Fiat Ritmo (1978-1988)

Publié par stubs-auto le 29 juillet 2012.

 

La Fiat Ritmo, destinée à être la voiture des années 80, est la première Fiat de l’ère moderne à utiliser un nom au lieu d’un sigle, Ritmo, comme pour souligner le caractère jeune, innovateur et énergique induit de la voiture. Elle a la lourde responsabilité de remplacer la Fiat 128 de 1969, vendue à plus de quatre millions d’exemplaires, qui restera cependant à ses côtés pendant cinq ans.
L'étude de cette nouvelle voiture remonte à 1972. De part des exigences précises, elle aura duré six ans car les premiers prototypes, jugés trop avant-gardistes par la direction générale de Fiat Auto à l'époque ont été refusés. Les directives conceptuelles émises par le marketing, outre confort et qualité, concernent le gabarit de cette compacte à hayon, qui ne doit pas dépasser les 4 mètres et dont la ligne innovatrice sera susceptible d’entraîner un renouvellement du style de la firme italienne pour les années 1980.

La ligne soignée de la Ritmo, à 3 et 5 portes, est en totale rupture avec la Fiat 128. Elle est le fruit de l’étude du centre de style Fiat, dirigé par Gianpaolo Boano, qui a également travaillé sur le Cx, avec seulement 0.33. Le choix de projecteurs ronds à l’avant constitue une nouveauté par rapport aux autres constructeurs généralistes qui privilégiaient à l’époque des formes carrées ou rectangulaires pour les optiques. La Ritmo innove aussi avec l’emploi d’un nouveau matériau pour ses pare-chocs enveloppant qui sont réalisés selon un procédé d’avant-garde fondé sur l’injection d’un mélange de 80% de polypropylène et 20 % de caoutchouc pour obtenir une certaine souplesse pour absorber les petits chocs. Au niveau méthode productive, la Ritmo inaugure le ‘robogate’, premier système au monde d’assemblage robotisé des coques. Cette nouvelle technologie sera surlignée dans les publicités de l’époque comme le montre le clip ci-dessous.

 

 

 

L'habillage intérieur, de style très moderne, est confortable et fonctionnel à défaut d'afficher un niveau qualitatif suffisant dû à l’utilisation de matériaux bon marché et légers. D’ailleurs, pour faire face à ces critiques, Fiat dut réagir rapidement en proposant de nouvelles versions plus haut de gamme comme la série ‘Targa Oro’ plus luxueuse et confortable que les versions de base.

 

A son lancement, le choix mécanique privilégie la traction avant à moteur transversal avec simple arbre à cames en tête entraîné par courroie. Trois cylindrées sont proposées : 1100 cm3 et 60 ch (Ritmo 60), 1300 cm3 et 65 ch (Ritmo 65) et 1500 cm3 et 75 ch (Ritmo 75) qui pouvait disposer d’une boîte de vitesses automatique.

 

En 1979, la version destinée au marché américain est prête avec un moteur 1500 cm3 mais devra changer de nom en Fiat Strada en raison de la signification de ritmo en anglais usuel qui veut dire cycle menstruel féminin. La Ritmo change de ‘rythme’ en 1980 avec son premier moteur diesel, un 1700 cm3 de 155 ch (140 km/h).

En 1981, la gamme s’élargit avec une série un peu plus haut de gamme, la Super 85, en version 5 portes seulement. Son équipement est élaboré sous la direction de Mario Maioli, nouveau coordinateur du centre de style. La planche de bord reçoit un matériau mousse doux au toucher selon une technique déjà expérimentée chez Lancia et l’instrumentalisation est redessinée et valorisée. Sont présentées ensuite, les versions sportives avec la Ritmo 105 TC, pour 105 ch et Twin Cam (2ACT), sa vitesse atteint les 175 km/h. La seconde sportive est la Ritmo Abarth 125 TC (2000 cm³ et 125 ch) dotée de deux arbres à cames en tête (190 km/h en pointe) . Enfin, en haut de gamme, figure le cabriolet, Cabrio S85, dessiné et produit par Bertone. C’est le premier cabriolet Fiat à quatre places depuis 1950 (la 1400). Il sera produit en peu d'exemplaires en raison d'une faible demande, d'un prix élevé et d'une cinématique de capote particulièrement complexe.

Fiat Ritmo Abarth 125 TC 1981

 

Fin 1982, la Fiat Ritmo subit un important restyling et prend le nom Nuova Ritmo. Sa face avant perd de sa personnalité à contre-courant avec l’adoption de quatre phares et d’une calandre normalisée sur laquelle apparaît pour la première fois le motif à cinq barres obliques qui ornera désormais l’avant de toutes les Fiat. Les feux arrière sont entièrement redessinés et largement agrandis. Les versions et finitions proposées sont très nombreuses dont la version ES, pour Energy Saving, étudiée pour une consommation extrêmement basse (5 litres aux 100 km/h) et qui dispose déjà d'un dispositif stop and start (dénommé City-Matic), coupant le moteur au feu rouge et stoppant l'arrivée de carburant en décélération. Le moteur de cette version, économie d’énergie, est dérivé de celui de la Ritmo 60, un 1116 cm3, avec un allumage électronique et une vitesse de 150 km/h.

Fiat Abarth 130 TC

 

Au mois de septembre de cette même année, la Ritmo 130 TC Abarth fait son apparition. Le préparateur allemand Hormann peut doter la voiture de phares carrés à la demande. En 1985, la carrosserie de celle que l’on appelle la Ritmo 3 subit des modifications de détail, léger lifting au niveau du pare-chocs avant, calandre fermée autour des projecteurs avant, intégration d'une plaque de plastique strié entre les feux rouge arrière reléguant la plaque d'immatriculation dans le pare-chocs et nouveaux garnissages dans l'habitacle. 

En 1986, la Ritmo Turbo DS fait son apparition en Italie. Cette Ritmo est équipée d'un moteur de 80 chevaux lui procurant des performances très supérieures à celles d'une Golf GTD. C'est aussi la seule Ritmo dotée d'une direction assistée. Avec sa boîte ZF et ses antibrouillards avant, elle évoque l'Abarth. Elle se distingue aussi par ses bandes latérales, apparaissant au-dessus des protections en plastique de portière, ainsi que ses enjoliveurs spécifiques. Elle n'arrivera en France qu'un an plus tard. 

Seat Ronda

La Fiat Ritmo a été fabriquée à 2 044 393 exemplaires en Italie, jusqu'en 1988, date à laquelle elle est remplacée par la Fiat Tipo. A ce chiffre on pourrait ajouter les 118 450 exemplaires de la Seat Ritmo, construite en Espagne sous licence Fiat avec une carrosserie 5 portes identique à la version italienne mais des motorisations essence reprises aux anciennes Fiat 124 et le nouveau diesel Fiat, jusqu'en 1982. Après la rupture des accords industriels et financiers entre Fiat et l'État espagnol, Seat lancera la Ronda, une Ritmo restylée dans sa partie avant, arborant des feux rectangulaires à l’avant et qui sera produite à 177 738 exemplaires jusqu’en 1986.

Sur la calandre un B comme Bertone sur la Cabrio S85

Pour les passionnés de Fiat Ritmo Abarth & Cabrio : Club Ritmo Abarth et Cabrio (C.R.A.C.)