Mini Superleggera Vision Concept (2014)

Chaque année, le concours d'élégance de la Villa d'Este sert d'écrin à de prestigieuses voitures anciennes mais aussi à d’éblouissants concepts. En 2014, BMW rend hommage au légendaire carrossier italien Touring en exposant le Mini Superleggera Vision Concept qui réinterprète le mythe du roadster anglais. Nombreux sont les amateurs qui rêvent désormais d’un prolongement en série. (Article & Photos)

Mercedes-Benz 300 SL Coupé (1954-1957)

En 1954, la légendaire Mercedes 300 SL fait passer l’image de la marque de la berline solide à la voiture de sport. Coupé mythique, la Mercedes 300 SL se caractérise par son système d’ouverture de portes dites  «papillon», mais aussi appelées «Gullwing» aux USA, en raison de la forme de ses portes ouvertes qui lui donnent, de face, un aspect de mouette en vol. (Article & Photos)

Hudson Hornet (1951-1956)

De 1951 à 1954, la firme Hudson remporta quatre victoires consécutives dans les courses américaines de stock-car. Son secret avait pour nom Hornet – le frelon. Grâce à son moteur 6-cylindres, à sa robustesse et à ses performances brillantes, la Hudson écrasa non seulement la concurrence d’innombrables V8 mais également tous les meilleurs spécialistes de l’époque. (Article & Photos)

Saab 900 (1978-1993)

En mai 1978, Saab présente la 900, un modèle original, d’une forte personnalité et à fort potentiel. Caractérisée par un style singulier, la ‘900’ se démarque des autres automobiles de son époque. Ses lignes intemporelles séduisent immédiatement une clientèle chic et avide de différence. Pour parler d’elle, les amateurs de la ‘900’ première génération utilisent l’appellation ‘900 Classic’. (Article & Photos)

Audi 80 (1978-1986)

Dévoilée à l’automne 1978, la deuxième génération d’Audi 80 est modernisée par Giorgetto Giugiaro, déjà designer du modèle de 1972, avec pour objectif d’améliorer l’habitabilité. Pour Ferdinand Piëch, le responsable du développement technique de la marque, l’Audi 80 constitue « l’idéal de tout conducteur sérieux aspirant à véhiculer sa petite famille dans les meilleures conditions ». (Article & Photos)

Plymouth Fury (1960)

Avant de devenir un modèle à part entière dans la gamme Plymouth, la Fury était en 1956 une série optionnelle de la Belvedere. Rencontrant le succès, Plymouth décide de tirer profit de la popularité du nom Fury en apportant en 1960 quelques modifications à l’appellation de ses modèles. Ainsi, du symbole haut de gamme qu’elle était, la Belvedere devient milieu de gamme pour laisser sa place à la Fury. (Article & Photos)

Porsche 911 S (1966-1973)

Au salon de l’Automobile de Paris d’octobre 1966, est présentée la version S de la Porsche 911. Elle venait renforcer l’esprit sportif de la 911 fraîchement débarquée dans les concessions. Aujourd’hui, cette première génération de 911 S est la référence incontournable d’un modèle devenu emblématique au fil des années. (Article & Photos)

Saab 96 (1960-1980)

Dès le début des années 60, la Saab 96 reçoit un beau succès en Scandinavie, mais aussi à l’étranger, grâce à de retentissantes victoires en rallyes et à sa fiabilité sans faille. Tout d’abord équipée du bicylindre 2 temps, la Saab 96 se voit greffer un bloc Ford V4 en 1966. Cela redonne à la petite suédoise un second souffle pour continuer bravement sa carrière jusqu’en 1980. (Article & Photos)

Ferrari 330 GTC/GTS (1966-1968)

En 1966, Ferrari accompagne la 330 GT 2+2 de 1964 d’une version coupé 330 GTC et d’un spider 2 places 330 GTS. La carrosserie de Pininfarina affiche des lignes élégantes et pures. Le style de l’avant, caractérisé par le montage des pare-chocs en « moustaches », est inspiré de la 500 Superfast. (Article & Photos)

Volkswagen Golf VI (2008-2012)

En octobre 2008, Volkswagen renouvelle pour la sixième fois son best-seller : la Golf. Le constructeur allemand s’est encore efforcé à la rendre identifiable malgré les générations qui défilent, en l’améliorant par petites touches pour ne pas trop brusquer ses partisans et en séduire de nouveaux. Autrement dit, le client ne perd pas ses repères et ne peut constater que du « mieux » dans tous les domaines. (Article & Photos)

Rolls-Royce Phantom I (1925-1929)

Le succès de la Rolls-Royce Silver Ghost étant acquis, la marque de Derby ne s’endort pas pour autant sur ses lauriers. Après avoir élargi sa clientèle avec la petite « Twenty » en 1923,  Henry Royce réinvente la « meilleure voiture du monde » avec la New Phantom, ultérieurement baptisée Phantom I, dès 1925. (Article & Photos

Saab Sonett Super Sport (1956)/ Saab Sonett II, V4 & III (1966-1974)

Au cours des années 1950, Rolf Mellde, l’un des cerveaux de Saab, se voit confier un petit budget pour créer une deux-places sportive dans le plus grand secret. Il met au point un prototype en fibre de verre qu’il baptise Sonett, un terme dérivé d’une expression suédoise signifiant : « Qu’elle est belle ! » Cependant, l’aventure s’arrête au nombre de 6 pour reprendre que dix ans plus tard. (Article & Photos)

Bizzarrini Strada (1966-1968)

Giotto Bizzarrini avait en 1957 intégré le bureau d’études de Ferrari pour la mise au point des 250 GT SWB, les spiders California et la mythique 250 GTO. Mais après une brouille avec Enzo Ferrari, il décide d’affronter la marque au cheval cabré sur son propre terrain en créant une marque qui portera son nom en 1966, Bizzarrini. Il produit l’ISO Grifo A3/C plus tard rebaptisée Bizzarrini 5300 GT. (Article & Photos)

Austin Healey 3000 (1959-1967)

Classique, à la ligne intemporelle, l’Austin Healey 3000 est l’une des plus belles voitures anglaises de l’après-guerre. Confort, puissance, couple et sonorité du moteur contribuent à donner à ce splendide et généreux roadster une personnalité attachante. Lancée au Salon de New York en 1959, l’Austin Healey 3000 reprenait la carrosserie de la 100/6 mais dotée d’un plus gros moteur. (Article & Photos)

Honda Civic 8 (2006-2011)

Produite à Swindon en Angleterre à partir de 2006, la Honda Civic huitième du nom, change radicalement de style. Elle ne ressemble à rien de connu. Elle retrouve avec cette ligne très travaillée et résolument sportive, l’originalité qui fit sa force. Cette nouvelle génération est saluée pour la générosité de son habitacle, son confort et pour son comportement routier bien affûté, jugé tout simplement impérial. (Article & Photos)

Hudson Italia (1953-1954)

La Hudson Italia de 1953 est l’un des modèles les plus rares de ce constructeur américain indépendant. Dessinée par le styliste de la marque, Frank Spring, l’Italia était assemblée par la Carrozzeria Touring dans ses ateliers de Milan. Préoccupé par ses difficultés financières et sa fusion imminente avec Nash, Hudson n’en produisit que 26 exemplaires en deux ans. (Article & Photos)

Lancia Theta (1913-1918)

Au Salon de Londres de l’automne 1913, Lancia lance la 35 HP Theta, qui présente plusieurs avancées techniques. Universellement reconnue, comme le chef d’œuvre d’une nouvelle génération d’automobiles, la Lancia Theta par sa technique influencera immédiatement celle des autres grandes firmes européennes. (Article & Photos)

Skoda Felicia (1959-1964)

En 1958, Skoda lance un joli cabriolet dérivé de la 450, son modèle principal. Aux prestations comparables à celles de ses rivales occidentales, cette tchèque, très vite appelée Felicia, est bien sûr destinée à être le fer de lance d’une vaste stratégie d’exportation vers l’Europe et ses précieuses devises. Elle doit d’ailleurs son design à l’italien Ghia, ce qui était un cas très rare de collaboration entre l’Est et l’Ouest à l’époque. (Article & Photos)

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 (1975 - 1980)

Au milieu des années 70, avec ses pointes à 225 km/h, la Mercedes 450 SEL 6.9 détenait le record du monde de vitesse maximale pour une berline, avec un niveau de confort et de sécurité jamais atteint sur une voiture de série. En 1976, Claude Lelouch réalisa un court-métrage époustouflant: une folle traversée de Paris à très grande vitesse au petit matin au volant du bolide. (Article & Photos)

Lea-Francis 14 HP Sports (1947-1949)

Présenté au salon de Londres de 1947, le roadster Lea-Francis 14 HP est commercialisé à la fin d’année. Avec ses deux arbres à cames en tête, le 1,8 litre du roadster 14 HP de 1948 est une mécanique brillante. Par rapport à la berline, son taux de compression a été porté à 8 à 1. Il reçoit également des arbres à cames plus pointus et deux carburateurs. Développant 87 ch, il permet à la voiture d’atteindre les 140 km/h. (Article & Photos)

Skoda Octavia 2 (2004-2013)

Auto la plus vendue de toute l’histoire de Skoda, l’Octavia en 1996 est le premier modèle construit sous le contrôle de Volkswagen, mais qui emprunte le nom d’une voiture apparue en 1959. Après le succès de la première génération de 1996 aux 1 440 000 exemplaires produits, et avec une notoriété renforcée grâce à son titre de voiture officielle du Tour de France, Skoda lance l’Octavia 2 en juin 2004. (Article & Photos)

Chevrolet (1932)

En 1932, Chevrolet reste le premier constructeur américain malgré la chute spectaculaire des ventes due à la récession. Dans sa publicité, il rassure sa clientèle : « Le moindre dollar que vous mettez pour une Chevrolet vous est rendu au centuple par ses qualités. C'est un investissement pour en tirer la plus grande satisfaction. » (Article & Photos)

Austin Healey 100 (1953-1959)

Après sa présentation au salon de Londres de 1952, la production de l’Austin Healey 100 démarre en mai 1953 dans la célèbre usine Austin de Longbridge. Dessinée par Gerry Coker, la « Big Healey » apparaît comme une des plus belles réussites du design britannique. L’année 1956 marque un tournant dans l’évolution de l’Austin Healey avec l’apparition du premier modèle à six cylindres. (Article & Photos)

Citroën GT (GTbyCitroën) (2008)

Née pour évoluer dans un monde virtuel, la GTbyCitroën est l’œuvre de Takumi Yamamoto, designer chez Citroën, et Kazunori Yamauchi, concepteur du jeu Gran Turismo. Pourtant, lorsque la supercar est présentée à Jean-Pierre Ploué, le directeur du style Citroën est tellement séduit par la GT qu’il décide de la produire à l’échelle 1 et de la présenter au public lors du Mondial de Paris en 2008. (Article & Photos)

Chrysler d'Elegance Ghia (1953)

Les show-cars, assurant la promotion de la marque Chrysler, figurent parmi les plus beaux de cette fabuleuse décennie. Virgil Exner, à la tête du bureau de style, avait choisi de se tourner vers l'Italie, où le monde de la carrosserie vivait une époque de plein renouveau. La Chrysler d’Elegance de 1953 témoigne de cette fructueuse collaboration. (Suite & Photos)

Ferrari 250 GT (1955-1958)

Depuis sa création en 1947, Ferrari s’est bâti une réputation avec ses voitures de courses. Solidement établie, la firme de Maranello entre dans une ère nouvelle, passant d’une dimension artisanale à une logique industrielle, en produisant dès 1956 des séries de GT de route. La nomenclature Ferrari des lettres GT, pour "Gran Turismo" traduit la volonté de Ferrari de s'ouvrir à une plus large clientèle. (Article & Photos)

Mercedes-Benz Stuttgart 200 W02 (1926-1933)

Le 29 juin 1926 voit la fusion entre Daimler et Benz & Cie pour former Daimler-Benz. Les nouveaux partenaires présentent dès l’automne au Salon de Berlin, les premières Mercedes-Benz à porter ce nom. Les moteurs sont dessinés par le directeur technique, Ferdinand Porsche. Mais à la suite d’un désaccord avec le directeur Wilhelm Kissel, Porsche quitte la firme en 1928. Les responsabilités techniques sont reprises par Hans Nibel. (Article & Photos)

Honda NSX (1990-2005)

La Honda NSX, pour Nouvelle Sportcar eXpérimentale, répondait au projet de l’ingénieur Kawamoto dont l’idée était de créer une nouvelle race de Supercars, aussi faciles à conduire que les Honda de série et de prouver l’avance technologique  du constructeur nippon. Résultat : une voiture exceptionnelle à moteur central de 274 ch, capable de dépasser les 260 km/h. (Article & Photos)

Lancia Aurelia B56 Florida (1955)

La Lancia Aurelia présentée pour la première fois en 1950 était l’une des automobiles les plus innovatrices de son temps. À côté de la version standard, des châssis longs ont été produits et confiés à de célèbres carrossiers italiens pour réaliser des modèles exclusifs dont la "Florida" de Pinin Farina en 1955. (Article & Photos)

Volvo 760 GLE (1982-1990)

Lorsque Volvo présenta la 760 GLE en 1982, il dévoila une élégante voiture au style foncièrement nouveau, peu conventionnel, donnant le choix entre trois motorisations dont un 6-cylindres en ligne turbodiesel D24. Equipée de ce moteur, la Volvo 760 était de loin la berline Diesel la plus rapide du monde à l’époque. La Volvo 760 aura marqué un tournant pour Volvo Car Corporation, en constituant le socle de la pérennité de l’entreprise. (Article & Photos)

Peugeot 504 (1968-1983)

Héritière d’une longue génération de berlines familiales, la Peugeot 504 permet au constructeur de Sochaux de rivaliser en termes de confort, d’équipement et d’habitabilité avec les meilleures routières européennes. Classique et moderne, la Peugeot 504 affiche une image flatteuse et bourgeoise qui séduit sans réserve la presse et le public dès sa présentation en septembre 1968. (Article & Photos)

Pontiac Bonneville (1959)

De 1957 à 2005, la Bonneville représentera le haut de la gamme Pontiac par neuf générations successives. Adoptant le nom d’un concept-car du Motorama GM de 1954, la première Bonneville était la luxueuse version cabriolet de la Star Chief de 1957. L’année suivante, elle est aussi déclinée en coupé, puis devient une gamme entière en 1959 avec une berline quatre portes et le break Safari. (Article & Photos)

Lancia Aurelia B52 PF200 (1952-1955)

L’influence de l’aéronautique sur le style automobile s’installe aux Etats-Unis dès le début des années 1950 et ne tarde pas à traverser l’Atlantique. Au Salon de Turin de 1952, Pininfarina s’empare de ce phénomène de mode en présentant un concept-car bâti sur le châssis d’une Lancia Aurélia et dont la calandre circulaire entourée de chrome rappelle le jet F86 Sabre. (Article & Photos)

Samco Cord Warrior (1968-1970)

Retenue pour sa perfection par le Musée d’Art Moderne de New York en 1952, la Cord 810 avait quitté les chaînes de production le 7 août 1937, victime de la Grande Dépression qui sévissait alors aux Etats-Unis. Depuis, nombreuses ont été les tentatives de faire revivre les formes intemporelles de ce modèle d’exception. En 1968, la société SAMCO lança une réplique du nom de Warrior. (Article & Photos)

Armstrong Siddeley Sapphire (1952-1958)

Au début des années 50,  Armstrong Siddeley doit être capable de produire des automobiles reflétant le haut niveau technologique qu'il atteint dans la construction aéronautique, comme le font des firmes aussi réputées que Bristol ou Rolls Royce. C'est ainsi qu’est présentée en octobre 1952 la nouvelle Armstrong Siddeley Sapphire, dotée d'un 6 cylindres de 3 435 cm3. (Article & Photos)

Morgan, le Modèle Artisanal

La Morgan Motor Company a traversé le temps en conservant intact son patrimoine génétique. Créée par Henry Frederic Stanley Morgan en 1910, la firme britannique est toujours détenue et dirigée par la famille Morgan avec sa tête aujourd’hui Charles Morgan. Morgan est ainsi le plus ancien constructeur automobile au monde toujours sous le contrôle de sa famille fondatrice. (Article & Photos)

Ferrari 250 GT/L Lusso (1962-1964)

La Ferrari 250 GT/L Lusso est la dernière représentante de la lignée des Ferrari 250, commencée en 1952. Elle est présentée au salon de Paris en 1962 et bien qu’elle porte en elle les gènes sportifs de ses ainées, elle n’est pas destinée à la compétition. Pininfarina est à l'origine du design de la Lusso (luxe en italien), qui saura séduire des personnalités de l'époque dont Steve McQueen. (Article & Galerie Photos)

Bugatti Type 55 (1932-1935)

Etroitement dérivé d’une machine de Grand Prix, le Type 51, la Bugatti Type 55 prouve que Jean Bugatti était lui aussi touché par la grâce du génie de son père, Ettore Bugatti. Le jeune homme de 22 ans supervisa la conception de cette nouvelle routière, baptisée Super Sport et des 38 exemplaires fabriqués, seize exhibaient la carrosserie d’une merveilleuse élégance qu’il avait lui-même dessinée. (Article & Photos)

Ferrari 166 Inter (1948-1950)

La Ferrari 166 est la première Ferrari de route. En 1948, l’objectif d’Enzo Ferrari est de construire des voitures de grand tourisme pour financer ses programmes de course. Pour habiller son châssis issu de la compétition, le Commendatore fait appel aux grands noms de la carrosserie : Touring, Ghia, Allemano, Bertone, Stabilimenti, Vignale... (Article & Photos)

Maserati A6 G Zagato (1954-1957)

Présentée à Paris en 1954, la Maserati A6 G54 correspond à une période charnière de l'histoire de la marque. Elle est son dernier modèle avant qu’elle ne passe à la production en série. Le A de A6G est en hommage à son fondateur Alfieri Maserati, le 6 désigne le nombre de cylindres et le G précise que le bloc-cylindres est en fonte (ghisa). (Article et Photos)

Chevrolet Corvette Stingray (1968-1982)

La Chevrolet Corvette de troisième génération, qui prend en 1968 le relais de la Sting Ray de Bill Mitchell, se caractérise par un design entièrement nouveau, une forme plus sensuelle et resserrée « en bouteille de Coke » inspirée par le show car Mako Shark II de 1965 de Larry Shinoda. La Corvette C3 pour la carrosserie conserve le nom de Stingray mais cette fois-ci, en un seul mot. (Article &  Photos)

Buick Series 60 & 80 (1932)

Le 14 novembre 1931, Buick présente ses nouveaux modèles pour l’année 1932. Au premier coup d’œil, un nouveau capot à volets et l’absence de visière de pare-brise permettent de les identifier. La ligne a été aérodynamisée, la calandre est plus arrondie à son extrémité, les ailes plus fluides, plus tendues à l’avant, plus ouvertes à l’arrière. Sur le plan mécanique, innovation avec le « contrôleur sorcier ». (Article & Photos)

Bugatti EB 110 (1992-1995)

La Bugatti EB 110 symbolisait en 1991 la résurrection de la marque Bugatti dont la présentation devait coïncider avec le 110ème anniversaire de la naissance d’Ettore Bugatti, le fondateur de la marque,  à l’automne 1991, d’où son nom l’EB 110. L’initiative de cet ambitieux projet revient à Romano Artioli, riche homme d’affaires italien, important concessionnaire de Ferrari, et passionné de Bugatti  (Article & Photos)

Mercedes-Benz 320 (1937-1942)

Présentée au Salon de l’Automobile de Berlin en février 1937, la Mercedes-Benz 320 est destinée à remplir le créneau entre les véhicules de gamme moyenne et le luxueux haut de gamme de la marque. Les élégantes carrosseries sont fabriquées sous la direction d’Hermann Ahrens, le talentueux responsable du design au sein de la carrosserie Sindelfingen intégrée à Mercedes-Benz depuis 1932. (Article & Photos)

Tracta D2 9CV (1929-1934)

"Les multiples talents de Jean-Albert Grégoire, né à Paris en 1899, se sont manifestés dans ses activités d'ingénieur, écrivain, athlète accompli, pilote de courses, inventeur et constructeur d'automobiles. Il a été pionnier de la technique de la traction avant, avec un système de joint homocinétique breveté, éprouvé dans ses Tracta de route et de course, pendant les années 1920." (Article & Photos)

TVR Taimar Turbo (1975-1979)

Avec un moteur dérivé de celui de la TVR 3000 M, la TVR Taimar Turbo est le premier modèle de série du Royaume-Uni à être équipé d’un turbocompresseur. Pour l’occasion, la petite entreprise de Blackpool reçut de l’aide du célèbre préparateur Ralph Broad qui avait déjà adapté un turbo de camion V6 Ford Essex 3 litres sur sa version « Bullit » de la Ford Capri. (Article & Photos)

DeSoto Adventurer (1959)

Walter Chrysler lança pour la première fois sa nouvelle filiale DeSoto au Motor Show de New York en janvier 1929 pour grandir encore son empire automobile. De sorte, elle faisait le pont entre les marques Dodge et Chrysler. En 1956, DeSoto présenta la puissante Adventurer capable de passer de 0 à 100 km/h en à peine 9 secondes. Performant aussi, son chauffage qui pouvait passer de -18° à 38°C en 15 secondes. (Article & Photos)

Maserati 3200 GT (1998-2001)

La Maserati 3200 GT ou la reconquête du Trident. En effet, ce modèle de 1998 marque le renouveau de Maserati sous la gestion de Ferrari. La rupture avec le passé est affirmée par le style, œuvre de Giorgetto Giugiaro, qui réalise une voiture dynamique, très moderne et orientée vers l’avenir en fixant les grandes lignes de l’image de Maserati pour le troisième millénaire. (Article & Photos)

Fiat 60 HP (1904-1909)

Conçue avec un souci de luxe dans les moindres détails pour les marchés d’exportation plus riches, la Fiat 60 HP est une grosse 4-cylindres de 10 563 cm3, développant 60 ch, et capable d'atteindre 90 km/h. Prévue pour transporter 6 ou 7 personnes, elle est destinée à être habillée par des carrossiers et même des américains Quimby et Demarest. Cette voiture marquera son temps avec des innovations technologiques importantes. (Article & Photos)

Maserati Birdcage Tipo 60/61 (1959-1961)

Le châssis en treillis tubulaire, d’une incroyable finesse, donnait l’impression d’un assemblage fragile pouvant faire penser à une toile d’araignée, autre surnom proposé pour la Birdcage. Or, si le châssis de la Tipo 60/61 était le plus léger que Maserati n’eût jamais fabriqué, il se révéla le plus robuste et le plus rigide. (Article & Photos)

Alfa Romeo Arna (1983-1987)

Née d’un mariage curieux et plutôt incongru entre Alfa Romeo et Nissan en 1983, l’Arna est la Nissan Pulsar, vendue en France sous le nom de Cherry, dotée d’une mécanique et d’un train avant d’Alfasud. Alfa Romeo s’était tourné vers le Japon pour trouver rapidement un partenaire et pénétrer le marché des voitures de classe moyenne ouvert par la VW Golf. (Article & Photos)

Hyundai i30 (2007-2011)

Remplaçante de la Lantra, la Hyundai i30 inaugure la nouvelle nomenclature d’appellations adoptée par le constructeur sud-coréen pour clarifier sa gamme aux yeux du grand public. Pour justifier la lettre « i », Hyundai évoque les termes intelligence, inspiration, intégrité ou encore innovation. Avec la i30, Hyundai donne un nouvel élan à ses projets de conquête du marché européen, en attaquant de front le plus porteur des segments, celui des compactes. (Article & Photos)

Mazda 121/121 L (1975-1981)

Mazda commença la construction de voitures de tourisme au début des années 1960 et très rapidement donna une grande importance dans sa gamme aux modèles mus par moteur rotatif. Mazda sera l’un des rares constructeurs à poursuivre son effort dans le domaine de ces moteurs auquel il continuera d’apporter des améliorations.  Ainsi, la Mazda 121 présentée en 1975 était disponible avec un moteur traditionnel ou avec un moteur rotatif. (Article & Photos)

Fiat 125 (1967-1972)

Reprenant l’esthétique réussie de la Fiat 124 sortie un an plus tôt, la Fiat 125, présentée en mai 1967, apparaît sous la forme d’une berline à tendance sportive bien accueillie par le public grâce à sa finition soignée, son brillant moteur 1600 et à son prix compétitif. La version polonaise, la Fiat-Polski 125 P, est facilement reconnaissable par ses phares ronds au lieu des phares carrés de l'Italienne. (Article & Photos)

Ferrari 365 GTB 4 Daytona Shooting Brake (1975)

Véhicule unique et exotique, le break de chasse Ferrari conçu par Panther en Angleterre fut réalisé en 1975 sur la base d’une Ferrari 365 GTB 4 « Daytona » suite à une commande de Luigi ‘Coco’ Chinetti Junior, importateur américain Ferrari, à l’insistance d’un promoteur immobilier, Bob Gittleman. Seuls, le capot et le pare-brise, furent conservés du modèle d’origine. (Article & Photos)

Subaru BRAT (1977-1993)

En 1977, Subaru reprenait le concept de la Chevrolet El Camino et de la Ford Ranchero, des véhicules à mi-chemin entre un coupé et un pick-up. Etonnant, cette BRAT ne sera jamais vendue au Japon, là où pourtant elle avait été créée. En fait, elle était destinée aux amateurs de tout-terrain et principalement ceux du continent nord-américain. (Article & Photos)

Chrysler Newport (1964)

Le nom « Newport » apparaît pour la première fois chez Chrysler en 1940 pour un concept-car qui se voulait une interprétation moderne d’un style ancien. Le nom « Newport » est ensuite réutilisé pendant les années 50 pour désigner un coupé à toit rigide. Ce n’est qu’à partir du millésime 1961 que la Newport intègre la gamme Chrysler en tant que modèle bien spécifique. (Article & Photos)

Opel Corsa D (2006-2014)

Au printemps 2006, une illustration sur un taxi londonien l’annonce. La nouvelle Opel Corsa sera dévoilée en première mondiale à l'occasion du British International Motor Show de Londres le 18 juillet 2006,  sous la marque Vauxhall spécifique au Royaume-Uni. Cette Corsa de quatrième génération avance un style dynamique qui la propulsera à nouveau parmi les stars de sa catégorie. (Article & Photos)

Fiat 1200/1500 Cabriolet (1959-1966)

En 1958, Fiat décide de rajeunir son cabriolet 1200 Trasformabile et en confie l'étude au carrossier Pinin Farina. Le nouveau cabriolet est ainsi présenté lors du salon de Genève 1959. Ses lignes fines et tendues sont largement inspirées des travaux effectués par le styliste turinois pour la Ferrari 250 GT. Le nom commercial officiel est « Fiat 1200 Cabriolet », mais la nouvelle voiture est un spider 2 places. (Article & Photos)

Honda S2000 (1999-2009)

Au Tokyo Motor Show de 1995, Honda dévoile le concept SSM (Sport Study Model), un roadster au look typé qui s’inscrit dans la lignée des modèles sportifs S dont le premier apparut en 1964. Honda, à la célébration de son cinquantième anniversaire en 1998, présente un modèle de présérie. La commercialisation de la version définitive intervient dès sa présentation au Salon de Genève en mars 1999. (Article & Photos)

Mercer Type 35R Raceabout (1911-1914)

Aux Etats-Unis, les premières voitures de sport reçurent diverses appellations telles que runabout, raceabout, roadster ou speedster. Leur nombre était impressionnant. Mais, parmi ces pionnières, la Mercer Raceabout est devenue le symbole du speedster américain antérieur à la Première Guerre mondiale avec son confort spartiate et son gros 4-cylindres à culasse en T. (Article & Photos)

Muntz Jet (1951-1954)

Dans les années 40, les spots publicitaires décalés d’Earl William Muntz dans son personnage de Madman à la radio et à la télévision ont eu pour effet de rendre ses concessions de voitures d’occasion en de véritables attractions touristiques. En 1951, ce vendeur génial fonda la Muntz Car Company pour fabriquer la « Muntz Jet ». (Article & Photos)

Mitsubishi Colt 1400 Turbo (1982-1984)

Au début des années 80, le virus GTI d’origine Volkswagen gagne les principaux constructeurs automobiles qui tiennent fortement à inscrire dans leur gamme une sportive équivalente à la Golf. L’originalité de la Mitsubishi Colt de 1982 est de proposer une boîte quatre vitesses associée à un réducteur pour que le conducteur puisse choisir entre l’économie et la nervosité. (Article & Photos)