Hurtu (1896-1929)

Crédit : http://www.forum-auto.com - Pitcats

 

Depuis 1867, les associés Auguste-Jacques Hurtu et Victor-Joseph Hautin fabriquent des machines à coudre de qualité à Albert dans la Somme. Puis les deux picards diversifient leur entreprise en produisant des cycles avant de revendre leurs parts en 1895 à Jean-Charles-Emile Diligeon. Cet ingénieur des arts et manufactures fortuné installe la nouvelle SA à Neuilly-sur Seine et investit une somme colossal pour agrandir l’usine d’Albert dans le but d’y assembler des automobiles.

Hurtu 1897 - Type Léon Bollée - Crédit Photo : http://motorcycle-74.blogspot.fr

Diligeon négocie un contrat mirifique avec Léon Bollée pour assembler sa voiturette à trois roues, le temps d’étudier son nouveau métier de constructeur. Ainsi en 1898, il présente le Type AH à quatre roues, très largement inspiré du vélocipède Benz, un monocylindre de 5 HP et 498 cm3. 

 

1899 Hurtu 3 1/2hp Voiturette estimée entre 75 et 85 000 €. Crédit Photo : Bonhams

Le modèle est très vite dépassé et remplacé en 1900 par une voiturette beaucoup plus moderne, la Type G, qui est mue par un moteur monocylindre de Dion de 3.5 HP, puis par des moteurs Aster qui étoffent le catalogue. Ainsi en 1907, Hurtu propose un 4-cylindres de 10 HP (1 693 cm3), un de 12 HP (1 767 cm3), un de 14 HP (1 244 cm3), un autre de 24 HP (4 502 cm3) et un monocylindre de 8 HP (942 cm3).

 

1901 Hurtu 4½ hp Rear-Entrance Tonneau - Crédit : Bonhams -
Crédit : http://archives.hauts-de-seine.net
Crédit : flickr : Luis Dominguez Muñoz
1910 Automobiles et Cycles HURTU - Crédit : http://www.geodorival.com

L’entreprise des voiturettes Hurtu est florissante mais quand survient la première guerre mondiale, la ville d’Albert se retrouve au cœur du combat et l’usine perd son outil de travail. Bien qu’une partie de la fabrication fût transférée en région parisienne, Hurtu est confrontée à de grandes difficultés et se concentre sur la production de motocyclettes, qu’elle avait commencé dès 1903. Ce n’est qu’en 1921 que la société peut proposer deux nouveaux modèles, une voiture de tourisme 12-14 HP de 2 358 cm3 et une voiture sport 10-16 HP de 2 litres à soupapes en tête. Suivra ensuite en 1925, une 10 HP de 1 328 cm3. 

 

1911 Les automobiles HURTU - Crédit : http://www.geodorival.com

 

Mais en France dans les années 20, le phénomène Citroën secoue l’industrie automobile. Ce jeune constructeur a acquis de l’expérience en matière de production de masse en fabriquant des obus pendant la guerre. Il applique ce nouveau procédé industriel pour ses 5 CV et 10 CV et peut ainsi offrir à la clientèle une voiture de même qualité mais pour un prix nettement inférieur. Seules, Renault et Peugeot peuvent répondre avec leurs propres modèles mais c’est la débâcle pour les petites firmes et quand arrive la crise de 1929, un bon nombre d’entre elles a disparu. Hurtu quitte le domaine automobile mais peut encore survivre grâce à sa division motocyclettes qui perdurera jusqu’en 1956.

 

Crédit : http://www.allposters.fr