Chrysler 160 – 180 – 2 Litres (1970-1980)

Photo du Chrysler France Club

Publié par stubs-auto le 27 septembre 2012.

 

Le 1er janvier 1970, Chrysler devient l'unique propriétaire de Simca et lance le projet d’une berline de classe supérieure pour donner une dimension plus ambitieuse aux productions de Poissy et asseoir la vocation internationale de la marque. Dans cette optique, Chrysler se tourne vers sa branche britannique pour réaliser le design. Ainsi le dessin des futures 160 et 180 est signé Roy Axe, l’un des stylistes de Rootes, filiale de Chrysler UK, qui travaillait également sur un nouveau modèle de classe moyenne, l'Hillman Avenger. Par contre sa motorisation est confiée à Poissy.

 

La Chrysler-Simca est dévoilée en septembre 1970 et pour que son haut de gamme se démarque des produits Simca à forte connotation populaire, la nouvelle direction Chrysler-France choisit d’y apposer le pentastar de la firme américaine, le nom Chrysler étant jugé à lui seul plus valorisant aux yeux de Detroit que Simca, spécialisé dans la voiture moyenne.

Trois modèles sont proposés : la 160 à moteur 1639 cm3 de 80 ch Din, 9 CV et 155 km/h, la 160 GT et la 180 à moteur 1812 cm3 de 97 ch Din, 10CV et 175 km/h. La 160 GT reprend la finition plus simple de la 160. La 180 se distingue par un intérieur plus luxueux et une carrosserie mieux décorée (enjoliveurs de roues, calandre, butoirs de pare-chocs ...). Les deux mécaniques ont été élaborées par les bureaux d'études de Poissy. Pour le modèle 1973, grâce à quelques améliorations mécaniques, la 160 progressera en souplesse et en économie, sans que la puissance n'évolue. Elle aura désormais le même aspect extérieur que la 180. Cette dernière gagnera pour sa part 3 ch Din. La 160 GT sera retirée du catalogue.

 

En janvier 1973, la Chrysler 2 litres se place au sommet de la gamme avec son 1981 cm3, 110 ch Din et 170 km/h, uniquement disponible avec la boîte automatique Torqueflite à trois rapports. Outre l'adoption de nouvelles jantes et de deux projecteurs longue portée, la 2 Litres Automatique se singularise esthétiquement par son toit vinyle qui deviendra également une option sur les 160 et 180.

 

Dès le début de sa commercialisation, la Chrysler ne décolle pas au niveau des ventes. De 62 259 Chrysler vendues en 1971, la production chute à 41 339 voitures en 1972 puis 39 069 en 1973. Son style euro-américain n’arrive pas à séduire la clientèle de Simca à une époque où le made in France continue de s’imposer, rendant les ventes de véhicules étrangers marginales. La Chrysler n’est pas non plus épargnée par la presse spécialisée française qui pointe du doigt sa suspension arrière assurée par un essieu rigide dépassé. A noter que les acheteurs ne s’en plaindront jamais. La critique se porte aussi sur la surface vitrée du véhicule des plus limitées contrairement aux Simca 1501 et sur son manque de finition pour un haut de gamme pour lequel une direction assistée ou des vitres et serrures électriques auraient été les bienvenues. La production sera d’ailleurs délocalisée de Poissy vers l'Espagne au début de l'année 1975, dans l'usine Barreiros de Villaverde appartenant à Chrysler depuis 1969. 

 

Toujours en quête d’identité, en 1976, le monogramme Simca fait son retour sur la malle arrière de la Chrysler. Pour l'année 1977, la 160 devient 1609 (pour 9 CV fiscaux) et la 180 devient 1610 (10 CV fiscaux, 1812 cm3, 100 ch) et bénéficie du même niveau d'équipement que la 2 Litres Automatique, qui elle, ne change pas de nom. Sur les modèles 1979, le moteur 1812 cm3 de la 1610 était remplacé par le 1981 cm3 de la 2 Litres Automatique mais en conservant sa boîte manuelle. 

 

Le 10 août 1978, Chrysler Simca est désolidarisé de la Chrysler Corporation et absorbé par le groupe PSA (Peugeot Citroën). Le nom de la marque Simca s’éteint à tout jamais pour être remplacée par le nom de Talbot. Néanmoins, le nom va survivre éphémèrement avec un énième changement de nom pour les Chrysler qui deviennent des modèles Talbot Simca 2L/1610 et continuent d’arborer le pentastar (symbole de Chrysler) au centre de la calandre. Les dernières 1610 et 2 Litres seront produites en 1980 pour la France mais en Espagne, où elles bénéficient d’un certain succès, seule une version diesel exclusive à ce pays, de 2007 cm3, 65 ch, 135 km/h, sera fabriquée jusqu’en 1982. 

 

A son terme, la production totale de la Chrysler 160/180/2 Litres est d’environ 275 000 exemplaires, un score honorable pour une voiture qui a semé le trouble auprès d’une clientèle dubitative quant à son pédigrée et qui a malgré tout survécu pendant la crise qui a travesti Simca en Talbot. Son point fort est néanmoins son brillant 4-cylindres que l’on retrouvera plus tard sur la Matra Murena 2.21 et la Peugeot 505 turbo injection. Cette Chrysler atypique n’est certes pas oubliée avec en France un club qui regroupe plus de 250 membres, le Chrysler France Club. Sa cote varie de 3 000 € pour un exemplaire en bon état de marche à 6 000 € pour un état exceptionnel.

CHRYSLER FRANCE CLUB

Le Club au Tréport (76)

Le Chrysler France Club a été crée le 17 mai 1998 dans le but de rassembler, restaurer et sauvegarder les Simca Chrysler 160, 160 GT, 180, 1609, 1610 et 2 Litres construites entre 1970 et 1980 et de les préserver dans leur état d'origine. Le club regroupe les inconditionnels de cette voiture en France et organise chaque année une sortie. A cette occasion, les vrais passionnés se retrouvent pour échanger leurs expériences et de profiter des beaux paysages qu'offre notre pays. Le Club participe aux meetings nationaux et internationaux Simca ainsi que sa présence chaque année au Salon Automédon du Bourget. Le club publie deux fois par an un bulletin en couleur contenant les comptes-rendus des sorties du club, des informations importantes, des conseils techniques ainsi que des petites annonces.