Citroën XM (1989-2000)

Citroen XM V6 - Photo : CitroënAZU

 

Publié par Philippe Baron le 14 avril 2013.

 

Elue « voiture de l’année » en 1990, la Citroën XM possède le X de la CX qu’elle succède et le M de la SM dont elle est l’héritière spirituelle. Typée, vaste, confortable, disposant d’un équipement de série très complet, au comportement routier de haut niveau, la XM est la dynamique représentante d’une des plus formidables lignées de jets autoroutiers qui ont écrit l’histoire de Citroën depuis la création de la Traction, puis de la DS, la SM et la CX.

 



Photo : Wouter Bregman

 

Présentée au public le 23 mai 1989 à Lyon après 55 mois d'élaboration sous l'appellation Y30, la Citroën CX doit son esthétique originale au carrossier italien Bertone qui a parfaitement saisi la puissance du style Citroën. La berline bicorps mesure 4,708 m de long et 1,794 m de large Ce véhicule haut de gamme, produit dans l'usine Citroën de Rennes-La-Janais, en Bretagne, est doté pour la première fois au monde sur un véhicule de série, d’une suspension associant l’intelligence de l’électronique à la force et la souplesse de l’hydraulique : la suspension Hydractive. La nouvelle XM est pour l'instant disponible uniquement en deux versions essence : un quatre cylindres 2 litres injection et un six cylindres en V de 3 litres. Ces deux moteurs sont disposés transversalement. Le 4-cylindres 2 litres injection (1 998 cm3) est issu de la famille des moteurs XU, (130 ch à 5 600 tr/min et 18,2 mkg à 4 800 tr/min), 205 km/h. Le moteur six cylindres en V à 90° 3 litres injection (2 975 cm3) est connu sous le nom de PRV, (170 ch à 5 600 tr/min et 24,5 mkg à 4 600 tr/min), 222 km/h.

 



Photo : Timo Van Vuurde

 

Le Cx varie entre 0,28 et 0,30 selon les versions et leur niveau d’équipement.  La XM conserve la suspension oléopneumatique de la CX, à laquelle elle ajoute, dans sa version « Hydractive », deux sphères, une par essieu, pour proposer deux modes d'amortissement : "souple" et "dur". La gestion se fait automatiquement ou manuellement via une commande située à côté du levier de commande des vitesses. Véhicule de prestige, elle offre pour la première fois en série une double vitre arrière, appelée 13eme vitre, permettant de préserver les passagers du vent même avec le hayon ouvert. 

 

Photo : Tomoaki Okamura

 

Septembre 1989 voit la commercialisation des XM 2 litres carburateur (1 998 cm3, 115 ch à 5 800 tr/min et 17,4 mkg à 2 250 tr/min) 193 km/h, et des XM D12 de 2,1 litres (2 138 cm3) atmosphérique (83 ch à 4 600 tr/min et 15 mkg à 2 000 tr/min) 176 km/h. Puis en novembre 1989 : commercialisation des XM Turbo D12 de 2,1 litres (2 088 cm3) turbocompressé (110 ch à 4 300 tr/min et 25,3 mkg à 2 000 tr/min) 192 km/h. En janvier 1990, la XM est élue « Voiture de l’année 1990 » par 57 membres du Jury international et reçoit quatorze distinctions nationales et internationales. La XM est ainsi la troisième Citroën à recevoir ce trophée créé en 1963, après la GS en 1971 et la CX en 1975.

 

Photo : LnLna

 

En avril 1990, Citroën propose la boite automatique ZF 4HP18 sur les XM essence injection et V6, puis adopte un pont de boîte de vitesses plus court et un nouveau système d'injection sur les XM 2 litres injection. Intervient ensuite la commercialisation de la XM V6 24 soupapes, équipée d’un nouveau moteur 6 cylindres en V a 90° à injection électronique développant 200 ch à 6 000 tr/min avec un couple de 26,5 mkg à 3 600 tr/min, 235 km/h.

 



Photo : Vincent 5824351842

 

En octobre 1991, au Salon automobile de Francfort, Citroën présente la XM break, l'un des plus gros breaks du marché européen. La suspension hydraulique lui permet, comme à tous les breaks Citroën précédents, de garder une assiette constante quelle que soit sa charge, lui donnant une supériorité évidente sur toutes ses concurrentes. Fabriqué chez Heuliez, à Cerizay, le véhicule est allongé de 25 cm par rapport à la berline pour un empattement identique, et la garde au toit est augmentée de 5 cm à l’arrière : 4,963 m de long par 1,794 m de large, coffre de 480 litres à 1 960 litres. Le Cx variant entre 0,33 et 0,34 selon les versions et leur niveau d’équipement. Quatre motorisations sont disponibles : le 2 litres injection, le V6 3 litres, le diesel atmosphérique et le turbo diesel.

 

Photo : James Walshe

 

En juillet 1992, tous les modèles ‘essence’ sont désormais équipés d’un catalyseur trois voies régulé et d’un canister, les modèles ‘diesel’ sont équipés d’un recyclage du gaz d’échappement (EGR). De ce fait, le moteur 2 litres injection passe de 130 à 122 ch. En octobre 1992, arrive un nouveau moteur essence 2 litres injection turbocompressé à couple constant (1 998 cm3), 145 ch de 4 400 à 6 200 tr/min et 23 mkg de 2 200 à 4 400 tr/min, 212 km/h. En février 1993 : Lancement des Citroën XM Turbo CT BVA berlines et break. Elles sont équipées du moteur 1 998 cm3 turbocompressé développant 145 ch de 4 400 à 6 200 tr/min, 23 mkg de 2 200 à 4 400 tr/min, et peuvent être équipées en option de la boite automatique ZF a 4 rapports avant.

 



Photos prises à Amsterdam, NL par 'J'aime la XM'

 

Lors de son restylage en juin 1994, la XM adopte une sphère SC-MAC, qui évite l'affaissement de la suspension à l'arrêt prolongé. Extérieurement, la calandre est modifiée pour une version plus ouverte aux chevrons recentrés et l’aileron arrière s'aplatit. Citroën lance un moteur 2 litres 16 soupapes (1 998 cm3) de 135 ch à 5 500 tr/min et 19 mkg à 4 200 tr/min, 205 km/h et un 2,5 l turbo diesel à 3 soupapes par cylindre (2 446 cm3) de 130 ch à 4 300 tr/min et 30 mkg à 2 000 tr/min, 201 km/h. Le moteur Turbo CT évolue et passe de 145 ch à 150 ch à 5 300 tr/min et le couple de 23 mkg à 24,5 mkg de 2 500 à 3 500 tr/min, 215 km/h. Trois niveaux de finition (SX, VSX et Exclusive) et sept motorisations (4 essences et 3 diesels) ont été définis. La gamme se compose désormais de 33 modèles (22 berlines et 11 breaks).

 

 

Comme toutes les Citroën haut de gamme précédentes, la XM a servi de voiture présidentielle. Le 17 mai 1995, François Mitterrand, qui utilisait surtout des Renault, quitte l'Élysée en XM V6 24 soupapes. Jacques Chirac, le nouveau Président de la République, a choisi pour ses déplacements privés de rouler en XM V6 24 soupapes, intérieur en cuir beige. En avril 1996, lors de la visite officielle du Premier ministre chinois Li Peng en France, Jacques Calvet, alors président de PSA, lui fait cadeau d'une XM Exclusive.

 

 

En juillet 1996, la gamme XM est simplifiée par l'arrêt des modèles diesel atmosphérique (D12) berline et break. Lancement de la motorisation 2.1 Turbo Diesel (XUD11BTE) associée à la transmission automatique, en remplacement du moteur XUD11ATE. Passage progressif de l'ensemble de la gamme aux nouvelles normes de dépollution Euro 96. La gamme se compose de 24 modèles berlines et breaks. En juillet 1997, la Citroën XM se dote du nouveau moteur V6 à 60° 24 soupapes essence (2 946 cm3) de 194 ch à 5 500 tr/min et 27,7 mkg à 4 000 tr/min, 233 km/h. À cette motorisation est associe le choix une boite de vitesses manuelle à 5 rapports et une nouvelle boite automatique, la 4HP20. Intelligente, cette boite multiprogramme à gestion électronique est auto-adaptative. 

 

 

La XM sera produite jusqu'en juin 2000 et totalisera 333 405 exemplaires. Pour sa remplaçante, la C5, La marque aux chevrons choisit implicitement une référence à son passé, plus précisément aux années 20, durant lesquelles fleurissaient les C4 et C6.