Citroën C2/C3 (5 HP) (1922-1926)

 

Publié par Philippe Baron le 6 octobre 2015.

 

Présentée lors du Salon de l'Auto de Paris d’octobre 1921, la Citroën Type C, connue également sous le nom de Citroën 5 HP, doit sa conception à Jules Salomon, père de la Citroën Type A, et à Edmond Moyet, celui de l' Amilcar CC. La 5 HP est la première Citroën fabriquée en grand nombre. L'initiale couleur dans laquelle elle est proposée est le jaune, ce qui lui vaut le premier surnom de « petite citron ». Elle est également surnommée « Trèfle » dans ses versions Torpédo à 3 places.

 

1922 Citroën 5CV Type C Torpedo 2 Places

 

Alors que le gouvernement français encourage par des avantages fiscaux les constructeurs automobiles à s'investir dans les cyclecars, Citroën préfère se tourner vers les petites voitures. Deux ans après la sortie du type A, la première Citroën, remplacée en juin 1921 par le type B, la 5HP est officiellement présentée lors du Salon de l'Auto de Paris en octobre 1921. Son vrai nom est tout logiquement le type C. Ce modèle est réceptionné par le service des mines le 29 novembre et la production dans la nouvelle usine de 7 hectares de Levallois débute en série en juin 1922. La 5HP est la première Citroën à faire son entrée sur le segment des petites voitures, alors accaparé par Peugeot et Renault. 

 

1923 Citroën C3 5 HP - Photos : Sébastien Morlière - allsportauto.com

 

D’abord proposée en jaune clair, elle est très vite surnommée « petite citron » par le public. Héritière de la Type A dont elle est une version réduite, elle est un des grands premiers succès du constructeur français Citroën. Au lancement en 1922, elle est proposée en version torpédo 2 places. Son succès est tel qu'elle représente à cette même date, près de la moitié des ventes de Citroën. Pour l'occasion du premier millésime, elle prend le nom de Citroën C2 en 1923. Le poids de 543 kg est essentiellement celui du moteur. En 1923, une version cabriolet de 3 places, 2 à l’avant et une à l’arrière, voit le jour et lui vaut le surnom de 5 CV « Trèfle » rappelant la forme de la feuille. La Citroën type C est dotée d'une carrosserie en tôle clouée sur bois, ne possédant qu'une seule porte à droite, la partie de gauche portant la roue de secours. L’avant présente une forme coupe-vent. 

 

 

Contrairement aux voitures actuelles, l'accélérateur est situé entre l'embrayage et le frein. La petite Citroën est équipée de trois vitesses, d'un démarreur électrique, excepté pour les premiers modèles, n'ayant pas de batterie. La voiture démarre alors à l'aide d'une magnéto et d'une manivelle que l'on tourne. Il n'y a pas de freins sur les roues avant et la suspension est de type ressorts à lames. Pour éviter les déformations des longerons, le châssis prend une forme trapézoïdale. On parle de châssis échelle. Le moteur, équipé de soupapes latérales, est un 4-cylindres de 856 cm3 développant une puissance de 11 ch et refroidi par thermosiphon. Sa vitesse maximale est alors de 60 km/h.

 

 

Les premiers véhicules, jusqu'en été 1922, possèdent un capot avec 3 fentes d'aération et ont un radiateur combiné fixe. Sur celui-ci sont rivées les languettes de renfort inférieures. Les premiers emblèmes Citroën sur le radiateur sont des chevrons bleus sur une base nickelée. En 1922, pour des raisons techniques de fabrication, le radiateur est séparé en un élément de refroidissement et une calandre nickelée. L'emblème Citroën sur le radiateur reçoit des chevrons nickelés sur une base bleue. Sur le modèle de 1924, un changement est fait au cadre. Le châssis est prolongé, rehaussé sur l'axe arrière et fermé par une traverse. L'empattement est allongé de 10 cm pour atteindre les 2 350 mm. Ce châssis est produit sans grandes modifications jusqu'à la fin de la production. À partir de juin 1924, tous les châssis sont équipés avec des pneus Michelin à basse pression Confort sur des jantes à talons correspondantes. À partir du 1er juin 1925, le système de refroidissement est amélioré par un ventilateur.

 

1924 Citroën Type C 5 HP - Photo : Robert Knight

 

La carrosserie est constituée d’une structure en bois, sur laquelle les tôles de carrosserie sont clouées. L’arrière en pointe donne au modèle torpédo 2 places une allure sportive mais également son surnom de « Cul de Poule ». La voiture n’a qu’une seule porte, côté passager, elle s’ouvre vers l’avant. Les charnières sont invisibles. Un dispositif spécial de fermeture absorbe les vibrations. La roue de secours est montée côte conducteur. À l’arrière de la voiture est placé un coffre, accessible depuis le haut et fermé par un couvercle. Deux fixations permettent en plus de placer une malle de dimensions 40 sur 80 cm.

 

1925 Citroën 5CV Type C3 Torpedo 2 Places

 

Les marchepieds sont en aluminium, renforcés par des rainures en long. Ils sont de couleur noire, le haut des rainures est poli. Les ailes et l’habillage du châssis sont en tôle peint au four, de couleur noire. Les phares (ou lanternes) sont réglables par une barre nickelée. Une banquette confortable pour l'époque offre assez de place pour deux personnes. À l’intérieur, diverses pochettes de rangement sont présentes. Le sol est recouvert de tapis-brosse noir. Le point de fixation du pare-brise mobile est placé dans le tiers du haut. La capote est quant à elle fixée par un seul axe et recouverte d’étoffe étanche. Les arceaux sont en bois de frêne cintrés en U.

 

1925 Citroën 5 HP torpédo "Trèfle" Type C2 - Photos : Artcurial

 

La carrosserie du modèle torpédo 3 places repose également sur une structure en bois, sur laquelle les tôles préformées sont clouées. L’arrière est plus arrondi que celui 2 places. Le véhicule a également une seule porte qui se trouve du côté passager et s’ouvre vers l’avant. Le siège conducteur est fixe. Le siège passager monté sur deux rails ronds peut quant à lui être déplacé d’avant en arrière. La carrosserie est prévue pour une plus grande place. À l’avant se trouve un strapontin pliable qui est monté lorsque le siège passager est en position arrière. La malle arrière est située derrière le siège conducteur. Elle est accessible par le haut et fermée par un couvercle. Les marchepieds en aluminium peint en noir étaient renforcés dans le sens de la longueur par des rainures polies. Les ailes et l’habillage du cadre sont en tôle émaillées noires.

 

 

Pour la Citroën 5HP Trèfle, la porte est agrandie de 12 cm par rapport aux modèles torpédo. Les charnières sont renforcées et aussi invisibles. Avec une fermeture conique pré cintrée, on évite les vibrations de la porte. La roue de secours est montée à l’arrière et munie d’un pneumatique. À l’avant, les deux sièges individuels sont recouverts de simili cuir. Le troisième siège est placé à l’arrière, au centre, d'où le surnom de « Torpédo Trèfle ». Un passage entre les sièges avant permet l’accès au siège arrière. Deux petites malles sont placées à droite et à gauche du siège arrière. Elles sont accessibles du dessus et ferment avec un couvercle. Les lanternes sont réglables en hauteur et en direction par une barre nickelée avec la possibilité de mettre les codes ou les feux de position.

 

 

La carrosserie du cabriolet (TL) est basée également sur une structure en bois, sur laquelle sont clouées des tôles préformées. L’arrière correspond au Torpédo 2 places. Sur les premiers modèles, l'ouverture du coffre à bagage est néanmoins plus grande que sur le modèle T2, en ce cas on ne peut pas monter de porte malle. Le véhicule ne possède également qu'une seule porte, côté passager s’ouvrant vers l’avant. Les vibrations de la porte sont absorbées par une fermeture conique pré cintrée. La poignée de porte en forme de T est montée à l’extérieur. Les premières voitures de ce type ont la banquette légèrement reculée du côté passager. À l’arrière, une grande ouverture, accessible du dessus, ferme avec un couvercle. En plus, derrière la banquette se situe un autre accès à la malle. L’intérieur est garni de pochettes et le sol est recouvert d’un tapis brosse noir. Sur les premiers exemplaires, le tableau de bord en aluminium bouchonné est équipé d'un ampèremètre et d'un contacteur pour les phares. Par la suite ce tableau de bord en aluminium sera remplacé par un modèle en acajou massif avec incrustation de bois clair. Les deux glaces latérales se descendent dans l’intérieur de la porte. Ces glaces peuvent aussi être en position haute même lorsque la capote est ouverte. Elles sont fixées au pare-brise.

 

1925 Citroën 5CV Type C2 Torpedo Super Culasse 3 Places

 

En 1923, le châssis est modifié. Il est allongé, dépasse maintenant l’essieu arrière et est fermé par une traverse. Le châssis type C3 est basé sur un empattement de 2 350 m. Le renforcement de la carrosserie n’est à présent plus nécessaire. La carrosserie est également allongée de 10 cm, ce qui est visible par une plus grande distance entre la roue de secours et l’aile arrière. Dès cette époque, les amortisseurs à friction sont placés en travers de l’essieu arrière. Le refroidissement est amélioré dès juin 1925 par un ventilateur. 

 

Citroën 5 HP - Photos : Jose Lopez

 

Malgré un surprenant succès commercial, des consommations d'essence et d'huile faibles, un coût d'entretien réduit à sa plus simple expression, une enviable cote d’amour auprès des femmes de la haute société pour sa petite taille et sa facilité de conduite, André Citroën décide, seul, de mettre fin à sa production en mai 1926 après 80 132 exemplaires produits. En homme d’affaires avisé, le constructeur choisit de revenir à la stratégie du modèle unique, inspiré par son mentor Henry Ford, et de concentrer toutes les forces vives de son entreprise sur la future B14, une moderne ‘tout acier’ réclamant un investissement conséquent.