Citroën BX (1982-1993)

Lancée octobre en 1982, la BX est la première Citroën de grande série dont le dessin n’a pas été réalisé par le centre de style maison, mais en Italie chez Bertone, par le designer Marcello Gandini. A sa sortie, la BX a bénéficié d’une tapageuse série de spots TV orchestrés par le publicitaire Jacques Séguéla, dans lesquels Julien Clerc chantait le slogan « J'aime, j'aime, j'aime les routes bleues, les routes Citroën » (Article, Photos & Vidéos)

Volvo 140 (1966-1974)

Chez Volvo, la volonté affirmée de construire des autos faites pour durer longtemps explique la longévité de ses modèles robustes et confortables. Avec une belle constance, l’initiateur de la ceinture de sécurité a fait de la sécurité passive une priorité récurrente. La nouvelle gamme 140, présentée à la presse en 1966, n’échappe pas à la règle en étant truffée d’innovations qui deviendront ensuite la norme chez tous les concurrents. (Article, Photos & Vidéo)

Mercedes Simplex (1902-1909)

En 1902, Daimler vendait ses voitures particulières sous la marque Mercedes-Simplex, le nom de Daimler étant réservé aux véhicules utilitaires. La Mercedes Simplex 60 HP pouvait remplir les fonctions d’une Rolls-Royce et d’une voiture de formule 1. Elle plaçait la firme allemande à la pointe de la mode et de la technique. En 1904, c’était la voiture à acheter si vos moyens vous le permettaient et à copier si vous étiez un constructeur ambitieux. (Article & Photos)

Alfa Romeo B.A.T (1953-1954-1955-2008)

Lors du Salon de Turin 1953, le designer Franco Scaglione présente pour la Carrozzeria Bertone l’une des plus extravagantes voitures d’exposition dans le domaine de l’aérodynamique. Les initiales « B.A.T. » renseignent sur l’étude menée sur le modèle : ”Berlinetta Aerodinamica Tecnica”. Portant le numéro 5, il est le premier d’une série de trois. (Article, Photos & Vidéo)

Volvo P1900 (1956-1957)

Curieux et insolite cabriolet, la Volvo P1900 est une tentative du constructeur suédois dans les années 50 pour pénétrer le marché américain qui raffolait des petits roadsters sportifs provenant d’Europe. Mais la P1900 ne connaitra qu’une carrière éphémère, jugée trop loin des standards de qualité de la marque et ne sera produite qu’à une poignée d’exemplaires. Aujourd’hui de par sa rareté, elle est un objet très recherché et convoité. (Article, Photos & Vidéo)

Fiat 124 Sport Coupé (1967-1975)

Contrairement au Spider dessiné et produit par Pininfarina,  le Coupé, dérivé de la berline 124 à grande diffusion, est réalisé par le Centre de Style de Fiat et produit par la firme elle-même à partir de 1967. Deux portes, quatre places, le Coupé bénéficie de la même mécanique que le Spider mais il est construit sur la plate-forme de la 124 Berlina. (Article & Photos)

Lagonda Rapide (1961-1964)

Après la victoire de sa marque Aston Martin aux 24 Heures du Mans de 1959, le milliardaire industriel britannique David Brown tient à ressusciter son autre marque Lagonda en proposant une berline offrant le luxe d’une Rolls-Royce, rivalisant avec une Bentley, mais avec, bien évidemment, les performances d’une Aston Martin. Cette Lagonda Rapide est dévoilée au Salon de Londres 1961. (Article & Photos)

Peugeot 407 (2004-2011)

Dotée d’une belle personnalité originale, la Peugeot 407 est commercialisée en avril 2004. Avec sa bouche grande ouverte prête à dévorer l’asphalte, ses grands yeux en amande et son profil racé, malgré un imposant porte-à-faux à l’avant, la remplaçante de la classique Peugeot 406 bouscule le segment par son style dynamique. (Article, Photos & Vidéos)

Talbot Solara (1980-1986)

Le 10 juillet 1979, Chrysler Simca devient Talbot. Les 1307/1308 prennent le nom de Talbot 1510 et sont rejoints dès le printemps 1980 par la Solara qui est ni plus ni moins qu’une 1510 avec une malle arrière séparée. Talbot, avec ce modèle, tente de séduire une partie de la clientèle allergique au hayon et qui est restée fidèle à la berline classique ‘trois volumes’. (Article, Photos & Vidéo)

Cadillac Sixteen (2003)

Pour rentrer dans le IIIème millénaire de façon éclatante, Cadillac avec sa Sixteen rappelle que la démesure est sa spécificité depuis les années trente avec sa Fleetwood V16, sans oublier les ailerons de l’Eldorado au record absolu de 97 cm en 1959. Nous ne sommes plus dans les trente glorieuses et du rêve il est difficile de passer à la réalité. Cependant, certaines de ses innovations se retrouveront bientôt sur des voitures de série. (Article, Photos & Vidéo)

Facel Vega - Série FV (1955-1958)

Les Facel Vega FV sont les dernières représentantes de l’automobile d’exception à la française. Jean Daninos voulait que sa marque prenne le relais des plus grands noms d’avant guerre, qui, incapables de remonter la pente financièrement, disparaissaient les uns après les autres. Facel Vega était prêt à perpétuer cette tradition grâce à des voitures originales, élégantes, élitistes, performantes et remarquablement bien construites. (Article & Photos)

Alfa Romeo Montreal (1971-1977)

Toujours prêt à relever un défi, Orazio Satta du bureau d’études d’Alfa Romeo, n’a pas hésité à répondre en 1967 à la demande des promoteurs de l’Exposition Universelle de Montréal, qui était de créer et d'exposer la voiture idéale représentant ‘l’aspiration suprême de l’individu en matière d'automobile’. Le prototype crée à tel point la sensation qu’une production en série est envisagée. (Article, Photos & Vidéo)

Simca-Chrysler 1307 / 1308 / 1309 / Talbot 1510 (1975-1982)

Encensées par la presse, récompensées par des distinctions honorables, les Simca Chrysler 1307/1308 ont réussi un parcours intéressant et gratifiant d’autant plus remarquable qu’il s’effectuait dans un profond malaise d’identité d’appartenance, de restructurations à répétition, impliquant des plaies sociales et commerciales débouchant sur un avenir sombre qui verra le nom de la marque Simca s’éteindre à tout jamais. (Article, Photos & Vidéo)

Mercury Cougar (1966-1970)

L’introduction de la Cougar donne à Mercury, division supérieure de la FoMoCo, sa propre pony car. Tout en conservant l’image chic de la gamme, la Cougar est aussi performante que la populaire Ford Mustang sur laquelle sa conception est basée. Cette Mustang de luxe sera élue par le magazine Motor Trend ‘voiture de l’année 1967’. (Article, Photos & Vidéos)

Alfa Romeo Visconti (2004)

A Genève en 2004, Giorgetto Giugiaro et son fils Fabrizio présentent pour Alfa Romeo un concept car du nom de Visconti, pour nous rappeler l’origine du « Biscione » (la partie droite du logo Alfa) l’emblème ducal des Visconti représentant un serpent surmonté d’une couronne. Giorgetto Giugiaro n’a pas caché de s’être inspiré de la Bugatti EB 112, elle-même sortie de ses fusains en 1993. (Article & Photos)

Ferrari 250 GTE 2 + 2 (1960-1964)

Premier modèle Ferrari homologué à quatre places, la 250 GTE 2 +2 est accueillie pendant l’été 1960 avec un enthousiasme qui se traduit par un succès commercial sans précédent pour la firme de Maranello. Le carrossier Pininfarina relève avec talent le défi inédit de concilier une quatre places avec l’encombrant V12 sans dénaturer l’harmonie du style atteint par le récent coupé. (Article & Photos)

Plymouth Prowler (1997-2002)

Visuellement, la Plymouth Prowler rend hommage à l’art des hot-rods mais techniquement, elle bénéficie des concepts les plus avancés. Ce modèle n’a aucun équivalent dans le reste de la production mondiale. Présenté pour la première fois sous forme de concept au Salon de Detroit 1993, le Prowler reçut un accueil si chaleureux que DaimlerChrysler décida de le commercialiser en juillet 1997. (Article & Photos)

Austin Mini Moke (1964-1993)

Lorsque l’armée britannique fait appel à la British Motor Corporation à la fin des années cinquante pour un nouveau véhicule de liaison léger susceptible d’être parachuté, Alec Issigonis, père de la Mini, est loin de se douter que sa petite Moke, qui sera jugée inapte pour une utilisation militaire, trouvera son terrain de prédilection au soleil sur les plages du monde entier dont Saint-Tropez avec une ambassadrice de charme, Brigitte Bardot. (Article & Photos)

Peugeot 201 (1929-1937)

La Peugeot 201 n’est pas seulement la voiture qui inaugure le nouveau système de numérotation à zéro central qui positionne le modèle et sa gamme. Elle est surtout la voiture qui permet au constructeur sochalien de traverser conquérant la crise du début des années trente en augmentant ses ventes et en engendrant des bénéfices au moment où la production des automobiles en France chute de un tiers. (Article & Photos)

Georges Irat Labourdette (1949)

La Labourdette, du nom de son carrossier, est un prototype créé par Georges Irat. Elle fut exposée au salon de Paris en 1949 mais ne fut jamais commercialisée. Elle était équipée d'un moteur 2 litres et la transmission se faisait par les roues arrière. Prévue pour une vitesse de 150 km/h, elle était pourvue de freins hydrauliques. (Article & Photos)

Citroën Dyane (1967-1983)

‘En célébrant la naissance de la Dyane, nous assistons à l’enterrement de la 2 CV’ titre l’ Auto-Journal lors du lancement à l’automne 1967 de celle qui devait préparer en douceur le retrait de son ainée qui montrait quelques signes de faiblesse. Restant dans l’ombre de sa star-sister, la Dyane rencontrera aussi la popularité mais à un degré moindre et cette cadette moins-aimée tirera sa révérence bien avant celle de sa divine soeur. (Article & Photos)

Bentley Continental R (1952-1955)

En 1952, la Bentley Continental R a un prix : 8 millions de francs de l’époque, soit l’équivalent de vingt Citroën 2 CV, de quatre Jaguar Mark VII, de deux Cadillac Eldorado ou de deux Mercedes 300 SL. La maison mère Rolls-Royce veillait à ce que les Continental soit conduites par des clients très sélects dont la réputation était à la hauteur des voitures de la marque. (Article & Photos)

TVR Chimaera (1992-2001)

En 1998, TVR, firme britannique indépendante de Blackpool, est le troisième constructeur de voiture de sport au monde. Son modèle le plus diffusé est la Chimaera, un nom dérivé de Chimère, la créature fantastique de la mythologie grecque. La Chimaera ne trahit pas la légende. Elle possède bien les attributs de plusieurs animaux sous le capot. (Article, Photos & Vidéo)

Brooke 25/30 HP Swan Car (1910)

Robert Nicholl ‘Scotty’ Matthewson était un riche écossais qui ne voulait pas passer inaperçu dans les rues de Calcutta au début du siècle dernier. Pour se démarquer, il lui fallait une automobile excentrique mais aussi suffisamment opulente à la mesure des richesses exhibées par les maharajas. Le résultat de cette extravagance est un cygne posé sur quatre roues. (Article & Photos)

De Tomaso Pantera (1971-1995)

La Pantera doit beaucoup aux américains. Sans eux, cette italienne aux performances de pur-sang se serait cantonnée dans une production confidentielle alors que pendant les quatre premières années de sa commercialisation, armée d’un puissant moteur américain, elle s’est vendue à plus de 5 000 exemplaires aux Etats-Unis. Avec ce mélange divin, sa carrière sera longue de vingt ans. (Article & Photos)

Peugeot Quadrilette (1920-1924)

Au début des années vingt, la France sort péniblement d’une guerre marquée par des milliers de vies sacrifiées sur les champs de bataille. Les rescapés éprouvent un besoin irrésistible de s’offrir une automobile. Des milliers de gens, qui avaient appris à conduire dans les forces armées, sont quasiment sans argent. Peugeot va répondre à cette forte demande avec la Quadrilette, minimaliste, économique et populaire. (Article, Photos & Vidéo)

Lincoln Versailles (1977-1980)

Depuis la crise pétrolière de 1975, les énormes américaines ’full-size’ n’ont plus la cote dans leur pays. Cadillac est le premier constructeur à réagir avec succès grâce à sa Seville ‘middle size’. Ford manque de temps et surtout d’argent pour emboiter le pas et créer un nouveau modèle. Aussi pour Lincoln, division premium du groupe, Ford maquille habilement la Granada et la transforme en Lincoln Versailles. (Article, Photos & Vidéos)

Monteverdi Hai 450 SS Coupé (1970)

De 1970, la Monteverdi Hai est l'une des plus intéressantes pièces de musée de l'histoire suisse du sport automobile. Son nom, « requin » dans plusieurs langues d’Europe du Nord, est évocateur de puissance et d’agressivité. D’une sportivité sans concession, la Hai sera jugée par son créateur, Peter Monteverdi, trop puissante, trop rapide et trop dangereuse pour un conducteur non expérimenté et ne sera produite qu’à 2 exemplaires. (Article & Photos)

Bugatti Type 30 (1922-1926)

En tant que premier modèle de la marque équipé d’un 8-cylindres de série, la Type 30 fut une voiture historiquement importante pour Bugatti. Elle fit le lien entre les premiers 4-cylindres Type 22 et 23, et son successeur immédiat Type 35 et ses dérivés qui comptent parmi les plus légendaires voitures de course de l’histoire. (Article & Photos)

Fiat 850 Spider (1965-1972)

En 1964, Nuccio Bertone propose à Fiat un petit cabriolet dérivé de la nouvelle 850 susceptible d’accompagner le coupé maison que le constructeur italien s’apprête à sortir. La proposition est acceptée et la "850 Spider" est présentée au Salon de Genève en mars 1965. Elle connait immédiatement un succès retentissant en Italie comme dans tous les pays européens mais surtout aux États-Unis où elle reçoit le surnom affectueux de "Little Ferrari". (Article & Photo)

Talbot Samba (1981-1986)

Présentée pendant l’été 1981, la Talbot Samba est la petite citadine, vive et légère, lancée par le propriétaire Peugeot pour tenter de redynamiser l’ex-marque Simca devenue Talbot en 1979, peu de temps après son rachat par le Lion. Conçue à peu de frais, la Samba est en fait une Peugeot 104 Z rallongée de 20 cm. Elle en reprend l’allure générale tout en utilisant les mêmes quatre-cylindres transversaux. (Article & Photos)

Toyota Aygo (2005-2013)

Construite en collaboration avec PSA, dans la toute nouvelle usine tchèque de Kolín, la Toyota Aygo est l’une d’un trio de citadines commercialisées en même temps au mois de juin 2005. Avec son maquillage très subtil, la minijaponaise peut cacher aisément ses liens de parenté avec les Citroën C1 et Peugeot 107, mais en revanche, techniquement, elles sont strictement identiques. (Article & Photos)

Trident Clipper (1967-1976)

Si Trident évoque dans le monde automobile, forcément pour le plus grand nombre, la marque italienne Maserati, les plus fins connaisseurs vous diront que ce nom était aussi celui d’un constructeur britannique du Suffolk, au sein d'une société baptisée Viking Execution, qui distribua au début des années soixante des TVR avant de proposer ses propres modèles à partir de 1965. (Article & Photos)

Maserati Bora (1971-1978)

Au Salon de Genève 1971, Maserati dévoile un luxueux coupé deux places, baptisé « Bora » du nom du vent du Nord soufflant sur la mer Adriatique. Le dessin de sa carrosserie, construite chez Padane à Modène, est signé Giorgetto Giugiaro. La Bora est aussi le premier modèle produit par la marque au trident depuis qu’elle est passée sous le contrôle de Citroën en 1969. (Article & Photos)

Volkswagen Touran (2003-2014)

Lancé au printemps 2003, le Touran est le premier monospace compact de Volkswagen. La marque allemande attaque tardivement ce segment extrêmement  porteur sept ans après le lancement du Renault Scénic, quatre ans après la commercialisation du Citroën Picasso et de l'Opel Zafira. Volkswagen s'efforce de concentrer dans le Touran tout ce qu'attend la clientèle familiale de ce type de véhicule. (Article, Photos & Vidéo)

Nissan X-Trail (2001-2007)

L’effervescence du marché des petits 4x4 de loisir qui préfèrent le bitume aux chemins boueux ne pouvait échapper à Nissan. Il n’était pas question pour le constructeur nippon de se laisser dominer sur ce terrain par Toyota et son RAV4 ou Land Rover et son Freelander. Le X-Trail est donc le modèle qui manquait à la gamme Nissan. Il fait son apparition en 2001. (Article, Photos & Vidéo)