Ford Mustang (1964-1973)

1964 Ford Mustang Cabriolet
Lee Iacocca

Publié par Philippe Baron le 20 mai 2016.

 

Le 17 avril 1964, Ford bouleverse l'industrie automobile. Ce jour-là, le constructeur américain présente à la Foire mondiale de New York sa Mustang destinée à séduire les jeunes baby-boomers. A l’origine du projet, l’emblématique Lee Iacocca, alors directeur commercial de Ford, avant d’en devenir président, qui a lancé le concept d’une compacte d’allure sportive vendue à un prix de base raisonnable mais personnalisable aux desiderata de son acquéreur grâce à la multitude d’options et de motorisations proposées.

 

1963 - Ford Mustang II Prototype

Dès l’été 1962, les stylistes Joe Oros, David Ash et Gail Halderman planchent sur les formes de celle qui, fait unique, va arborer un mustang au galop sur sa calandre à la place du logotype du constructeur, tandis que les ingénieurs Donald Frey et Jack Prendergast conçoivent sa mécanique. Le prototype Mustang II est présenté au Salon de Detroit en janvier 1964, le modèle de série d’avril 1964 n’en sera pas très éloigné.

 

 

Pour économiser les coûts de développement, les premières versions puisent dans l’immense banque d’organes mécaniques de la firme et empruntent les trains roulants de la Ford Falcon. C’est alors que Ford réalise un exercice de marketing très novateur pour l’époque. Si la sobre Mustang est dotée en série d'un placide moteur de 6 cylindres en ligne de 2,8 L de 101 chevaux, pour 75 modestes dollars supplémentaires, le client peut choisir le V8 4.2 l et 164 ch et pour 108 $, le 4.7 l de 210 ch. Ainsi chaque Mustang est personnalisée aux desiderata de son acquéreur grâce à la multitude d’options proposées de la transmission automatique à la boîte de vitesse à 4 rapports en passant par les assistances de direction et de freinage, les disques avant l’air conditionné, la radio …Ainsi pour une version décemment dotée, le montant des options ‘indispensables’ représente près de 1 000 $ soit presque la moitié du tarif officiel des deux versions proposées, le coupé à 2 368 $ et le cabriolet à 2 614 $.

 

Foire Mondiale de New York 1964
1964 Ford Mustang 260 Coupe - Photos : Darin Schnabel, RM Auctions
1964 Ford Mustang Coupe
1964 Ford Mustang 260 Cabriolet

 

Le succès est immédiat avec plus de 20 000 commandes le premier jour de sa présentation et 100 000 voitures vendues les quatre premiers mois de sa commercialisation, écrasant sa concurrente la Plymouth Barracuda sortie deux semaines plus tôt et qui ne rencontrera pas l'immense succès de la Mustang.

 

1965 Ford Mustang A-Code 289/225 HP Fastback

 

Du à l’engouement du public, le millésime 1965 ne voit aucun restyling mais l’arrivée d’une nouvelle carrosserie pour fêter la 250 000ème Mustang. La version Fastback, aussi appelée Sportsroof dès 1969, se caractérise par un toit prolongé, presque jusqu'au bout du coffre. Cela donne à la Mustang un côté encore plus dynamique. Côté motorisation, le moteur 6-cylindres de base évolue avec maintenant 120 ch, le V8 4.2 l disparaît au profit du 4.7 l limité à 200 ch avec un carburateur double corps, mais équipé d’un quadruple corps qui délivre 225 ch, 271 ch en configuration High Performance, 306 ch dans la version spéciale préparée par le légendaire Carroll Shelby, la Shelby GT-350, 350 ch pour la GT-350R et 380 ch pour la GT-350R Paxton. Le Pack GT, proposé au printemps 1965, comprend des suspensions renforcées, des disques avant, une double ligne d’échappement et des projecteurs antibrouillard encastrés dans la calandre.

 

1965 Ford Mustang Convertible
1965 Ford Mustang Coupe
1965 Ford Mustang GT Convertible - Photos : Darin Schnabel, RM Auctions
1965 Ford Mustang GT Fastback - Photos : Darin Schnabel, RM Auctions
Johnny Halliday et Henri Chemin

En France, la Mustang est aussi un phénomène de mode et toutes les idoles de l’époque succombent à ses charmes, de Johnny Halliday à Dick Rivers, en passant par Sheila et Hugues Aufray. Serge Gainsbourg lui dédie même une chanson. Le dynamique responsable de la communication de Ford France, Henry Chemin, fit beaucoup pour la notoriété du modèle, l'engageant au Rallye Monte Carlo (pilotée par Johnny Hallyday) et la faisant apparaître dans de nombreux films dont  le romantique ‘Un homme et une femme’ de Claude Lelouch. Dans le film, de vraies séquences du Monte-Carlo sont intégrées avec au volant le protagoniste Jean-Louis Trintignant, excellent pilote à ses heures. Le séduisant cabriolet rouge 260 Ci de 1964 apparaît dans ‘Le gendarme de Saint-Tropez’ de Jean Giraud avec Louis De Funès. Lors de la sortie du film, Ford France n’hésita pas à distribuer des flyers aux abords des salles de cinéma. Dans le troisième opus, ‘Le gendarme se marie’, Claude Gensac, épouse de Louis de Funès dans le film, conduit une Mustang qui sème une Floride sur les petites routes de l’arrière-pays varois dans une séquence orchestrée par l’équipe de Rémi Julienne. Notons au passage, que Claude Gensac était mariée à la ville avec…Henri Chemin., créateur de la fameuse écurie Ford France, initiateur de l'opération Ford Jeunesse et promoteur de la Mustang en compétition.

 

1966 Ford Mustang Convertible

 

Peu de changements pour le modèle 1966. La calandre, qui se composait de l'emblème entouré d'un anneau avec une barre sur chaque côté, se débarrasse de ces barres. La Shelby GT-350 est toujours disponible mais l'ajout d'une boîte automatique l'éloigne quelque peu de son image de voiture de course. De plus, elle est à présent disponible en quatre couleurs dont la mythique noir et or préparée spécialement pour la société de location Hertz. Anecdote amusante, lorsque Ford décida de vendre sa Mustang en Allemagne, le nom était déjà déposé par une société allemande. Celle-ci demanda 10 000 dollars à Ford pour pouvoir utiliser leur nom, ce que la firme américaine refusa. Elle décida alors de retirer tous les emblèmes « Mustang » et de les remplacer par « T-5 ».  

 

1966 Ford Mustang Fastback
1966 Ford Mustang Hardtop

 

En 1967, la Mustang connaît son premier lifting. Elle a été redessinée pour accueillir un gros bloc moteur V8. Les dimensions extérieures, intérieures et celles du coffre ont été augmentées. Les modifications extérieures comprennent des feux arrière concaves, des prises d'air latérales et dessus des inserts chromés (1968), des caches custode arrière, des modifications du millésime sont aussi apportées aux roues et au bouchon de réservoir d'essence. L'option haute performance 289, a été placée derrière le tout nouveau moteur 390 cu in (6.4 L) FE de 320 ch de la Ford Thunderbird, équipé d'un carburateur quadruple corps. Le moteur 390 GT permet d’atteindre une vitesse de 169 km/h. Peu de Mustang 1967 ont été commandées avec le moteur 428CJ. Au milieu de l'année 1968, un "drag racer" pour la route peut être commandé avec le moteur Cobra Jet 428 cu in (7 L) d’officiellement 335 hp. 

 

1967 Ford Mustang Fastback
1967 Ford Mustang GT-A Fastback

 

La Mustang Fastback devient  populaire grâce à la célèbre course poursuite de dix minutes dans le thriller Bullitt réalisé par Peter Yates en octobre 1968. Le lieutenant Frank Bullitt, joué par Steve McQueen, conduit une Highland Green Mustang 1968 GT 390 fastback, immatriculée JJZ 109, un V8 de 390Ci soit 6 litres 4 développant 320 ch, qui pourchasse dans les rues de San Francisco deux tueurs à gages installés dans une Dodge Charger R/T V8 440 Ci soit 7.2 l, coloris noir de 1968, immatriculée RD 838. Dans certaines scènes, la vitesse pouvait atteindre jusqu’à 180 km/h. La Mustang avait été débadgée par Carroll Shelby à la demande de Steve McQueen,  fâché à l’idée que Ford refuse de participer financièrement au film alors que lui-même en était le producteur. Cette scène fait désormais partie des classiques du cinéma américain. Contrairement à la croyance populaire, ce n'est pas uniquement Steve McQueen au volant de la Mustang lors du tournage de cette scène (les compagnies d'assurance ont catégoriquement refusé), mais aussi Bud Ekins qui avait déjà doublé l’acteur lors du célèbre saut à moto de " la grande évasion". 

 

1968 Ford Mustang GT Bullitt Fastback
1968 Ford Mustang 2-door Hardtop

 

La Mustang 1969, encore plus longue, plus large et encore plus lourde, est le premier modèle à avoir quatre optiques placées à l'intérieur et à l'extérieur de l'ouverture de la calandre. L'écusson du cheval au galop encadré est remplacé par le logo du cheval avec barres verticales tricolores et déplacé latéralement côté conducteur. Elle est équipée d'un moteur V8 302 cu in (4.9 L) de 220 ch. Le V8 351cid est introduit avec 250 ou 290 ch. Pour ceux désirant plus de puissance, le V8 "big block" 428cid Cobra Jet de 335 ch est disponible avec ou sans le Ram-Air. Sommet des muscle cars Mustang, les fastback Boss 302 (302 ci, 290 ch) et Boss 429 (429 ci) ont été conçus comme bases à des versions compétition (championnat Trans Am et courses NASCAR). La Boss 429 bénéficie du plus gros moteur jamais monté sur une Mustang (7 litres de 375 ch). Plus de 80% des Mustang en 1969 avaient un moteur V8.

 

1969 Ford Mustang Mach 1 428 Cobra Jet

 

Introduite en septembre 1970, la Mustang de 1971 est redessinée sous la supervision du chef de design Semon "Bunkie" Knudsen. Elle est la dernière à recevoir le big block haute performance, le 429 Super Cobra Jet de 375 ch. C’est avec cette carrosserie plus anguleuse qu'elle est la monture de James Bond dans " Les diamants sont éternels " dans les rues de Las Vegas. 

 

1970 Ford Mustang Hardtop Coupe
1970 Ford Mustang Boss 302
1971 Ford Mustang Hardtop

 

Créatrice d’un genre, le ponycar (par référence à son nom), la Mustang a inspiré la concurrence, qui n’a pas tardé à répliquer avec la Camaro de Chevrolet en 1966, suivie de la Pontiac Firebird l’année suivante. American Motors propose également la Javelin et Chrysler la Dodge Challenger, proche parente de la Plymouth Barracuda. Après le boom du début, les ventes commencent à diminuer dès 1967 sous l’effet des Camaro et Firebird. Moins de 200 000 exemplaires sont diffusés en 1970, pour tomber à 135 000 en 1973. Entre 1964 et 1973, Ford a ainsi produit 2 978 372 Mustang. L’aventure continue dans un contexte plus difficile, en plein choc pétrolier, avec la deuxième génération présentée en 1974.

 

1972 Ford Mustang Sprint Convertible
1972 Ford Mustang Coupe
1973 Ford Mustang Grandé

Mustang Shelby (1964-1970)

1965 Shelby GT350

 

La transformation des Mustang par Carroll Shelby  avait été envisagée comme une production confidentielle conduite pour le championnat Trans Am pour parvenir à une tenue de route digne des GT européennes. Les coupés fastback 289 ci HP étaient livrés par Ford à San Jose, en Californie, pour y recevoir les modifications mises au point par Carroll Shelby : admission spéciale, carburateur à quatre corps, carter d’huile de plus grande dimension et échappement spécial. En option, le V8 pouvait être gavé par un compresseur Paxton mais ce dernier fragilisant la mécanique ne connaîtra peu de succès. Développant 306 ch à 6 000 tr/mn, le moteur est accouplé à une boîte de vitesse manuelle à quatre rapports, tandis que les suspensions sont renforcées et des disques montés à l’avant. Aisément reconnaissable à sa livrée blanche barrée de bandes bleues et à son capot doté d’une prise d’air en polyester, la GT 350 est donnée pour plus de 200 km/h, le 0 à 100 km/h étant abattu en moins de sept secondes. Grâce au succès du modèle et de ses victoires en championnat, la production initialement artisanale va s’industrialiser. La version Racing remportera le championnat Trans Am en 1965 puis en 1966 et 1967, avant d’être battue les deux années suivantes par la Chevrolet Camaro.

 

1967 Shelby GT350

 

En 1967, apparaît la GT 500 équipée du 428 ci, seules les premières dizaines d’exemplaires ont reçu le 427 ci (400 ch). L’année 1968 voit le lancement de la GT 500 " King of the Road " dotée du 428 Cobra Jet, tandis que la fabrication est désormais assurée par Ford. 1969 voit l’apparition de trois muscle cars Mach 1, Boss 302 et Boss 429. Et en 1970, Ford renoue avec le succès dans le championnat Trans Am avec la Boss 302. C’est en cette même année que prend fin la fabrication des Shelby avec au total 14 555 exemplaires construits sur une période de six ans. 

 

1970 Ford Mustang Boss 302

 

Printemps 1965. Le trio féminin de Detroit, Martha & The Vandellas, interprètent leur Top 10 hit ‘Nowhere To Run’ dans l’usine d’assemblage de la Mustang.