BMW E1 (Z11 & Z15) (1991–1993)

 

 

Publié par Philippe Baron le 21 août 2017

 

En 1991, au Salon de l'automobile de Francfort, BMW présente le concept E1, une nouvelle étude de voiture électrique. Suite aux retours positifs de la nouvelle batterie NaS, les ingénieurs se sont concentrés sur des performances adaptées au quotidien, une autonomie acceptable, assez de place pour quatre personnes et des bagages ainsi que la conformité à des normes de sécurité élevées et un poids aussi réduit que possible. 

 

 

La BMW E1 est une " Citymobil " aux dimensions réduites (3 460 mm de longueur, 1 648 mm de largeur, 1 500 mm de hauteur), à l'empattement allongé (2 325 mm) et à l'habitacle modulable. La caisse allégée au maximum offre une structure extrêmement stable en profilés d'aluminium extrudé et une carrosserie principalement composée de plastique recyclé. Le capot et le hayon arrière sont en aluminium.

 

 

La batterie à haute énergie de 200 kg est située dans un châssis de sécurité sous les sièges arrière, tandis que le moteur électrique spécialement conçu ainsi que la transmission sont intégrés dans l'essieu arrière. Un concept électronique constitué de deux modules principaux assure la commande intelligente de toutes les composantes électriques, dont la chaleur dissipée est utilisée pour chauffer l'habitacle. Les batteries peuvent être rechargées sur secteur en seulement 6 heures, et une colonne de chargement dédiée permet de raccourcir ce délai à 2 heures. Avec une autonomie de 160 km en trafic urbain, la BMW E1 est également à même de sortir des agglomérations rapidement puisque sa vitesse de pointe est de 125 km/h.

 

 

En 1993, à nouveau à Francfort, la BMW E1 (Z15) est présentée avec une nouvelle batterie sodium-chlorure de nickel (NaNiCl2). Cette batterie " Zebra " constitue une nouvelle étape majeure de franchie puisque non seulement sa durabilité, mais aussi l'autonomie et les performances de conduite sont améliorées. En outre, la motorisation de la BMW E1 est désormais si efficace que l'énergie générée lors des phases de freinage est automatiquement réinjectée dans la batterie. Cependant, ce prototype n'atteindra pas le stade de la production.