Ford Anglia (1959-1967)

Photo : AndehtW

 

Publié par stubs auto le 20 juillet 2012.

 

Voiture populaire par excellence, la Ford Anglia s’est vite imposée dans le paysage britannique des sixties et connaitra son heure de gloire au cinéma dans Harry Potter et la Chambre des Secrets. Cette petite voiture légère au sourire énigmatique, fabriquée dans les usines Ford de Dagenham, est dévoilée au Salon de Londres en septembre 1959 et ne passe pas inaperçue avec sa lunette arrière atypique qu’aurait pu dessiner Zorro, de la pointe de son épée.

 

 

Photo : Peter Murphy

 

Le projet de l’Anglia, troisième du nom, porte le nom de code 105 E et démarre en 1956 sous la direction de Fred Hart et d’un designer venu tout droit de Detroit, Elwood Engel. C’est à lui que l’on doit le choix de cette lunette arrière inversée, une option qui n’était pas tout à fait une nouveauté. L’année précédente, la Lincoln Continental MK III avait repris ce curieux design d’un dreamcar de Richard Teague, la Packard Balboa de 1953.

Pour les ingénieurs de l’Anglia, cette solution n’était pas dictée par une quelconque recherche esthétique mais s’imposait pour offrir à cette voiture de 3.90 m de long pour 1.46 m de large et 1.44 m de haut, assez habitabilité pour emmener quatre passagers et leurs bagages sans sacrifier coffre et habitacle. Le calcul de l’inclinaison de cette fameuse lunette arrière a été étudié dans la soufflerie de Dagenham, en s’inspirant des travaux de Gustave Eiffel. L’ingénieur français avait démontré que lorsque l’on place deux disques parallèles dans un courant d’air, le second à tendance à remonter vers la source du vent. Pour l’Anglia, la lunette constitue le deuxième disque et les remous d’air reviennent buter vers elle. Si ce phénomène ne permet pas à la voiture d’avancer plus vite, il réduit avantageusement la résistance à l’avancement.

 

 

La bouille de l’Anglia est plein sourire avec une calandre entièrement chromée dans sa version ‘de Luxe’. L’autre version disponible, elle-aussi exclusivement en 2 portes, la Standard, dénuée de toute fantaisie, n’a droit qu’à une petite grille ne recouvrant que l’entrée d’air. L’intérieur du véhicule est très kitsch comme le veut l’époque avec un équipement plutôt spartiate mais satisfaisant avec un tableau de bord dont la particularité est d’être composée de deux panneaux parfaitement symétriques, l’un regroupant les instruments et l’autre la boite à gants, facilitant la fabrication quel que soit le côté du volant.

 

La bouille de l’Anglia est plein sourire avec une calandre entièrement chromée dans sa version ‘de Luxe’. L’autre version disponible, elle-aussi exclusivement en 2 portes, la Standard, dénuée de toute Photo : E185sevenpointfour

 

L’Anglia inaugure un tout nouveau moteur, premier de la longue et prestigieuse lignée, du nom de Kent, pour le lieu où il est produit. Ce quatre-cylindres ‘tout fonte’ affiche 997 cm3 pour une puissance de 41 ch à 5 000 tr/mn. Ce moteur pour sa fiabilité et sa simplicité fera bientôt le bonheur des préparateurs d’Outre-Manche en glanant des beaux succès en circuit, associé à un nom célèbre, Cosworth. Ford UK propose pour la première fois une boîte à quatre rapports avec embrayage hydraulique mais avec une première vitesse non synchronisée. La boîte totalement synchronisée arrivera pour le millésime 63.

 

 

En Grande-Bretagne, le succès est immédiat avec 200 000 exemplaires vendus la première année sur le marché national et 66 000 à l’exportation. Très vite, les filiales de Ford en Belgique, Pays-Bas ou du Portugal, se mettent à leur tour à fabriquer l’Anglia.

 

En juin 1961, Dagenham présente une camionnette basée sur l’Anglia qui est baptisée ‘Thames’ pour le marché britannique et ‘Van’ pour les autres marchés. Son équipement est ultra-dépouillé avec le siège passager…en option. Puis, à l’automne, Ford propose le break Anglia, Estate en Angleterre, dessiné par un certain Roy Brown de Detroit, père d’une certaine Edsel. Les proportions restent proches de la berline avec seulement 2 cm de plus en longueur. L’avant est commun mais la partie arrière est redessinée avec un hayon de grande taille et à l’intérieur la banquette arrière rabattable pour un espace de chargement plat. Ce petit break accuse un poids de 795 kg soit 58 kg de plus que la berline mais offre un volume de rangement de 1m3 derrière la banquette.

 

Photo : <p&p>

 

En octobre 1962, arrive la Super 1200 reconnaissable immédiatement par sa couleur deux  tons et ses doubles baguettes de flanc. Sous le capot, Ford a installé une version évolué de son moteur Kent. La cylindrée portée à 1 198 cm3 délivre une puissance de 54 ch à 4 900 tr/min permettant une vitesse de pointe de 130 km/h contre 125.

 

 

En novembre1967, l’Anglia doit s’effacer après un immense succès en Angleterre pour laisser place à l’Escort. 1 288 956 Anglia tous types confondus ont été fabriqués. A noter, une version Sportsman, avec une roue de secours montée verticalement à l’arrière du véhicule, a été produite de1960 à 1967. Ce modèle, devenu à part entière de la gamme,  recevait en plus de sa roue de secours ‘hors-bord’, des enjoliveurs de roues chromés, des pneus à flancs blancs, des butoirs sur les pare-chocs à l’avant et à l’arrière et une sortie de pot d’échappement chromée.

Une Ford Anglia volante dans l’univers d’Harry Porter

Cette automobile turquoise avait été achetée par Arthur Weasley qui avait l'intention de la démonter pour voir comment elle marchait, ou du moins, c'est le prétexte qu'il fournit Molly. En fait, au cours du processus de désassemblage et de réassemblage de la voiture, il l'ensorcela pour lui permettre de voler et installa un réacteur d'invisibilité (que l'on met en marche à l'aide d'un bouton argenté présent sur le tableau de bord). Il augmenta également par magie l'espace intérieur pour qu'un plus grand nombre de bagages puissent tenir dans le coffre et que ses sièges élargis puissent contenir plus de personnes. Fred et George conduisirent cette voiture à de nombreuses reprises, et allèrent une fois jusqu'au Surrey pour récupérer Harry chez les Dursley. Peu de temps après, Harry et Ron firent le trajet de Londres à Poudlard, en Écosse. La voiture arriva péniblement jusque là, et s'écrasa sur le Saule Cogneur à son arrivée, ce qui l'endommagea fortement. La voiture éjecta Harry, Ron et leurs bagages puis alla se réfugier dans la Forêt interdite. Elle y est toujours, parcourant la forêt comme un animal sauvage.

 

Scan : Kevin Lane
1965 Ford Anglia - Photos : Marc Vorgers