place numéro deux des ventes du pays. Chaque modèle de la gamme trouve sa clientèle, comme la publicité de l’époque le souligne, il y en a pour toutes les bourses mais la préférence revient à la version Malibu avec ses quatre déclinaisons. (Article & Photos)

Opel Manta B (1975-1988)

Présentée à l’automne 1975 au Salon de Francfort, la nouvelle Opel Manta répond, comme la génération précédente vendue à plus d’un demi-million d’exemplaires, à la demande d’une large clientèle désirant un coupé sportif mais familial proposé à un prix attractif. Avec ses différentes motorisations et ses deux carrosseries, la Manta B séduit et connaîtra également une carrière sportive couronnée de succès. (Article & Photos)

Mercedes-Benz Classe C (2007-2014)

Avec sa troisième génération de Classe C en 2007, Mercedes-Benz tient à se distinguer en proposant deux calandres pour une même familiale. La Classe C statutaire et discrète est représentée par l’«Elegance et Classic» avec l’Etoile implantée au sommet de la calandre chromée tandis que le second « esprit » répond à la sportive « Avantgarde » avec une calandre au design dynamique qui intègre l’Etoile en son centre en évoquant les grands coupés de la marque.(Article & Photos)

Porsche Boxster 986 (1996-2004)

Au Salon de Detroit 1993, Porsche dévoile une étude de style répondant au nom de Boxster, la fusion de « boxer » en référence à son légendaire 6-cylindres à plat et « roadster » cabriolet deux places. Il faudra attendre le Salon de Paris 1996 pour découvrir la version définitive, le Type 986, qui permettra à Porsche de sortir d’une difficulté industrielle majeure, mais aussi de sa monoculture du « tout-à-l’arrière ». (Article & Photos)

Honda Prelude (1978-1982)

Dans les années soixante-dix, Honda, comme les autres constructeurs nippons, s’implante progressivement dans le paysage automobile mondial en proposant des modèles intéressants et séduisants. La gamme Honda est certes encore limitée avec la berline Accord et la fameuse compact Civic, mais en novembre 1978, s’ajoute au catalogue, la Prelude, un coupé à la ligne originale, à la mécanique sérieuse et présentant un équipement raffiné. (Article & Photos)

Škoda Popular Monte Carlo (1937-1938)

En 1936, la Škoda Popular remporte le Rallye Monte-Carlo dans la catégorie des moins de 1 500 cm3. En hommage à cette victoire, une version 'coupé' exclusive aux lignes aérodynamiques est présentée. La Popular Monte Carlo porte fièrement l’emblème de la flèche ailée qui, à cette époque, était synonyme de robustesse et de nervosité, obtenue dans les épreuves d’endurance et les rallyes. (Article & Photos)

Toyota MR2 (1989-1999)

Lancée en 1984, la première génération de Toyota MR2 (pour Midship Runabout 2-seater), au style cunéiforme inspiré de la Fiat X1/9, est une belle réussite commerciale, bien que non commercialisée en France et en Italie. En décembre 1989, Toyota présente la MR2 phase 2 ou SW20, qui en France, pour ne pas fâcher les acquéreurs avec sa fâcheuse phonétique, portera le nom de MR. (Article & Photos)

Cadillac DeVille (1960-1961)

Les ailerons caractéristiques des Cadillac atteignirent une hauteur insensée sur le modèle 1959. Cette caractéristique stylistique portait la signature du designer Harley Earl fasciné par les thèmes aéronautiques. Mais, quand ce dernier part à la retraite, son successeur, Bill Mitchell, adopte un style plus sage, moins flamboyant et délirant, qui progressivement va s’installer. (Article & Photos)

Chevrolet Chevelle Laguna S-3 (1974-1976)

Présentée pour la première fois dans la gamme Chevelle en 1973, la Laguna est la version luxueuse de ce modèle intermédiaire proposé par Chevrolet et décliné en sedan ou en familiale Estate. Cependant l’année suivante, la Laguna est toujours présente au catalogue mais change de registre en évoluant en Laguna S-3 pour remplacer la Chevelle SS, qui s’était lancée dans la bataille des muscle-cars au milieu des années soixante. (Article & Photos)

Alfa Romeo 147 (2000-2010)

En lançant des modèles à vocation sportive et en cherchant à conquérir de nouveau conducteur, Alfa Romeo peaufine son image de marque passion grâce à son style latin toujours plus séduisant. Elue voiture de l’année 2001, l’Alfa Romeo 147 fait l’unanimité sur son esthétique. Un concert de louanges sans réserve salue le travail du designer Walter Da Silva, qui, pour l’avant de la 147, s’est inspiré des anciennes Giulietta Zagato. (Article & Photos)

Oldsmobile F-88 I, II et III (1954-57-58)

Pour la tournée Motorama de 1954, General Motors propose un concept-car petit et doré, empruntant le châssis de la toute première Chevrolet Corvette. Présentée sous la marque Oldsmobile, cette F-88, ne sera produite qu’à quatre exemplaires pour éviter une compétition intestine avec la Corvette, pour laquelle Chevrolet avait fortement investi et dont les premières ventes se révélaient plutôt décevantes. (Article & Photos)