Ferrari 512 BB (1976-1984)

 

Publié par Philippe Baron le 24 novembre 2015.

 

À la fin des années 1960, les puissantes GT évoluent toutes vers la position centrale du moteur. Bien que cette technique soit depuis longtemps utilisée par Ferrari sur ses voitures de compétition, le Commendatore Enzo Ferrari s'entête à fabriquer des GT classiques avec un moteur à l'avant, comme avec la Daytona.

 

 

Ce n'est qu'en 1971 que Ferrari présente sa première GT avec moteur central, la 365 GT4/BB mais elle est équipée non pas d'un moteur V12 mais d'un 12-cylindres à plat. En raison de l'application de nouvelles normes anti-pollution entrées en vigueur aux États-Unis, la 365 GT4 ne peut être exportée vers ce pays qui représente le plus gros marché des GT.

 

 

Ferrari ne renonce pas pour autant et décide de rendre propre sa nouvelle voiture et ne voulant pas renoncer à la puissance minimale, la voiture est dotée d'un nouveau moteur dont la cylindrée est passée de 4,4 à 5 litres et devient une voiture propre. La réduction des émissions des gaz polluants ne génère qu’une faible perte de puissance. Ses performances restent de premier plan avec une vitesse de pointe frisant les 290 km/h.

 

 

Elle arrive en 1976. La Ferrari est baptisée 512BB : 5 pour la cylindrée et 12 pour le nombre de cylindres, comme de coutume chez Ferrari. Par contre, BB, n’est pas coutume. La firme de Maranello inaugure une appellation jusqu’alors réservée aux modèles de compétition. Cette désignation, liée aux initiales BB (Berlinetta Boxer) affirme le lien étroit qui unit la production à la course.

 

 

Pour la 512 BB, Pininfarina, le maître carrossier turinois, a retravaillé le dessin qu'il avait étrenné pour la 365 GT4 BB. La silhouette est plus fluide que celle de son ainée. L'agrément de conduite est au maximum de ce qui est faisable, souligné par le montage de nouveaux pneus conçus spécifiquement par Michelin. Le moteur fait preuve d'une excellente souplesse et offre des accélérations foudroyantes. 

 

 

La 512 BB est équipée de l'injection électronique en 1981 et restera dans les mémoires non pas comme une véritable sportive mais comme l'une des meilleures GT, rapide et luxueuse disposant de sièges en cuir d'un confort inégalé. La production de la 512 BB s'arrête en 1984 après 1 936 exemplaires construits.