Ford (1949-1951)

Après les décès de son père et de son grand-père, le jeune Henry Ford II doit impérativement mettre sur roues la voiture du début des années cinquante pour la survie de l’entreprise dont les pertes s’établissent à 10 millions de dollars par mois. Heureusement, le pari sera gagné. Rétrospectivement, la Ford 1949 sera surnommée « la voiture qui sauva Ford ». (Article & Photos)

Ford Anglia & Prefect & Popular (1954-1962)

Pour le millésime 1954, les Anglia et les Prefect quittent leurs robes datant d’avant-guerre pour une carrosserie ponton bien au goût du jour. Contrairement à la génération précédente, les deux nouvelles Ford sont de dimensions identiques. L’Anglia se distingue par ses deux portes et sa calandre à trois larges baguettes horizontales tandis que celle de la Prefect à quatre portes, un peu plus luxueuse, est composée de fines baguettes verticales. (Article & Photos)

Ford Anglia (1959-1967)

Voiture populaire par excellence, la Ford Anglia s’est vite imposée dans le paysage britannique des sixties et connaitra bien plus tard son heure de gloire au cinéma dans Harry Potter et la Chambre des Secrets. Cette petite voiture légère au sourire énigmatique est dévoilée au Salon de Londres en septembre 1959 et ne passe pas inaperçue avec sa lunette arrière atypique qu’aurait pu dessiner Zorro, de la pointe de son épée. (Article & Photos)

Ford Capri (1969-1987)

La Ford Capri est la réponse européenne de la Ford Mustang américaine lancée en 1964. Présentée en janvier 1969, elle conquiert immédiatement un large public. La formule attractive « Mustang » est répétée avec un large choix de motorisations et de finitions. La Capri constitue un des plus grands succès de Ford en Europe, surtout en Allemagne et plus encore en Grande-Bretagne où elle fait l’objet d’un véritable culte. (Article & Photos)

Ford Comète (1951-1954)

Présentée par Ford France à l’automne 1951, la Comète, luxueux coupé dérivé de la Vedette, reçoit une carrosserie spécifique fabriquée chez Facel-Métallon à Colombes à partir d'un dessin de Stabilimenti Farina. La voiture bénéficie de la qualité de fabrication de Facel avec plus de tonus dans sa version Monte-Carlo. Elle incarne le luxe à la française, un type de modèle devenu absent dans l’industrie automobile hexagonale des années 1950. (Article & Photos)

Ford Consul 315 (1961-1963)

Au Salon de l’Automobile de Paris 1961, la filiale anglaise de Ford présente la Consul 315, une version revisitée de la populaire Anglia en plus cossue et américanisée avec ses doubles optiques. La version De Luxe se distingue par sa calandre ornée de cinq étoiles chromées qui semblent flotter dans la surface. Appelée Consul Classic dans son pays, la berline de Dagenham reprend aussi de l’Anglia son gimmick esthétique de la lunette inversée, cette forme originale en Z baptisée ‘Scotch’ par le constructeur. (Article & Photos)

Ford Consul Capri (1961–1964)

Elégant Coupé de luxe, la Ford Consul Capri est l’une des plus rares voitures produites par Ford of Britain pendant les années 60. Elle reprend le moteur, les performances et la nervosité de la Ford Consul Classic appelée aussi 315 à la ligne « scotch » mais la Capri se distingue par une ligne surbaissée avec pavillon profilé d’allure sport mais très difficile et coûteuse à produire. (Article & Photos)

Ford Corsair (1963-1970)

Avec le libre-échange qui favorisait désormais l’importation de modèles étrangers, la France découvrait au début des années 60 les Ford venues d’Angleterre. Après les Anglia et Consul 315 aux lunettes arrière inversées, place à la remplaçante de la Classic, la Corsair d’inspiration américaine aux lignes empreintes d’une incontestable originalité et qui se voulait l’équivalente de la Ford Taunus allemande. (Article, Photos & Vidéos)

Ford Cortina Lotus (1963-1966)

Au début des années 60, à l’image de la BMC et John Cooper pour la Mini, Ford UK s’associe à Colin Chapman, le patron de Lotus, pour injecter un peu de prestige dans sa berline Cortina et l’engager en groupe 2. Homologuée et musclée, la Ford Cortina Lotus devient très vite la nouvelle référence des voitures sportives britanniques avec des performances époustouflantes pour son époque. (Article & Photos)

Ford 'Dick Flint' 1929 Roadster by Valley Custom Shop

Au même titre que le Rock & Roll, les Hot Rods sont un pur symbole de la "jeunesse rebelle" des années 50. Devant l’ampleur des compétitions clandestines, la National Hot Rod Association est créée en 1951 pour encadrer légalement ces manifestations et donner une meilleure image au Hot Rodding. L’un des engins emblématiques de cette époque est le roadster Ford de Dick Flint. (Article & Photos)

Ford Escort (1968-1975)

Le label Escort est né chez Ford au printemps 1967 d’une volonté d’unifier les productions de ses filiales allemande et britannique, assez disparates et souvent rivales, en créant Ford of Europe. Dévoilée au Salon de Bruxelles début 1968, la Ford Escort, première du nom, va remplir cette mission au-delà de toute espérance. (Article & Photos)

Ford Escort (1980-1990)

Best-seller des années 1980, l’Escort en deux générations Mark III et IV s’est vendue à plus de 7 millions d’exemplaires en neuf années. Ford la présentait comme le symbole de la ‘voiture mondiale’. Son succès était à la fois dû à un rapport prix-équipements très satisfaisant, à une fiabilité rassurante mais surtout à une offre des plus diversifiées, qu’il s’agisse de ses carrosseries ou de ses motorisations. (Article & Photos)

Ford Fairlane Skyliner (1957-1959)

L'appellation Skyliner apparaît chez Ford pour la première fois en 1954 pour définir le toit en plexiglas bleu translucide équipant la Crown Victoria. Trois ans plus tard, «Skyliner » désigne cette fois une solution inspirée de la Peugeot Eclipse qui avait eu l’honneur en 1934 d’inaugurer un toit rigide rétractable se logeant dans le coffre. La Ford Fairlane 500 Skyliner est à l'époque la seule automobile vendue dans le monde à disposer de cette technique. (Article & Photos)

Ford Fiesta (1976-1983)

En 1976, toute l’Europe contribue à la production de la Fiesta : Saarlouis pour l’Allemagne, Dagenham pour le Royaume-Uni, Valence pour l’Espagne dans une toute nouvelle usine et toutes les boîtes de vitesse proviennent de l'usine de transmissions de Bordeaux. La Fiesta est une vraie européenne mais dessinée par un américain, Tom Tjaarda. (Article, Photos & Vidéos)

Ford Galaxie (1959-1974)

A la fin des années 1950, dans une Amérique qui se passionne pour la conquête de l’espace, Ford choisit de baptiser son haut de gamme Galaxie. Ainsi débute une épopée de quinze ans pour ces larges et confortables automobiles à la finition poussée dont la première représentante, la Galaxie Skyliner, remporta en 1959 la médaille d’or de l’Exposition universelle de Bruxelles pour son design exceptionnel. (Article & Photos)

Ford Granada (1972-1977)

En mars 1972 au Salon de Genève, Ford-Europe présente ses modèles jumeaux, la Granada, fabriquée à Cologne en Allemagne et la Consul, made in Dagenham, au Royaume-Uni. Elles assurent le renouvellement du haut de gamme qui était jusqu’alors constitué par la Taunus (17M, 20M et 26M) outre-Rhin et les Zodiac et Zephyr en Angleterre. (Article, Photos & Vidéos)

Ford GT 40 (1964-1969)

Au commencement de la GT 40, était Henry Ford, Henry le Second, le neveu devenu chef de la dynastie après la disparition prématurée du fils, Edsel Ford… Le tout début de l’histoire fut le projet d’une voiture sportive 100 % « made in America », ce qui n’était pas évident dans la mesure où, malgré des moyens importants, Ford ne possédait aucune expérience du sport automobile. (Article, Photos & Vidéo)

Ford GTX1 (2005-2008)

Dévoilée au Salon de Detroit 2002, en préparation des 40 ans de la mythique GT40 et des 100 ans de Ford, la Ford GT est livrée dès 2005. La même année, début novembre au Sema Show, grand rassemblement annuel des passionnés d’automobiles et de tuning à Las Vegas, est présentée une version découvrable encore plus exclusive : la GTX1. Le toit modulable de ce roadster lui permet d’être à la fois un coupé, un t-top et un cabriolet. (Article & Photos)

Ford Ka (1996-2008)

En introduisant la Ka le 11 septembre 1996, Ford copie la stratégie commerciale mise en place par Renault pour sa Twingo. Dotée d’une bouille sympathique et d’une seule motorisation, la citadine Ka inaugure le « New Edge » design du français Claude Lobo, une audace stylistique aux lignes anguleuses voulant rompre avec les rondeurs adoptées sur la plupart des autres voitures et dont la première Focus sera la représentante la plus notoire. (Article & Photos)

Ford Kuga (2008-2013)

Ford, un des grands spécialistes du SUV et du 4x4 aux Etats-Unis, commercialise en juin 2008 le Kuga, un SUV compact fabriqué à Cologne en Allemagne conçu pour les Européens. Le Kuga affiche une forte identité avec des traits inspirés du concept Iosis X présenté au Mondial de Paris en 2006 et fait preuve d’un comportement routier d’une grande efficacité. (Article & Photos)

Ford Model A (1927-1932)

Les ventes du Model T, symbole historique de démocratisation de l’automobile construit par Ford en 1908, s’essoufflent. Alors qu’il détenait encore 57 % de la part du marché automobile en 1923, celle-ci n’est plus que de 34 % en 1926. Le 26 mai 1927, quand l’ultime Ford T quitte l’usine, Henry Ford prend la décision drastique de fermer 23 usines et de licencier 60 000 ouvriers durant les 7 mois que durera la gestation de la Ford A. (Article & Photos)

Ford Mustang (1964-1973)

Le 17 avril 1964, Ford présente à la Foire mondiale de New York sa Mustang destinée à séduire les jeunes baby-boomers. A l’origine du projet, l’emblématique Lee Iacocca, directeur commercial de Ford, avant d’en devenir président, qui a lancé le concept d’une compacte d’allure sportive vendue à un prix de base raisonnable mais personnalisable aux desiderata de son acquéreur grâce à la multitude d’options et de motorisations proposées. (Article & Photos)

Ford Ranch Wagon (1957-1958)

Pour rester dans le marché des breaks sport 2-portes ouvert par la Chevrolet Nomad et la Pontiac Safari, Ford propose en 1957 la Ranch Wagon et sa déclinaison aux finitions supérieures, la Del Rio, après avoir pris la décision de cesser la diffusion du break premium Parklane, qui n’avait pas réussi à convaincre les acheteurs en 1956 lors de son unique année de production. (Article & Photos)

Ford Ranchero (1957-1959)

En 1957, Ford introduit la Ranchero, un véhicule à mi-chemin entre un coupé et un pick-up. Le géant américain tenait à associer ce véhicule à l'image de la Californie Hispanique. Ceci n'était pas anodin car Ford voulait concevoir un véhicule destiné avant tout aux fermiers américains, désireux du côté pratique d'un pick-up, sans pour autant perdre les avantages esthétiques d'un coupé racé. (Article & Photos)

Ford Sierra (1982-1993)

Lors de son lancement en 1982, la Ford Sierra choque par sa carrosserie à hayon, dont l’originalité sera finalement banalisée avec les années. Sa carrosserie deux volumes « aérodynamisante » aux formes très bulbeuses tranche avec celle de la Taunus/Cortina, très anguleuse qu’elle remplace. Elle deviendra pendant trois années consécutives la voiture la plus vendue de sa catégorie en Europe. (Article, Photos & Vidéos)

Ford Scorpio (1985-1998)

Pour remplacer la Granada en 1985, Ford Allemagne ne regarde pas à la dépense. Son nouveau haut de gamme, la Scorpio, bénéficie du complet réoutillage de l’usine de Cologne. La presse de 3 000 tonnes, qui pilote l’électronique, est la plus grosse d’Europe et 90 % des soudures sont confiés à des robots. La Scorpio est la première voiture à recevoir en série l'ABS. (Article & Photos)

Ford Sportsman (1945-1948)

Dans l’immédiat après-guerre, Ford, comme les autres constructeurs, reprend ses modèles datant de 1942 en les remaniant très légèrement esthétiquement. Pourtant le catalogue 1946 comprend une nouveauté, un élégant cabriolet à structure en bois baptisé Sportsman. Sa production très limitée en fait aujourd’hui l’un des plus rares et convoités woodies convertible. (Article & Photos)

Ford T (1908-1927)

Voiture à tout faire, passe-partout, simple et efficace en toutes circonstances, la Ford T est l’automobile qui, dès 1908,  « a mis le monde sur des roues ». Réussite au-delà de ses espoirs les plus fous, Henry Ford transforma l’industrie automobile naissante par l’introduction du montage à la chaîne dans ses usines de Detroit. La voiture n’était plus réservée à l’élite mais accessible à tous. (Article & Photos)

Ford Taunus 12 M (1952-1962)

Les Ford Taunus des années 50 sont pratiquement inconnues en France, pour la bonne raison qu’elles n’y furent exportées qu’à partir des années 60. Brièvement apparue en 1939, la première Ford Taunus allemande renaissait au lendemain de la guerre sous une forme à peine modifiée avant de faire peau neuve en 1952 avec de nouveaux atouts : une ligne Ponton beaucoup plus moderne, une structure monocoque et une suspension avant à roues indépendantes. (Article, Photos & Vidéos)

Ford Taunus 12 M (1962-1966)

En 1959, Ford US demande à sa filiale allemande d’étudier la conception d’une petite cylindrée pour concurrencer la Volkswagen Coccinelle. Les américains se chargent du design et impose la Cardinal, un projet jugé sans lendemain pour le marché américain. La Cardinal devient en 1962 la Ford Taunus 12 M (P4), qui remporte un joli succès tant en Allemagne qu’en France, où elle sera pendant un temps la voiture étrangère la plus vendue. (Article & Photos)

Ford Taunus 12M/15M P6 (1967-1970)

A l’automne 1966, la Ford Taunus 12 M fait peau neuve et avec sa nouvelle apparence, entre dans la génération P6. La « petite » Taunus adopte une nouvelle carrosserie, avec une calandre « nid d’abeilles » et des phares ronds. La 12 M reçoit le renfort d’une version 15 M dont la calandre est à barres horizontales avec des phares rectangulaires. L’une et l’autre sont disponibles en berline ou en coupé. (Article & Photos)

Ford Taunus 17 M P 2 (1957-1960)

A la fin de l’été 1957, le retour de la prospérité en Allemagne incite Ford-Cologne à lancer un modèle plus ambitieux que la Taunus 12 M : la Taunus 17 M. Cette voiture reprend le style des américaines du moment avec une découpe bicolore sur les flancs. De manière très inhabituelle pour une voiture allemande de milieu de gamme de cette période, elle est disponible avec 2 ou 4 portes. (Article, Photos & Vidéo)

Ford Taunus 17M (P3) (1960–1964)

In extremis, deux jours avant la fermeture du Salon de Paris 1960, Ford-Cologne présente la nouvelle Taunus au style novateur à bien des points de vue. Grâce à cette génération P 3, la Taunus à la ligne « Coup de vent » s’imposera sur le marché européen des voitures de moyenne cylindrée. En France, elle sera même la voiture étrangère de sa catégorie la plus vendue en 1961-62. (Article & Photos)

Ford Taunus 17M/20M P 5 (1965-1967)

A l’automne 1964, Ford choisit Paris de préférence à Francfort pour présenter les Taunus, celles de la nouvelle génération P5. Les nouvelles venues bénéficient d’une calandre bombée intégrant les phares mais conservent les flancs concaves et les pare-chocs incurvés des Taunus P3, ce qui préserve une continuité entre les deux générations. (Article & Photos)

Ford Taunus 17M/20M/26M P7A P7B (1967-1972)

A l’automne 1967, Ford dévoile les nouvelles Taunus de la génération P7A, qui provisoirement renoncent au nom de Taunus. En fait, il ne s’agit que d’une évolution de style, car si la P7A s’offre une nouvelle carrosserie, ses moteurs et châssis proviennent du modèle P5. Mais, devant l’insuccès de ce nouveau modèle, Ford est contraint de le restyler seulement un an plus tard pour devenir la P7B et revenir au style Taunus plus traditionnel. (Article & Photos)

Ford Taunus 1300/1600/2000 (1971-1975)

Ford Allemagne profite du Salon de Paris 1970 pour remanier et présenter sa nouvelle gamme qui reprend le nom de Taunus après une absence de trois ans. Habillées d’une carrosserie nouvelle, avec un « nez » proéminent qui leur vaudra en Allemagne le surnom de « Kudsen Taunus », les 12 M et 15 M deviennent les 1300 et 1600 et une version 2000 V6 apparaît au catalogue. (Article & Photos)

Ford Taunus (1976-1982)

Ford Europe choisit le Salon de Bruxelles en janvier 1976 pour dévoiler la silhouette amincie de la nouvelle Taunus qui se présente avec des phares Tungstène larges et carrés. Sur le plan mécanique, la gamme des moteurs habituelle est reconduite. Mais en revanche, la présentation a fait l’objet d’une recherche particulière, avec désormais cinq niveaux de finition : Spécial, L, GL, S et Ghia. (Article & Photos)

Ford Thunderbird (1955-1957)

En lançant la Thunderbird en 1955, Ford propose une interprétation typiquement américaine de la voiture de sport. Fascinante à contempler, la T-Bird, son surnom, séduit par sa ligne particulièrement fuselée, son confort, la souplesse et le silence de son V8. Succès gigantesque sur le marché américain, la T-Bird, sans prétentions purement sportives, symbolise la voiture de tourisme rapide. (Article & Photos)

Ford Thunderbird (1961-1963)

Voiture étoile de la gamme Ford, la Thunderbird de 1955 s’éloigne définitivement du concept originel dès 1958 en se transformant en conduite intérieure de luxe pouvant accueillir confortablement quatre personnes. Ce concept, surnommé Squarebird, est reconduit. La troisième génération Bulletbird de 1961 présente des lignes futuristes en phase avec une Amérique en pleine conquête de l’espace. (Article & Photos)

Ford Thunderbird (1964-1966)

La Ford Thunderbird de quatrième génération nommée « Flairbird », les cinéphiles la connaissent bien. Ils vous diront qu’elle est devenue mythique dans « Thelma et Louise » en 1991. La T’Bird de Susan Sarandon et Geena Davis était une décapotable. Cette version monocoque de l’année 1966 fut d’ailleurs le dernier modèle convertible disponible dans la gamme Thunderbird, et ce, jusqu’à l’arrivée de la Thunderbird du IIIe millénaire en 2001. (Article & Photos)

Ford Thunderbird (2001-2005)

Dévoilée le 3 janvier 1999 au Salon de Detroit, la Ford Thunderbird du IIIe millénaire ne prend officiellement son envol qu’en 2001. Avec cette onzième génération, Ford renoue avec l’esprit du modèle original de 1955. A l’époque, Ford l’avait qualifiée de première voiture personnelle, un véhicule grand public doté d’équipements luxueux et de qualités sportives. (Article & Photos)

Ford Torino (1968-1976)

En 1968, pour relancer les ventes de la Fairlane, Ford la pare d’une finition haut de gamme portant le nom de Torino en hommage à la ville de Turin, siège historique de l'automobile italienne. De son vivant, elle entrera dans la légende en devenant une star à part entière de la série Starsky & Hutch et beaucoup plus tard, Clint Eastwood lui rendra un hommage au cinéma dans l’un de ses films les plus poignants : Gran Torino. (Article, Photos & Vidéos)

Ford V8 (1932-1939)

Après la légendaire Tin Lizzie et la Ford A, Henry Ford révolutionne à nouveau l’industrie automobile avec un véhicule qui, par sa conception, suscite l’enthousiasme partout dans le monde. Présentée le 2 avril 1932, la Ford Model 18, voiture de grande série, destinée à une large diffusion, est dotée d'un moteur à huit cylindres en V, moteur réservé habituellement à des véhicules de prestige onéreux, offert à un prix Ford, c’est-à-dire le plus bas de tous les V8 du monde. (Article & Photos)

Ford Vedette (1948-1954)

A la fin de l’été 1945, Maurice Dollfus, le directeur de la filiale française de la Ford Motor Company, se rend à la maison mère à Dearborn. Il y découvre un prototype de voiture économique élaboré pendant le conflit en prévision des jours difficiles de l’après-guerre. Hors, l'économie américaine étant en meilleure santé que prévu, le projet de la petite Ford est rejeté et finalement récupéré par la France. Sous le nom de Vedette, l'auto est au Salon de Paris 1948. (Article & Photos)

Ford XC Falcon Cobra (1978)

En 1978, Ford Australie réalisa un coup de marketing particulièrement musclé pour écouler les 400 carrosseries du modèle XC Falcon alors en fin de production. L’idée suggérée par Edsel Ford II, petit-fils du fondateur Henry Ford, venu en visite « down under », consista à honorer ces ultimes modèles d’une version haute-performance portant l’emblème du label Cobra et inspirée des mythiques Shelby Mustang. (Article, Photos & Vidéo)

Ford Zodiac 6 / Zephyr 4 Mk III (1962-1966)

A Dagenham, au printemps 1962, Ford UK renouvelle sa gamme des Zephyr et Zodiac. La Ford Zodiac est la plus luxueuse des Ford européennes. Avec une vitesse maximale de 160 km/h, ces nouvelles Ford se hissent au niveau de leurs concurrentes européennes comme par les conditions de silence et d’agrément dans lesquelles sont réalisées ces performances. (Article & Photos)

1956 Ford Crown Victoria

1956-1962 Ford Zodiac

1966 Ford Bronco Half Cab