Ferrari 250 GT (1955-1958)

1955 Ferrari 250 GT Coupé Prototype Pininfarina - Photo : Pawel Litwinski

 

Publié par Philippe Baron le 10 mai 2015.

 

Depuis sa création en 1947, Ferrari s’est bâti une réputation avec ses voitures de courses. Solidement établie, la firme de Maranello entre dans une ère nouvelle, passant d’une dimension artisanale à une logique industrielle, en produisant dès 1956 des séries de GT de route. La nomenclature Ferrari des lettres GT, pour "Gran Turismo" traduit la volonté de Ferrari de s'ouvrir à une plus large clientèle.

 

1956 Ferrari 250 GT Pininfarina - Photos: Darin Schnabel

 

Le prototype construit sur la base d'une 250 Europa GT est présenté au public en mars 1956 au salon de Genève sur le stand Pininfarina car pour celle qui portera le nom de 250 Granturismo, le client n’aura pas le choix de la carrosserie. Un seul modèle est présenté : celui de Pininfarina,  alors que jusque-là, Ferrari travaillait avec plusieurs carrossiers et notamment Vignale. Pour la 250 GT, les aménagements intérieurs, l'insonorisation, les sièges et l'espace dans l'habitacle ont fait l'objet de soins très attentifs de la part du constructeur.

 

 

La 250 GT est animée par le moteur V12 « Colombo » ouvert à 60° de 2 953 cm3 de cylindrée. D'un taux de compression variant de 8,5 à 8,8:1 et alimenté par trois carburateurs Weber 36 DCF, le moteur développe entre 220 et 240 ch à 7 000 tr/min. Il est associé à une boîte de vitesses manuelle à quatre rapports synchronisés.

 

 

Cependant, Pininfarina ne peut assurer la production de la série suite à un retard causé par le déménagement de son atelier principal de Torino à Grugliasco. D’un commun accord, Enzo Ferrari et Pinin Farina contacte Felice Mario Boano, un autre carrossier turinois, pour lui confier le marché et prendre le relais pour produire la nouvelle Ferrari.  Mario Boano, ancien de Ghia travaille avec son fils Gian Paolo et son partenaire Luciano Pollo. La Ferrari prend alors le nom de 250 GT Boano.

 

Ferrari 250 GT Boano - Photos : RM Auctions

 

Toutefois, Boano s'engage en 1957 au département de style de Fiat et cède son entreprise à son associé Luciano Pollo et à son beau-fils Ezio Ellena. Ces derniers carrossent alors les derniers modèles et apportent quelques retouches stylistiques mineures. L'entreprise Boano étant pour l'occasion renommée en Carrozzeria Ellena, la 250 GT prend par conséquent le nom de son nouvel habilleur.

 

 

Proche esthétiquement de la 250 Europa GT, la Boano/Ellena s'en distingue néanmoins par de nombreuses évolutions ; la calandre par exemple est plus basse, plus petite et s'inspire des calandres ovales des Ferrari 118 et 121 LM tandis que le pare-brise est lui plus incurvé. La capacité du coffre est également augmentée par l'adoption d'une poupe tronquée. Les modifications sont mineures après le départ de Boano : la surface vitrée est augmentée tout comme le volume du coffre, grâce au positionnement de la roue de secours sous le plancher, et la taille des freins. Enfin, les déflecteurs sont supprimés.

 

 

Au final, sur les 143 exemplaires produits entre 1956 et 1958, 19 ont été réalisés par Pinin Farina, 75 par la Carrozzeria Boano et 49 par la Carrozzeria Ellena.

 

Ferrari 250 GT Boano - Photo : Bonhams
1957 Ferrari 250 GT Ellena - Photos : Darin Schnabel,
1957 Ferrari 250 GT Ellena
Ferrari 250 GT Coupé Ellena - Photos : Neil Fraser, RM Auctions