BMW 2002 (1968-1976)

La génération BMW 02 (modèles à 2 portes), lancée en 1966 avec la 1600-2, offre une large gamme de voitures réalisées sur la même base et le même design qui vont largement contribuer à la renaissance et à la construction de l’image dynamique du constructeur. La 2002 deviendra très rapidement une voiture culte des années 1970, notamment grâce à l'apparition du modèle 2002ti suivi par la 2002tii et puis la sulfureuse 2002 turbo. (Article & Photos)

Citroën XM (1989-2000)

Elue « voiture de l’année » en 1990, la Citroën XM possède le X de la CX qu’elle succède et le M de la SM dont elle est l’héritière spirituelle. Typée, vaste, confortable, disposant d’un équipement de série très complet, au comportement routier de haut niveau, la XM est la dynamique représentante d’une des plus formidables lignées de jets autoroutiers qui ont écrit l’histoire de Citroën. (Article & Photos)

BMW Série 3 (E30) (1982-1990)

Lancée en novembre 1982, la nouvelle Série 3, la plus petite des BMW d’alors, présente des évolutions plutôt que des innovations. Mais le meilleur est à venir. Contrairement à la première génération proposée uniquement en version 2 portes, la E30 se déclinera également en berline 4 portes, en cabriolet puis, en 1988, en break Touring, sans oublier l’arme sportive, la première BMW M3. (Article & Photos)

Nissan Qashqai (2007-2013)

Etonnante carrière que celle du Qashqai « Made in England » du nippon Nissan depuis sa commercialisation début 2007. Précurseur dans son segment en proposant deux longueurs de carrosserie, ce crossover fabriqué en Grande-Bretagne, a reçu un succès plus fort que prévu en Europe. Pour réduire des délais de livraison devenus très longs, Nissan fut incité à produire également le Qashqai dans son usine japonaise. (Article & Photos)

Messerschmitt KR 175 – KR 200 (1953-1964)

Au Salon de l’automobile de Genève de 1953, est présentée une voiturette à trois roues, mise au point par l’ingénieur Fritz Fend. Ce scooter à cabine, inspiré par l’aéronautique, correspond aux attentes d’une Allemagne démunie après la défaite. La KR de Messerschmitt, surnommée Karo, devient très vite une voiture populaire dès son lancement et le témoin d’une Allemagne en pleine reconstruction.  (Article & Photos)

Peugeot 505 (1979-1992)

Longue et belle carrière pour cette 505 qui respectait la tradition de la berline grande routière, spacieuse, confortable et saine, au sein de la gamme Peugeot. Sa silhouette flatteuse avait été définie par Pininfarina en collaboration avec le bureau de style maison. Le large choix des motorisations avec leur lot de puissance et de brio contribua au succès de la Peugeot 505. (Article & Photos)

Dodge Mirada (1980-1983)

Pour 1980, Dodge offre au public un modèle hardtop entièrement nouveau : la Dodge Mirada. Cette voiture luxueuse aux lignes puissantes et audacieuses utilise la plateforme de la Chrysler J et existe en deux versions : Mirada et Mirada CMX. Bien que donnant de hautes performances, la Dodge Mirada connaitra une carrière courte due à l’insuffisante publicité exercée par Chrysler, alors en grande difficulté financière. (Article & Photos)

Davis Divan (1948)

Epoque remarquable de créativité et de tentatives en tous genres, la fin des années 1940 permettait à des visionnaires excentriques d’imaginer la voiture du futur. Dans le cas de Gary Davis, il s’agissait de produire en série, le Californien, un prototype unique datant de 1941. Convaincu du potentiel de ce véhicule insolite à trois roues, il parvint à persuader des financiers privés pour investir dans cet engin insolite qui, très tôt, allait défrayer la chronique. (Article & Photos)

Volkswagen Passat B6 (2005-2010)

Lancée en mars 2005, la Volkswagen Passat VI est la conséquence bienheureuse de la politique de différenciation stylistique désirée par Bernd Pischetsrieder, successeur de Ferdinand Piëch, dont la stratégie de partage de plate-formes avait fini par nuire à l’identité de chacune des marques du groupe Volkswagen. La Passat VI sera également la première à se décliner en un séduisant coupé 4 portes, la CC. (Article, Photos & Vidéos)

Alfa Romeo 2000 Sportiva (1954)

Lorsque l’ingénieur autrichien Rudolf Hruska rejoint l’équipe technique d’Alfa Romeo au début des années cinquante, il a à charge de réaliser un prototype de coupé à hautes performances, destiné à être produit en petite série et à courir en catégorie Sport de moins de deux litres dont le règlement a été fixé en 1953. Pour ce projet, il associe le carrossier Nuccio Bertone et son prestigieux designer et collaborateur Franco Scaglione. (Article & Galerie Photos)

Mercedes-Benz Universal (1965-1968)

Véritable révolution chez Mercedes-Benz, lorsqu’en 1965, est introduit pour la première fois au sein de sa gamme : un break. Bien sûr, pour ne pas entacher son image de marque, le constructeur de Stuttgart prend soin d’inaugurer, avec ce nouveau modèle « Universal », le concept de la limousine utilitaire, un projet, certes bien loin des aspirations maison, mais finalement repris de la finesse d’un importateur belge. (Article & Photos)

Bentley Continental R, S, T (1991-2003)

La Bentley Continental R, présentée à Genève en 1991, se distingue fortement des modèles Bentley du moment, en renouant avec le caractère sportif qui était l’identité propre à la marque lors de sa fondation. Elle est la première Bentley depuis longtemps à bénéficier d’une carrosserie spécifique, sans équivalent dans la gamme Rolls-Royce. Aussi luxueuse que sportive, elle est aussi l’une des voitures les plus chères au monde. (Article & Galerie Photos)

Alfa Romeo GTV 916 (1995-2006)

Le coupé Alfa Romeo GTV 2+2 Type 916 est présenté au côté de la version Spider, stricte deux places, au Salon de Paris 1994. La commercialisation débute au printemps suivant. Les deux modèles partagent le même dessin signé Enrico Fumia, alors responsable du design chez Pininfarina, en coopération avec le centre de style d’Alfa Romeo. (Article & Galerie Photos)

Simca Océane & Plein Ciel (1957-1962)

Au Salon de l’Auto 1956, Simca dévoile son nouveau cabriolet nommé Océane et son nouveau coupé appelé curieusement Plein Ciel, nom qui aurait mieux convenu au cabriolet. Jamais en retard d’une mode, après le style italien, les nouveautés d’agrément de Simca se sont imprégnées d’un design américain qui fascinait Henri Pigozzi, président-directeur général de la firme. (Article & Photos)

Ford GT 40 (1964-1969)

Au commencement de la GT 40, était Henry Ford, Henry le Second, le neveu devenu chef de la dynastie après la disparition prématurée du fils, Edsel Ford… Le tout début de l’histoire fut le projet d’une voiture sportive 100 % « made in America », ce qui n’était pas évident dans la mesure où, malgré des moyens importants, Ford ne possédait aucune expérience du sport automobile. (Article, Photos & Vidéo)

Alfa 40-60 HP Aerodinamica « Siluro Ricotti » (1914)

En 1914, la Carrozzeria Castagna réalisa sur le châssis d’une Alfa 40-60 HP la plus extravagante des carrosseries pour le richissime Comte Ricotti. Première monospace dont l’histoire de l’automobile se souvienne, la « Siluro Ricotti » était capable d’atteindre, grâce à sa carrosserie aérodynamique en forme de torpille, 139 km/h contre 125 km/h pour le modèle de série. (Article & Photos)

Austin Mini (1959-2000)

La révolutionnaire Mini est présentée pour la première fois au public le 18 août 1959 à Chobham. Lorsque Leonard Lord, le patron de la BMC, invite en 1955 le styliste Alec Issigonis à réintégrer le groupe après son passage chez Alvis, il lui confie une mission : la conception d’une petite voiture sophistiquée sur le plan du comportement,  économique, pouvant contenir 4 personnes et utilisant un moteur déjà existant chez BMC. (Article, Photos & Vidéos)

Mazda 6 (2002-2012)

Avec la Mazda 6, commercialisée en 2002, Mazda a trouvé la bonne recette pour séduire les européens avec un modèle qui met l’accent sur le plaisir de conduite. Cette berline familiale à la ligne élancée et dynamique, qui sera la première Mazda dans l’histoire de la marque nippone à franchir le plus rapidement le cap du million d’exemplaires vendus, n’appelle que des éloges pour son comportement routier rigoureux plutôt typé sport. (Article, Photos & Vidéos)

Abarth 1500 Biposto (1952)

Au Salon de Paris 1952 est présenté un prototype aux lignes sans précédentes, l’Abarth 1500 Biposto. Son design avant-gardiste revient à Franco Scaglione, qui signe ici le début d'une association heureuse avec le carrossier Nuccio Bertone. A l’origine de ce projet, le préparateur Carlo Abarth voulait montrer son savoir-faire et se faire reconnaître sur la scène de la mécanique sportive. (Article & Photos)

Swallow Doretti (1954-1955)

L’histoire peu banale de la Swallow Doretti est liée à une jeune américaine, Dorothy Deen, qui réalisa au début des années 50, qu’il fallait un autre roadster britannique pour combler le vide existant entre la Triumph TR2 et la Jaguar XK 120. Ainsi naissait la Doretti produite par la marque Swallow. Cependant, son succès immédiat contrariera et dérangera un certain grand constructeur, qui ne tardera pas à user de vils stratagèmes pour briser sa carrière. (Article & Photos)

Autobianchi Primula (1964-1970)

Voiture en avance sur son temps avec son moteur transversal, sa transmission aux roues avant, ses disques à l’avant et à l’arrière et son hayon, la Primula compte parmi les voitures les plus innovantes des années soixante. Pas vraiment un break, pas vraiment une berline, la Primula bénéficie d’une modularité jusqu’alors inconnue. Bien que développée par Fiat, l’insolite Primula sera distribuée par Autobianchi dès 1964. (Article & Photos)

Trabant 601 (1964-1990)

En mars 1964, la Trabant 601 offre des formes modernes avec moins de rondeurs. Ses lignes évoquent quelque peu une Peugeot 404 en réduction. Comme les modèles précédents, la 601 reçoit une carrosserie en duroplast, un curieux alliage de plastique et de carton. Malgré le strict  ‘minimum’ , la Trabant 601 deviendra la voiture culte de l’Allemagne de l’Est, un objet rare de liberté individuelle en terre totalitaire. (Article, Galerie Photos & Vidéo)

Triumph Renown (1949-1954)

La très conservatrice Triumph 1800 est présentée en 1946, une berline très classique, dessinée dans un schéma d’avant-guerre par les stylistes de Standard, Walter Belgrove et Franck Callaby. La partie basse de la voiture est inspirée par les carrosseries Mulliner sur base Bentley avec de grandes ailes rondes mais la partie haute adopte le style razor-edge, tout en angles avec caisse haute, large surface vitrée et malle arrière. (Article & Galerie Photos)

MG Magnette (1953-1959)

La MG Magnette,  présentée au salon de Londres 1953, reprend le nom de la Magnette K3, la plus fameuse des MG de compétition d'avant la seconde guerre mondiale. Gerald Palmer est l’auteur de ses lignes. Bien que la clientèle MG soit plus portée vers les roadsters, la Magnette trouve facilement son public auprès des nouveaux pères de famille qui veulent garder les performances et le style de la marque. (Article & Galerie Photos)

Citroën Méhari (1968-1987)

La présentation officielle de la Citroën Méhari a lieu en grande pompe le 16 mai 1968 au golf de Deauville mais les événements qui occupent la France en ce mois de mai 68 perturbent le calendrier prévu. Les voitures de présérie sont acheminées vers Deauville à la dernière minute avec leur peinture à peine sèche pour le grand show médiatique.  (Article & Photos)

Ford Mustang (1964-1973)

Le 17 avril 1964, Ford présente à la Foire mondiale de New York sa Mustang destinée à séduire les jeunes baby-boomers. A l’origine du projet, l’emblématique Lee Iacocca, directeur commercial de Ford, avant d’en devenir président, qui a lancé le concept d’une compacte d’allure sportive vendue à un prix de base raisonnable mais personnalisable aux desiderata de son acquéreur grâce à la multitude d’options et de motorisations proposées. (Article & Photos)

Saab 95 (1959-1978)

En 1959, pour la première fois de son histoire, Saab diversifie son offre commerciale autour de son modèle de base en proposant son premier break familial. La marque, qui ne s’était jamais aventurée dans ce segment, présente la Saab 95, développée sur la base de la Saab 93. Les chiffres de l’année justifieront le bienfait des lourds investissements entrepris avec 12 000 Saab 93 exportées vers le continent nord-américain. (Article & Photos)

Renault Floride – Caravelle (1959-1968)

En coupé, cabriolet ou convertible avec hardtop, la Floride marque le retour de l’automobile plaisir chez Renault, cantonné dans la voiture populaire depuis 1945. Elégante et raffinée, mais aussi accessible, la Floride séduit lors de sa présentation au Salon de l’Automobile de Paris 1958. Sa marraine n’est autre que l’icône cinématographique de l’époque, Brigitte Bardot. (Article & Photos)

Pontiac Plexiglas Deluxe Six Ghost Car (1939)

En 1939, la Pontiac «Ghost Car», la Voiture Fantôme, fut la première de l’histoire des États-Unis à recevoir une carrosserie entièrement transparente, conçue par le designer Norman Bel Geddes. Elle a coûté environ 25 000 $ US à l’époque alors que la même année, aux États-Unis, les concessionnaires Pontiac  offraient la berline Deluxe Six à partir de 922 $ US! (Article & Photos) 

Renault 6 (1968-1980)

Dès 1965, la Régie Renault dirigée par Pierre Dreyfus planche sur une voiture à mi-chemin entre la rustique et rurale Renault 4 et la routière Renault 16 aux ambitions bourgeoises. La nouvelle venue pourra aussi remplacer au passage la Dauphine vieillissante. Ce projet n°118 est dévoilé sous le nom de Renault 6 lors du Salon de l’Auto à Paris en octobre 1968. Avec son hayon et sa banquette arrière repliable, elle se montre très pratique. (Article & Photos)

Peel P50 (1962-1965)

La Peel P 50, certifiée par le livre Guinness des records comme la voiture la plus petite du monde, a été construite par Manx Peel Engineering Company entre 1962 et 1965. Cette insolite voiturette d’une longueur de 137 cm, d’une largeur de 104 cm et d’une hauteur de 120 cm, ne pèse que 60 kg, n’a qu’une seule porte, une seule place et un espace suffisant pour y déposer son shopping bag. (Article & Photos) 

Gordini Type 24 S (1953)

Privé de l'appui financier de Simca, l'unique source de revenus d’Amédée Gordini est alors constituée des primes de départ et d'arrivée, l'incitant à engager de plus en plus de voitures dans un nombre toujours plus élevé de courses. Mais ses 40 employés ne suffisent pas à suivre un tel rythme. Dès l'hiver 1951/52, Gordini se retrouve pratiquement ruiné. Solitaire, mais déterminé, le sorcier allait se surpasser pour maintenir à flot son écurie. (Article & Photos)

Aston Martin Lagonda (1974-1990)

Au London Motor Show d’octobre 1976, l’Aston Martin Lagonda Serie 2 rencontre un franc succès. Cependant, il faudra s’armer de patience pour se faire livrer la voiture la plus chère du monde car la nouvelle venue est composée de pièces très peu utilisées. Sa structure et ses trains roulants lui sont spécifiques sans parler de son équipement d’affichage d’informations par LED avec commandes tactiles, complètement inédit à l’époque. (Article & Photos)

Citroën : Le Double Chevron

En 1900, au cours d’un voyage en Pologne, André Citroën visite une petite entreprise de mécanique ayant mis au point une machine à tailler des engrenages avec denture en forme de chevrons. L'élève de Polytechnique, alors âgé de 22 ans, voit dans cette technologie d’énormes possibilités et le moyen de lancer sa carrière industrielle alors qu’il n’a pas encore achevé ses études. (Article & Photos)

Bricklin SV-1 (1974-1975)

Malcolm Bricklin, homme d’affaires américain, sans scrupules et doté d’un bagout exceptionnel, avait pour ambition en 1974 d’offrir au public la première GT sécuritaire. Faute d’investisseurs solides aux Etats-Unis, la SV-1 sera produite au Canada dans la province du Nouveau-Brunswick et deviendra l’objet d’un scandale politico-financier que les contribuables canadiens ne seront pas prêts d’oublier. (Article, Photos & Vidéos)

Opel Rekord D (1972-1977)

En janvier 1972, Opel présente ses nouvelles Rekord. Le style général est dynamique avec une ceinture de caisse abaissée et de larges surfaces vitrées éliminant pratiquement les angles morts. Ce style aéré est encore plus affirmé sur l’élégant coupé. Outre la berline et le coupé sportif, la Rekord est disponible en break 3 ou 5 portes plus une fourgonnette trois portes, sans oublier la Commodore, la version sportive et luxueuse de la Rekord. (Article & Photos)