Cadillac Allanté (1987-1993)

 

Publié par Philippe Baron le 1 octobre 2013.

 

Premier roadster Cadillac depuis les années 30, l’Allanté, qui porte la griffe Pininfarina, a coûté plus d’argent à Cadillac qu’elle ne lui en a rapporté. A ce jour, le coupé italo-américain demeure encore le véhicule ayant nécessité la plus longue chaîne de montage au monde, un titre mémorable pour un pont aérien de plus de 10 000 km de long !



 

Au début des années 80, Cadillac décide d’investir dans le marché des roadsters de luxe pour concurrencer des marques comme BMW, Jaguar et principalement la Mercedes 560 SL. Pour européaniser ce projet, la division Cadillac contacte le célèbre carrossier italien, Pininfarina, pour imaginer la voiture et lui confier le mandat d’assembler les carrosseries aux châssis.



Pour mémoire, l’unique collaboration de Pininfarina avec Cadillac remontait à la fin des années 50 avec la berline Eldorado Brougham. Le projet de 1982 prend le nom d’Allanté, un nom à la sonorité latine mais qui ne veut rien dire. La plateforme, qui sera utilisée pour l’Allanté, est celle des futures Eldorado 86 raccourcies de 22 cm. 

Cette décision de choisir Pininfarina, malgré tout le prestige de la maison italienne, va s’avérer très coûteuse avec une organisation assez problématique. Ainsi, trois 747 cargo de l’Alitalia aménagés pour 56 voitures, s’envolaient de Detroit pour livrer les plateformes et assurer le montage des carrosseries. 

Certains éléments étaient déjà montés comme le système d’air conditionné, la colonne de direction ainsi que la majeure partie de l’électronique embarquée. Après découpes et soudures, les ouvriers de Pininfarina installaient la carrosserie et l’intérieur puis la peinture était apposée. Les 56 Cadillac repartaient par le même avion à Detroit pour l'assemblage final (moteur, train roulant, boîtier de direction, réservoir d'essence, freins, suspension, roues, pneus...)

 

L’Allanté ne manque pas d’allure avec une ligne plutôt sobre, une grille de calandre typiquement Cadillac, un pare-brise très incliné et d’énormes feux de position à l’arrière. Elle mesure 4.53 m en longueur, 1.86 m de large et 1.32 m de hauteur. L’Allanté peut être habillée du toit rigide en aluminium ou d’un toit souple, selon l’humeur du conducteur. L’habitacle de bonne qualité ne propose que deux  places mais spacieuses et luxueuses, avec pas moins de huit boutons de réglage. La seule option est un téléphone cellulaire qui se dissimule dans un compartiment entre les deux occupants. 

 

 

Sous le capot de l’Allanté se cache un V8 de 4,1-litre d’une puissance de 170 chevaux et un couple plus généreux de 230 lb-pi, ce dernier étant accouplé à une transmission automatique à 4 rapports. Cette première motorisation ne va pas aider la réputation du roadster puisque le moteur était trop juste pour traîner cette lourde masse. En 1989, GM va troquer ce moteur pour un autre V8 plus puissant dont la cylindrée atteint 4,5-litres, une décision qui va brièvement faire augmenter les ventes. Il développe 200 chevaux et son couple est de 270 lb-pi, ce qui augmente les performances du véhicule (210 km/h, 0 à 100 en 8 secondes). La suspension de l’année-modèle 1989 sera aussi équipée d’un nouveau système qui ajuste la fermeté des amortisseurs selon la vitesse. En 1993, à la dernière année du modèle, Cadillac va implanter son tout nouveau V8 Northstar 4,6-litres qui développe une puissance de 295 chevaux et un couple de 290 lb-pi. L’Allanté est équipée d’office de 4 freins à disques aidés par un système antiblocage ABS.

 

 

L’année-modèle 1993 est celle avec le plus grand nombre de Cadillac Allanté produites, mais GM, qui espérait plus de ventes, décide d’annuler le projet. 21 430 exemplaires auront donc été produits entre 1987 et 1993. Du fait de sa rareté, la Cadillac Allanté pourrait devenir rapidement un futur collector car ses qualités routières sont indéniables, sa consommation raisonnable (10 à 12 l/100 km) et sa cote est pour l’heure très abordable, entre 10 000 et 13 000 €.