BMW Série 8 (E31) (1989-1999)

1989 BMW 850i (E31)

 

Publié par Philippe Baron le 6 mars 2015.

 

En septembre 1989, BMW présente la Série 8 composée de coupés haut-de-gamme aux prestations et équipements comparables à ceux de la berline Série 7 en termes de luxe et de confort mais avec quelques variantes spécifiques à la vocation du coupé. La 850i V12 sera pendant un temps la seule déclinaison. Puis en 1992, une version plus sportive préparée par Motorsport, la 850CSi, complète l'offre, suivie l’année suivante par la 840Ci à moteur V8, moins onéreuse pour rendre la Série 8 plus accessible. 

 

1989 BMW 850i (E31)

 

La Série 8 illustre tout le savoir-faire de BMW en matière de design et de technologie. Dessinée par Klaus Kapitza avec phares rétractables et portières sans montants, la première représentante de la Série 8 est dévoilée au Salon de Francfort 1989. La 850i innove avec le système EDC III à contrôle électrique du réglage des amortisseurs. Intérieurement, elle reçoit trois mémoires pour le siège conducteur, les rétroviseurs extérieurs et la colonne de direction à réglage électrique, un système guide-trottoir pour rétroviseur passager à l’enclenchement de la marche arrière et l’airbag passager. 

 

 

Sur les modèles 1992-1993, l'appellation 850i devient 850Ci. La 850Ci est toujours motorisée par le V12 5,0 L de 300 ch. Ce n'est qu'à partir de février 1994 que la version 5,4 L de la 850Ci entre en production, équipée du V12 5,4 L de 326 ch et d'une une boîte mécanique à 6 rapports ou d'une boîte automatique Steptronic à 4 rapports et commande auto-adaptative.

 

 

Moins puissante, la 840Ci reçoit l’’équipement de base de la berline Série 7, mais propose en plus l’antipatinage, le climatiseur automatique, des sièges à réglages électriques, une sellerie cuir, l’ordinateur de bord et des pneumatiques 235/50 ZR 16. Son moteur est un 8-cylindres en V à 90° de 3 982 cm3, d’une puissance de 286 ch à 5 800 tr/mn. Elle n’est disponible qu’avec une boîte automatique à 5 rapports et commande auto-adaptative à deux programmes. Elle permet de choisir ses propres vitesses à partir de la commande de boîte, d'une simple pression vers le haut pour monter les rapports, et vers le bas pour les descendre. En 1996, la 840Ci adopte le V8 4,4 L.

 

 

La 850CSi est le nec plus ultra de la gamme. Elle reprend la base du coupé 850i mais avec trains roulants et freins en conséquence pour son V12 préparé par Motorsport, la division de voitures de course de BMW, référence en matière d’efficacité et de performances. Les pneumatiques sont montés sur des jantes de 17 pouces en 235/40 ZR à l’avant et 265/40 ZR à l’arrière. Elle reçoit également un différentiel à glissement limité 25% en plus de l’antipatinage, une cinématique active de l’essieu arrière et une suspension sport. Son V12 de 5.6 litres délivre 380 ch et 56 mkg de couple. Elle est uniquement livrée en boîte mécanique 6 rapports et comme pour les autres modèles, la vitesse maximale est bridée à 250 km/h.

 

 

Les publicités télévisées consacrées à la Série 8 aux Etats-Unis annonçaient qu’elle permettait de « découvrir l’inattendu ». BMW avait brièvement prévu de lancer une version encore plus puissante de la 850Csi, baptisée M8, préparée à 550 chevaux. Toutefois, un seul exemplaire a été construit, ainsi que 3 prototypes cabriolets 850i. Au total, la Série 8 dans sa version 840Ci (1993-1998) a été produite à 7 803 exemplaires, 850Ci (1989-1999) à 21 290 exemplaires et 1 510 exemplaires pour l’élitiste 850CSi (1992-1996).

 

1990 BMW 850i Cabrio Prototype
1992 BMW 850 CSi (E31)