DKW Sonderklasse 3=6 (1953-1959)

Publié par Philippe Baron le 2 septembre 2012.

 

Les quatre anneaux qui ornent les calandres des Audi contemporaines témoignent du passé de la marque lors de l’alliance passée en 1932 avec trois autres constructeurs allemands, DKW, Horch et Wanderer, pour devenir Auto Union et faire face aux difficultés industrielles engendrées par la crise économique de 1929. Après le second conflit mondial, DKW est la seule à pouvoir relancer ses activités avec la production d’une voiture populaire dont la particularité est d’utiliser une mécanique deux temps et bicylindres.



 

Fondée en 1917 par le Danois Jørgen Skafte Rasmussen, la Dampf-Kraft-Wagen (voiture mue par la vapeur) devient deux ans plus tard Des Knaben Wunsch (le rêve des garçons) avant d’adopter, en 1928, une définition en forme de slogan : Das kleine Wunder (la petite merveille). Le 29 juin 1932, DKW intègre la nouvelle entité, Auto Union, supposée n’être que provisoire, le temps de redresser la barre pendant la période de crise. La légende dit que les quatre anneaux, emblème de cette unification, fut inspiré par les anneaux olympiques des jeux d’été qui se déroulaient à Berlin en 1932. Cependant, les perspectives envisagées par chaque constructeur qui produisait individuellement leurs véhicules seront brutalement compromises par l’arrivée au pouvoir du national-socialisme qui dictera ses directives par les ministères et les intérêts supérieurs de la nation, impliquant la démission de Rasmussen.

 

DKW F 1931

Sur ordre des autorités, DKW se voit confier le développement d’un véhicule populaire avec la F 7 qui reprend le deux-cylindres deux-temps de 600-700 cm3 ayant fait la réputation de la marque et dotée de la traction-avant introduite dès 1931 sur la F 1 : F pour Frontantriebswagen (traction-avant). Viendra ensuite la F8 en 1939 alors que l’étude de la F9 a débuté pour concevoir la voiture ‘tout acier’ appelée à lui la succéder. L’auteur de sa ligne aérodynamique est Günther Mickwausch, avec l’aide d’Albert Locke, responsable technique d’Auto Union. La F9 se présente esthétiquement avec un design tri-corps, un pare-brise en deux parties, des ailes arrondies et une calandre intégrée au capot. Elle inaugure un nouveau moteur 3 cylindres deux-temps de 900 cm3 à trois culasses séparées et développant 28 ch. La production est prévue pour le printemps 1940 et les outils d’emboutissages doivent être fabriqués chez Allgaier, à Uhingen non loin de Stuttgart. Mais la guerre va en décider autrement.

 

DKW et une ambassadrice de charme, Romy Schneider

 

DKW est la seule du groupe Auto Union à pouvoir reprendre véritablement son activité automobile en août 1950 à Düsseldorf avec la F 89 Meisterklasse qui retrouve le 2 cylindres deux-temps d’avant-guerre de 684 cm3 et 23 ch associé à la carrosserie tout acier deux portes de la F 9 boulonnée sur un châssis séparé. La Sonderklasse F91 3=6 est présentée au Salon de Francfort en mars 1953 avec une surprise sous le capot : un trois-cylindres deux-temps de 896 cm3 avec une puissance de 34 ch à 4 000 tr/min. Le nom énigmatique de 3=6 est une astuce publicitaire de DKW pour dire que son 3-cylindres deux-temps est aussi performant qu’un 6-cylindres quatre-temps. Il s’en suivra 72 600 exemplaires vendus.

 

 

En 1955, la F91 évolue en F93 avec une puissance maintenant de 38 ch à 4 250 tr/min. Dès 1956, arrivent des nouvelles déclinaisons pour former une vraie gamme avec des carrosseries variées dont une berline 4 portes (F94) sur châssis allongé d’un mètre, un break 3 portes F94-U pour Universal dès 1957 et un cabriolet en 1956 carrossé par Karmann, assez rare, puisque réalisé en seulement 205 exemplaires.

 

 

Fait amusant de cette époque libérée de toutes normes antipollution, lorsque le moteur de la 3=6 tournait, une fumée bleue sortait de l’échappement. Une préparation spéciale était nécessaire pour le 2-temps lors du remplissage du réservoir. Souvent, les automobilistes ajoutaient 4% d’huile à leur essence d’où cette fumée bleue. Une correction sera ajoutée à la fin des 2-temps grâce à une petite pompe de dosage située dans un réservoir séparé qui alimentait l’essence en huile en fonction de l’ouverture du papillon des gaz.

 

 

A partir de 1958, l’Auto Union 1000 vient épauler la F93 suite au contrôle de la marque par Mercedes-Benz qui entend faire évoluer DKW vers la classe moyenne. Le moteur de la 1000 est porté à 1000 cm3 et développe 44 ch à 4 500 tr/min. La série F laisse place à la 1000 en 1959 après une production tous styles confondus de presque 230 000 véhicules entre 1953 et 1959.

 

1957 DKW Universal

La Bonne Adresse : Le Rendez-Vous des Amateurs Auto-Union DKW

Impossible de mentionner la marque DKW sans parler de ce site remarquable sur la marque et pour les férus de la marque et des deux-temps avec des pages d’histoire, un forum, une boutique…. A l'heure où les spécialistes Auto-Union se font rares, il est primordial de tisser des contacts entre amateurs de la marque. Basé en Suisse francophone, le club suisse Auto-Union se donne pour mission de fédérer les amateurs des quatre marques que sont DKW, Audi anciennes, Horch et Wanderer. (http://dkw2elge.chez.com/)

1954 DKW 3=6 Auto Union F91 Meisterklasse - Photo : Angels Cars

Brochure

Meisterklasse 1951