Cadillac Eldorado (1954-1956)

1954 Cadillac Eldorado Convertible - Photos : RM Auctions

 

Publié par Philippe Baron le 16 mai 2013.

 

En 1905, Cadillac célèbre son cinquantenaire. Pour l'occasion, la firme de prestige expose un « dream car » qui représente la somme des compétences techniques et stylistiques de ses ingénieurs. Ce prototype Eldorado rencontre un tel succès que les responsables de la marque décident de le produire en série l'année suivante.

 

La Cadillac 1954 mesure 5,67 m en longueur et 2.02 m en largeur.

 

Un concours est alors organisé en interne à la société pour en trouver le nom, et c'est la secrétaire du département des ventes, Mary Ann Zukosky (épouse Marini), qui le remporte en proposant le nom Eldorado, version américanisée de l'espagnol « El Dorado » (le doré) qui évoque le chef mythique d'une tribu sud-américaine précolombienne dont le corps, à l'occasion des cérémonies, était recouvert d'une poussière d'or qu'il enlevait en se plongeant dans un lac. Le nom se rapporte également à une cité légendaire à la richesse fabuleuse, quelque part en Amérique du Sud, qui a suscité de nombreuses expéditions infructueuses. Toutefois, selon le magazine Palm Springs Life, le nom viendrait de l’Eldorado Country Club, un club de détente de Coachella Valley, en Californie, fréquenté par les cadres de la General Motors. 

 

1954 Cadillac Eldorado Convertible - Photos : Auctions America

 

Pour le millésime 1954, la Cadillac Eldorado, deuxième génération, reprend intégralement la carrosserie du cabriolet de la Serie 62, avec un peu plus de chrome, notamment au bas des ailes arrière, et un équipement plus luxueux. L'empattement est de 3,28 m, et le moteur atteint 230 ch. Le prix est de 5 738 $. La production atteint 2 150 unités.

 

1955 Cadillac Eldorado - Photo : Maclay Motors

 

Pour 1955, l'Eldorado retrouve une apparence distincte des autres Cadillac, en raison d'un traitement différent des ailes arrière qui reçoivent des ailerons trapézoïdaux et non plus bulbeux. Les feux arrière sont placés plus bas et ils sont soulignés par une moulure de caisse qui se prolonge jusqu'au-dessus du passage de roue. Le moteur développe 270 ch à 4 800 tr/min. Le tarif est de 6 286 $. La production atteint 3 950 exemplaires.

 

1955 Cadillac Eldorado Convertible - Photos : Gooding & Company
L'Eldorado 1955 mesure 5.66 m en longueur et 2.02 en largeur

 

En 1956, l'Eldorado est déclinée en deux carrosseries : le cabriolet, qui est baptisé Eldorado Biarritz, et le coupé, qui est baptisé Eldorado Seville. La désignation « Biarritz » fait référence à la célèbre station balnéaire française, et la désignation « Séville » à la non moins célèbre ville andalouse, dont la prononciation américaine est proche de la désignation « DeVille » utilisée pour un autre modèle de Cadillac. Le coupé n'est rien d'autre qu'un cabriolet dont la capote est remplacée par un hard top ; un toit rigide sans montant central (un trait de style utilisé la première fois sur la première Cadillac Coupe de Ville en 1949).

 

1956 Cadillac Eldorado Seville

 

Esthétiquement, la carrosserie subit quelques retouches cosmétiques, dont une nouvelle calandre au maillage plus serré. Les feux de positions passent en bas du pare-chocs. Le moteur est poussé à 305 ch à 4 700 tr/min. Le tarif est de 6 501 $, quelle que soit la carrosserie. L'Eldorado Biarritz est vendue à 2 150 exemplaires, et l'Eldorado Séville à 3 900 exemplaires.

 

1956 Cadillac Eldorado Biarritz Convertible
L'Eldorado 1956 mesure 5.64 m en longueur et 2.03 m en largeur
1956 Cadillac Eldorado Biarritz - Photos : Barrett Jackson
1954 Cadillac Eldorado - Photos : Artcurial