Ford Capri (1969-1987)

Ford Capri Mk 1

 

Publié par Philippe Baron le 21 septembre 2014.

 

La Ford Capri est en quelque sorte la réponse européenne de la Ford Mustang américaine lancée en 1964. Voiture phénomène, le succès de la Mustang revenait à un concept de marketing génialement concocté par Lee Iacocca. La clientèle ciblée était la jeune génération issue du baby-boom et l’offre était une voiture à l’allure ravageuse dont la motorisation et les équipements pouvaient être choisis à la carte dans une liste d’options étudiées pour toutes les bourses et les aspirations sportives.

 

 

Ford aurait bien aimé que sa Mustang puisse bénéficier du même succès commercial en Europe qu’aux Etats-Unis. Mais de ce côté de l’Atlantique, bien que populaire auprès des stars de l’époque, la Mustang était confrontée à une réticence de la clientèle à cause de sa puissance fiscale élevée et de son prix rehaussé par les taxes d’importation. Aussi dès 1965, Ford étudie une version européenne de la Mustang en reprenant les mêmes ingrédients et en les adaptant aux exigences du vieux continent. 

 

 

Pour ce projet, Ford met en concurrence trois équipes : une allemande, une anglaise et une américaine. Le géant américain ne compte pas innover techniquement avec ce modèle aussi une conception classique est retenue avec un moteur placé à l’avant, propulsion arrière, une suspension avant type MacPherson et une suspension arrière assurée par un essieu rigide reposant sur des ressorts à lames semi-elliptiques, freins à disques à l’avant et à tambours à l’arrière. L’exigence se porte sur un capot démesurément long pour y abriter une large palette de motorisations. Bizarrement, c’est le projet américain qui sera retenue pour son design jugé « le plus européen ».

 

 

Initialement prévu avec le nom « Colt » (poulain en anglais), le modèle devra abandonner cette dénomination pour Capri, Colt étant déjà déposé par Mitsubishi, bien que le nom fût porté par certaines Lincoln et un coupé dérivé de la Ford Consul 315. 

 

 

La nouvelle Ford fait alors sa première apparition publique au Salon de Bruxelles en Janvier 1969 et conquiert immédiatement un large public. La formule « Mustang » est répétée avec un large choix de motorisations et différents degrés de finition. La production de la Capri se fait simultanément en Allemagne à Cologne et en Angleterre à Liverpool. Chaque usine produit ses propres moteurs aussi l’offre diffère d’un pays à l’autre. Outre-Manche sont proposés dans un premier temps, deux 4 cylindres en ligne (1 300 ou 1 600 cm3) et un V6 (2 000 cm3). Outre-Rhin, l’offre est plus large avec trois V4 (1 300, 1 500, 1 700 cm3) et le V6 (2 000 cm3). Les cinq niveaux de finitions sont communs aux deux pays : Standard, L, XL, R et XLR.

 

 

Dès le mois de mai 1969, Ford-Allemagne enrichit sa gamme de motorisations avec la 2300 GT et son V6 de 2 293 cm3 développant 108 ch puis de 125 ch en septembre. De son côté, les britanniques proposent à l'automne 1969, une nouvelle version 3000, équipée du V6 de 128 ch issu de la Ford Zodiac. En septembre 1970, Cologne ajoute la Capri 2600 GT de 2 550 cm3 avec un couple moteur disponible à bas régime et surtout la 2600 RS. Véritable bête de compétition, sa mise au point est l’œuvre de Jochen Neerspach, responsable de la compétition chez Ford-Allemagne. La Capri 2600 RS est surbaissée et allégée, grâce à l’utilisation de la fibre de verre dans certains éléments de la carrosserie monocoque. 

 

 

Grâce à l'injection mécanique (système Kügelfischer), la puissance obtenue est de 150 ch à 5 800 tr/min. Avec sa vitesse de 210 km/h, elle séduit de nombreux pilotes qui se distingueront à son volant. La Capri 2600 RS, identifiable par ses quatre phares, était vendue pour la modique somme de 26 900 F contre les 66 000 F d’une Porsche 911 S. Produite jusqu’en 1973 à seulement 3 522 exemplaires, la Capri 2600 RS est devenu un modèle très rare et recherché de nos jours. En 1973, la production de la Capri passe le cap des 1 million d’unités vendues.

 

Ford Capri Mk2

 

En 1974, Ford dévoile l’évolution de la gamme Capri avec la Capri deuxième génération dont la ligne demeure identique. Les principaux changements consistent extérieurement dans l'adoption de phares plus grands, de feux arrière doubles, d'un capot à bossage sur tous les modèles, dans l'intégration des clignotants au pare-chocs avant et de la présence d’un hayon à l’arrière. 

 

 

Pour les motorisations, les chocs pétroliers sont passés par là et ne laissent pas un climat favorable au maintien de la 2600 RS ni de la 2600 GT. Toutes deux supprimées du catalogue, elles sont remplacées par la 3000 GT destinée avant tout pour le marché allemand. 

 

1978 - Ford Capri Mk3

 

A partir de 1976, la conception de la Capri commence à ressentir le poids des années et son assemblage n’est désormais assuré que par l’usine de Cologne. En 1978, pour relancer son modèle, Ford redessine la Capri dans un style plus agressif et essaie de prolonger son existence par de nombreuses séries limitées. Essoufflée et démodée, la Capri III se retire définitivement en 1986. Avec 1 806 647 exemplaires produits, la Capri constitue un des plus grands succès de Ford en Europe, surtout en Allemagne et plus encore en Grande-Bretagne où elle fait l’objet d’un véritable culte.

 

1981 Ford Capri 2.8 Injection
1982 Ford Capri