Ferrari 275 GTB /GTS/GTB/4 (1964-1968)

Publié par Philippe Baron le 27 décembre 2012.

 

En 1964 arrive la Ferrari 275 GTB avec nombre d’innovations nées de la course. Elle succède à la lignée des 250 GT qui ont brillé pendant dix ans. Cette nouvelle berlinette dessinée avec élégance par Pininfarina marque une évolution significative chez Ferrari grâce à son architecture inédite et un nouveau V12 permettant d’afficher un niveau de performances exceptionnelles.

 

Lancée au Salon de Paris 1964, la Ferrari 275 GTB doit son pouvoir de séduction à sa carrosserie fluide dessinée par Pininfarina mais réalisée et produite par Scaglietti. La sportive inaugure un nouveau moteur, un V12 de 3 285 cm3 qui développe 280 ch à 7 600 tr/min avec un couple de 294 Nm et une vitesse de pointe de 260 km/h. Ses caractéristiques principales sont son châssis tubulaire, ses 3 carburateurs double-corps Weber, sa boîte à 5 rapports couplée avec le différentiel autobloquant, ses freins à disques et un poids fixé à 1100 kg. Mais la grande innovation concerne l’adoption d’une suspension à quatre roues indépendantes et son bloc moteur-boîte reculé vers l’habitacle pour une meilleure répartition des masses. Cette nouvelle architecture favorise la stabilité à haute vitesse et une plus grande efficacité en courbe.

 

La Ferrari 275 GTB est également présentée en version décapotable qui prend le nom de 275 GTS. Le châssis est identique à celui de la GTB mais il est habillé d’une carrosserie signée Pininfarina avec des lignes plus proches du style de la maison turinoise. Pour ce cabriolet, la puissance est en baisse avec 260 ch et une vitesse maxi de 240 km/h. Il sera produit pendant deux ans pour un total de 203 exemplaires pour être remplacé par la 230 GTS en 1966.

 

 

La série 2 de la GTB sortie en 1965 voit son empattement allongé de 2,40 m à 2.60 m. Son nez est abaissé et allongé pour améliorer l’appui à haute vitesse. La vitre arrière gagne en largeur et le coffre en taille. La GTB sera produite à 445 exemplaires et laisse place en 1966 à la GTB/4 qui conserve la même silhouette. Cette version plus puissante est marquée du chiffre 4 pour désigner son type de distribution à 4 arbres à cames en tête au lieu de 2, une première pour une Ferrari de route. Elle reçoit 20 ch supplémentaires et se distingue par le bossage du capot qui couvre ses six carburateurs double corps. Elle sera produite à 350 exemplaires avant de laisser place à la Daytona en 1968.

 

Les Ferrari 275 GTB, étant des voitures d’exception, ont évidemment des cotes mirobolantes. La 275 GTB ‘nez court’ voisine les 600 000 €, la 275 GTB ‘nez long’ acier les 550 000 €, ‘nez long’ alu les 850 000 €, la 275 GTB/4 les 1 000 000 € et le cabriolet, les 450 000 €.

1966 Ferrari 275 GTB Carrozzeria Scaglietti vendue $1,320,000 - RM Auctions
Crédit Photo : Caradisiac
1965 Ferrari 275 GTB - Photo : Gooding & Company