Fiat 8 V (1952-1954)

Conçue pour promouvoir la marque Fiat, la 8V n'a pas manqué son objectif, en remportant plusieurs succès sportifs sur les routes italiennes dans les années 50. Elle se distinguait par des performances impressionnantes pour l'époque avec une vitesse de pointe supérieure à 200 km/h. Son élégance et son concept atypique lui permettent de pouvoir prétendre à une cote relativement élevée sur le marché de collection. (Article & Photos)

Fiat 60 HP (1904-1909)

Conçue avec un souci de luxe dans les moindres détails pour les marchés d’exportation plus riches, la Fiat 60 HP est une grosse 4-cylindres de 10 563 cm3, développant 60 ch, et capable d'atteindre 90 km/h. Prévue pour transporter 6 ou 7 personnes, elle est destinée à être habillée par des carrossiers et même des américains Quimby et Demarest. Cette voiture marquera son temps avec des innovations technologiques importantes. (Article & Photos)

Fiat 124 (1966-1974)

En 1966, Gianni Agnelli, petit-fils de Giovanni, fondateur de Fiat, prend la direction de l’entreprise en nourrissant des projets ambitieux pour renforcer la présence de la firme italienne à l’international. Présentée en mars, la 124, est un modèle important pour Fiat parce qu’il représente la base d’un accord signé avec l’URSS pour la construction de l’usine d’automobiles VAZ dont la production sera centrée sur la 124 vendue à l’export sous la marque Lada. (Article & Photos)

Fiat 124 Sport Coupé (1967-1975)

Contrairement au Spider dessiné et produit par Pininfarina,  le Coupé, dérivé de la berline 124 à grande diffusion, est réalisé par le Centre de Style de Fiat et produit par la firme elle-même à partir de 1967. Deux portes, quatre places, le Coupé bénéficie de la même mécanique que le Spider mais il est construit sur la plate-forme de la 124 Berlina. (Article & Photos)

Fiat 124 Sport Spider (1966-1985)

Présenté au Salon de Turin 1966, en même temps que le superbe Spider Fiat à moteur Dino Ferrari, le cabriolet 124, un peu trop sage et presque timide, semble préférer se faire oublier. L’éclipse ne durera que le temps d’un salon. La sobriété de sa ligne, associée il est vrai à des tarifs attrayants, sera finalement la clef d’un succès commercial durable. (Article, Photos & Vidéo)

Fiat 125 (1967-1972)

Reprenant l’esthétique réussie de la Fiat 124 sortie un an plus tôt, la Fiat 125, présentée en mai 1967, apparaît sous la forme d’une berline à tendance sportive bien accueillie par le public grâce à sa finition soignée, son brillant moteur 1600 et à son prix compétitif. La version polonaise, la Fiat-Polski 125 P, est facilement reconnaissable par ses phares ronds au lieu des phares carrés de l'Italienne. (Article & Photos)

Fiat 126 (1972-2000)

Succédant à la Fiat 500 en novembre 1972, la Fiat 126 en conserve la philosophie, la mécanique et reste avec sa longueur de 3 mètres la citadine la plus petite du marché. Les rondeurs de la 500 laissent place à des arêtes vives, une large surface vitrée et à un pavillon plus rectiligne. Si sa production est stoppée en Italie en 1979, la Fiat 126 bénéficiera d’une incroyable longévité en continuant d’être fabriquée en Pologne jusqu’en 2000. (Article & Photos)

Fiat 128 (1969-1983)

La 128, modèle aux lignes sobres, mais mécaniquement très innovateur, qui vient remplacer la 1100 en mai 1969, est la première Fiat à traction avant dotée d’une architecture déjà expérimentée au milieu des années 1960 sur l’Autobianchi Primula. Une étude de la Fiat 500 Topolino traction avant avait même circulé en 1948. Elle est issue d'un projet de l'ingénieur Dante Giacosa, père de tous les modèles Fiat des années 1950 aux années 1970. (Article & Photos)

Fiat 130 (1969-1977)

En 1969, la Fiat 130 assure le rôle de navire amiral de la gamme Fiat des années 1970 et fait partie des rares voitures de prestige produites en Italie. En mars 1971, la berline est rejointe par un élégant coupé conçu et produit par Pininfarina dont le style est encore remarquable aujourd’hui grâce à ses larges phares Carello rectangulaires nettement intégrés dans la face avant. (Article & Photos)

Fiat 131 (1974-1983)

Lors de son lancement à l’automne 1974, la Fiat 131, aussi appelée Mirafiori, nom de l’usine historique de Turin, est clairement une gamme, pas un modèle unique, même si dès le départ, il est entendu qu’il n’y aura ni coupé, ni cabriolet sur cette base ; ce ne sont pas moins de onze versions différentes qui sont proposées. Puis à Genève en 1976, débarque la version Abarth hypervitaminée, future reine du Championnat du monde des rallyes. (Article & Photos)

Fiat 132 (1972-1981)

Au printemps 1972, la Fiat 132 est le premier modèle du constructeur italien à utiliser, dans l’usine turinoise de Mirafiori, une ligne de 18 soudeuses robotisées produites par la société américaine Unimation de Danbury, dans le Connecticut, et capables sur une ligne de 40 m de long de réaliser 540 points de soudure sur chaque coque, pour un total de 600 voitures par jour. (Article & Photos)

Fiat 500 (1957-1975)

En 1957, pour un prix défiant toute concurrence, Fiat présente la plus petite voiture au monde construite en grande série. Ses solutions techniques sont certes des plus modestes mais elles offrent une garantie de robustesse éprouvée et de maintenance simplifiée. Maniable et vive, cette citadine « passe-partout » à la bouille bien sympathique nommée 500 devient immédiatement populaire et symbole de la démocratisation automobile en Italie. (Article & Photos)

Fiat 500 Gamine Vignale (1967-1971)

Auto rarissime, la Fiat 500 Gamine Vignale est tellement ressemblante à la voiture de Oui-Oui que la société de la défunte romancière Enid Blyton s’en procura un exemplaire en 1969 pour la promotion des produits du petit chauffeur de taxi, ami des plus petits. Conçu sur la plate-forme d’une Fiat 500 F, le roadster Gamine au look rétro est l’œuvre du carrossier Alfredo Vignale qui s’était inspiré de la Fiat Balilla Sport de 1934. (Article & Photos)

Fiat 500 B Topolino (1948-1949)

Lancée en 1936, la Fiat 500 est la petite voiture économique de grande diffusion. Sa silhouette sympathique lui vaut immédiatement le surnom affectueux de Topolino (petite souris). En France, elle est construite chez Simca sous le nom de Simca 5. Après la Seconde Guerre mondiale, la Topolino fait peau neuve en 1948 avec une configuration mécanique complétement revue. (Article & Photos)

Fiat 508 Balilla (1932-1937)

La Fiat 508 très vite nommée Balilla est la première voiture populaire lancée par Fiat. Sa présentation officielle a lieu le 17 avril 1932 au Salon de Milan. Le constructeur turinois visait à introduite la voiture de Monsieur-Tout-Le-Monde dans son entrée de gamme car il ne disposait que de la Fiat 514, déjà réservée à la classe moyenne supérieure. (Article, Photos & Vidéos)

Fiat 508 S Balilla « Coppa d’Oro » (1934-1937)

En 1933, malgré une cylindrée de 995 cm3, la version spider de la Fiat 508 Balilla remporte la "Coppa d'Oro dell Litorio". Du coup, Fiat attribuera le nom de cette épreuve à cette carrosserie sportive. Avec ses freins à commande hydraulique, son moteur culbuté et sa boîte à quatre rapports, ce spider remporta de très nombreuses victoires de catégorie, dont les Mille Miglia et les 24 Heures du Mans. (Article & Photos)

Fiat 600 (1955-1969)

Icône du boom économique italien, la Fiat 600 fut présentée au Salon de Genève le 9 mars 1955. Elle a permis à énormément d’Italiens d’apprendre à conduire et surtout d’accéder à la possession d’une auto. Ainsi, ils ont pu découvrir les joies de l’automobile et des vacances en famille. Plus produite dans le monde que la Fiat 500, qui lui a pourtant volé la vedette, la 600 définit un avant et un après dans l’histoire de l’automobile italienne. (Article & Photos)

Fiat 600 Multipla (1956-1969)

Présentée au Salon de Bruxelles 1956, La Fiat 600 Multipla est construite sur la base de la berline 600. De 1956 à 1969, elle fut produite exclusivement dans les usines italiennes de Fiat à plus de 240.000 exemplaires. Cette version familiale de la Fiat 600 peut être considérée comme le premier monospace industrialisé et commercialisé de l'histoire de l'automobile. (Article & Photos)

Fiat 850 (1964-1972)

En 1964, Fiat lance une berline de gamme moyenne, la 850, qui est vouée à combler le vide entre la petite 600 et la familiale 1100. Vendue massivement en Italie, la berline ordinaire voit sa mécanique servir de base, dès l’année suivante, à une gamme complète de véhicules comprenant le break Familiare, et les deux variantes à tendance sportive, le très réussi coupé réalisé par les stylistes maison et le joli spider signé Bertone. (Article & Photos)

Fiat 850 Spider (1965-1972)

En 1964, Nuccio Bertone propose à Fiat un petit cabriolet dérivé de la nouvelle 850 susceptible d’accompagner le coupé maison que le constructeur italien s’apprête à sortir. La proposition est acceptée et la "850 Spider" est présentée au Salon de Genève en mars 1965. Elle connait immédiatement un succès retentissant en Italie comme dans tous les pays européens mais surtout aux États-Unis où elle reçoit le surnom affectueux de "Little Ferrari". (Article & Photo)

Fiat 1100/103 (1953-1969)

Au Salon de Genève en mars 1953, Fiat présente une refonte totale de son modèle 1100. Nouvelle plateforme, nouveau design, elle prend le nom de code Fiat 1100-103 et ne garde de sa devancière que le moteur dont la fiabilité légendaire et la grande souplesse avaient conquis le public. Rapidement, elle donne lieu à de multiples variantes développées par la firme ou par des carrossiers extérieurs. (Article & Photos)

Fiat 1200/1500 Cabriolet (1959-1966)

En 1958, Fiat décide de rajeunir son cabriolet 1200 Trasformabile et en confie l'étude au carrossier Pinin Farina. Le nouveau cabriolet est ainsi présenté lors du salon de Genève 1959. Ses lignes fines et tendues sont largement inspirées des travaux effectués par le styliste turinois pour la Ferrari 250 GT. Le nom commercial officiel est « Fiat 1200 Cabriolet », mais la nouvelle voiture est un spider 2 places. (Article & Photos)

Fiat 1200 TV (1955-1959)

En 1953, Fiat renouvelle l’esthétique de la glorieuse « 1100 » et présente à l’automne au Salon de Paris la 1100/103 TV, 103 pour le code du projet et le suffixe TV pour Turismo Veloce. La TV donne lieu aussi en 1955 à une version très confidentielle sous la forme d’un cabriolet (Trasformabile pour les Italiens) caractérisé par son avant qui lui vaut rapidement le surnom de Grillon. (Article & Photos)

Fiat 1400-1900 (1950-1959)

Présentée en 1950, la Fiat 1400 est la première voiture à avoir été conçue après la Seconde Guerre mondiale. Elle bénéficie de nouvelles technologies et le constructeur adopte pour la première fois une caisse autoporteuse au lieu du traditionnel châssis. Considérée comme le haut de gamme de la marque, elle se décline en version diesel et arbore des finitions encore plus luxueuses avec l’arrivée de la 1900 dès 1952. (Article & Photos)

Fiat 1500 L (1962-1968)

En octobre 1962, Fiat généralise un montage déjà utilisé par sa filiale espagnole Seat pour les taxis. Avec la 1500 L Taxi , il créé un modèle hybride dérivé de l’union de la caisse de la 1800 et du moteur de la 1500. Cet excellent compromis, qui permet d’obtenir une voiture de grande capacité et d’emploi relativement économique, connaît si bien le succès qu’en mai 1963, Fiat en propose une version améliorée destinée à une clientèle normale. (Article & Photos)

Fiat 2300 S (1961-1968)

Injustement méconnue, la Fiat 2300 S est pourtant l’incarnation parfaite de la Gran Turismo à l’italienne du début des années soixante, démontrant le savoir-faire d’un constructeur généraliste. Victime de son écusson Fiat, ce coupé élégant, luxueux et performant, arborant celui de Lancia ou d’Alfa Romeo, aurait été depuis longtemps sous le feu des enchères. (Article & Photos)

Fiat Abarth 750 GT Zagato (1956-1960)

En 1955, Abarth, d'un pedigree sportif sans égal, regroupe quatre branches d’activités : production d’automobiles complètes, fabrication de pots d’échappement, construction d’automobiles de record et préparation de voitures de série. Cette même année, Abarth améliore la mécanique de la Fiat 600 et la porte à 747 cm3 en l’accompagnant d’un substantiel gain de performances. (Article & Photos)

Fiat Abarth Coupé 1000 OTR (1965-68)

Lancée par Fiat en 1964, la 850 est vite ensorcelée par Carlo Abarth, qui transforme la paisible petite voiture populaire en « bête » à circuit. Dès que Fiat commercialise en mars 1965 les 850 Coupé et Spider, le préparateur récidive en proposant en septembre les dérivés OT 1000 Coupé et Spider et OTR 1000 Coupé et Berlinette. (Article & Photos)

Fiat Barchetta (1995-2005)

En 1990, les designers Alessandro Cavazza et Andreas Zapatinas font l’ébauche d’un spider aux lignes pures, inspiré par les modèles décapotables des années 1950. Le projet, finalisé en 1995 sous le nom de Barchetta (prononcé Bar-Ke-Ta), est un cabriolet moderne digne des classiques du genre, complétement étudié pour le plaisir de la conduite sous le ciel bleu. (Article & Photos)

Fiat Bertone X 1/9 (1972-1989)

Bertone présente au Salon de l'Automobile de Turin en 1969, un concept-car à l’aspect futuriste du nom de Runabout. En 1971, au cours d'une visite des ateliers Bertone, le président du groupe Fiat, Gianni Agnelli, découvre un prototype réalisé sur la base du Runabout. Très intéressé, il décide la fabrication du modèle en série. Il est présenté sous le nom de X1/9 à Turin en 1972. (Article & Photos)

Fiat Coupé (1994-2000)

En 1994, le "Coupé Fiat" renoue avec la tradition d’un modèle sportif proposé dans la gamme du constructeur turinois et comble ainsi un vide laissé vacant depuis l’arrêt de production de la Fiat 131 en 1975. Non dérivé d’un modèle de grande série, le Coupé Fiat séduit avec son design original qui concilie élégance et agressivité et son très bon rapport prix/qualité/plaisir de conduire. (Article, Photos & Vidéo)

Fiat Dino (1966-1972)

En 1966, pour obtenir rapidement l’homologation en Formule 2 de son moteur Dino, Ferrari doit produire au moins 500 véhicules équipés du V6. La capacité de production de l’usine de Maranello s’avérant insuffisante, Ferrari trouve en Fiat un allié de circonstance pour construire les moteurs qui équiperont sa Dino mais également la future Fiat de haut de gamme. (Article & Photos)

Fiat Jolly (1957-1974)

Cabriolet exclusif des sixties, la Fiat Jolly ne fréquentait pas la plage de monsieur Tout-le-monde. La première fut commandée en 1957 par Gianni « l’Avvocato » Agnelli, l’emblématique dirigeant de Fiat, pour servir à ravitailler son yacht. Elle eut tellement de succès, avec ses sièges en osier et son dais à franges, qu’une petite série démarra sur base Fiat 500, 600, Jardinière et même Multipla. (Article & Photos)

Fiat Panda (1980-2003)

Voiture économique et pleine d’astuces, la Panda est la grande nouveauté Fiat pour les années 80. Conçue en étroite collaboration avec Ital Design avec pour ligne de conduite une grande simplicité de fabrication, la Panda est la voiture facile à vivre et à entretenir. Pendant ses 23 ans de carrière, elle sera longtemps la première voiture des jeunes ou le second véhicule de la famille séduits autant par son prix que par son côté pratique. (Article, Photos & Vidéo)

Fiat Ritmo (1978-1988)

La Fiat Ritmo, destinée à être la voiture des années 80, est la première Fiat de l’ère moderne à utiliser un nom au lieu d’un sigle, Ritmo, comme pour souligner le caractère jeune, innovateur et énergique induit de la voiture. Elle a la lourde responsabilité de remplacer la Fiat 128 de 1969, vendue à plus de quatre millions d’exemplaires, qui restera cependant à ses côtés pendant cinq ans. (Article, Photos & Vidéos)

Fiat Shellette (1968-1970)

La Fiat Shellette mérite amplement le qualificatif de voiture de plage. Son style dû à Giovanni Michelotti et sa finition en osier trahissent sa vocation plagiste. Proposée uniquement sur commande par une société monégasque, seulement 80 exemplaires ont été construits, ce qui explique sa cote élevée en dépit de son utilisation très limitée. (Article & Photos)

Fiat Tipo (1988-1995)

Elue 'Voiture de l’Année 1989' pour ses solutions techniques d’avant-garde, la Fiat Tipo, dessinée par l'institut I.DE.A, se substitue en janvier 1988 à la Ritmo en marquant une importante évolution de la technologie Fiat  par l’adoption de la ligne d’assemblage à « ilots » qui permet le montage de la voiture par phase successives au cours desquelles les tâches sont accomplies par des robots programmés qui effectuent les opérations répétitives. (Article & Photos)

Fiat Uno (1983-1995)

Lancée en janvier 1983 en Floride, à la base de Cap Canaveral de la NASA, la Fiat Uno prend une appellation qui évoque les débuts de l’histoire de la marque et la Tipo Uno de 1910. Enorme succès commercial, la Fiat Uno a réussi à s’imposer sur le marché italien, mais aussi sur les principaux marchés européens et à devenir la voiture la plus produite de l’histoire de Fiat et la troisième voiture la plus produite de tous les temps à son retrait. (Article & Photos)