Delage D8-120 (1936-1939)

1937 Delage D8 120 Drop Head Coupe Capron - Photos : Gooding & Company

 

Publié par Philippe Baron le 17 juin 2013.

 

Présentée pour la première fois au Salon de Paris 1936 sous la forme d’un coach Aérosport sans montant central dû au carrossier Letourneur et Marchand, la D8-120 replace la prestigieuse marque de Louis Delage, durement malmenée par la grande crise économique, au sommet de la production française après 1936.

 

 

En 1935, Louis Delage ne voulant pas s’avouer vaincu, avait envisagé nombre de solutions pour sauver sa société, dont le nom s’était si remarquablement illustré sur les circuits. Finalement, la belle aventure industrielle va reprendre de manière assez brillante grâce à une nouvelle société créée par Louis Delage et l’homme d’affaires britannique Walter Watney, important concessionnaire Delage à Paris. Ainsi, le constructeur Delahaye devient le nouveau fabricant des voitures de la « Société Nouvelle des Automobiles Delage ».

 

 

Basée sur un châssis court, la D8-120 est la version sport de la D8-100, financée par Delahaye et qui fut élaborée par une équipe autonome d’anciens de chez Delage dirigée par Léon (dit Arthur) Michelat, créateur des moteurs de nouvelle génération de 90.5 mm de course. Alimenté par un carburateur inversé double corps Stromberg EE3, le moteur d’une cylindrée de 4 743 cm3 délivre la puissance de 120 ch à 4 200 tr/mn, une puissance relativement suffisante pour tracter ses deux tonnes et filer à plus de 150 km/h.

 

1938 Delage D8-120 Aerosport Coupe LeTourneur & Marchand - Photos : Mecum

 

Les Delage D8 sont incontestablement les plus belles voitures réalisées par la maison française. Elles sont élégantes, racées, de très grande classe et représentent l’archétype de la voiture de très grand luxe à hautes performances. Les riches propriétaires pouvaient choisir de les faire carrosser par des spécialistes de renom comme Letourneur et Marchand, Henri Chapron, Pourtout, Jacques Saoutchik, etc.

 

 

Pas étonnant que dans la comédie musicale  « Un Américain à Paris » de 1951, le réalisateur Vincente Minnelli ait choisi une Delage D8-120 pour véhiculer à travers la capitale la riche américaine séduite par la peinture de Gene Kelly.

 

 

Début 1938, la D8-120 est remplacée par la D8-120 S dont la cylindrée est portée à 4 743 cm3 (27 CV). À cause de la guerre, la fabrication cesse définitivement. Certains châssis ne seront carrossés qu'après la Libération.