BMW 326 (1936-1941)

Photo :bmw-one.com

 

Publié par Philippe Baron le 10 avril 2013.

 

Introduite au Salon de Berlin en février 1936, la BMW 326 est le premier modèle de la marque bavaroise à être proposé en quatre portes. Malgré son prix de vente relativement élevé, son succès est immédiat. D’une esthétique remarquablement moderne, la 326 arbore la fameuse calandre « haricots » ou « naseaux », introduite pour la première fois sur une version sportive de la Dixi et adoptée sur les modèles de série depuis 1933. Au fil des décennies, le design évoluera et demeure jusqu’à ce jour le trait caractéristique d’identification de la marque.

 



1938 BMW 326 Cabriolet par Gläser - Photos : Bonhams

 

L'acquisition des usines Dixi à Eisenach, en 1928, permettent à BMW, jusqu'alors constructeur d'avions et de motos, de se lancer dans la fabrication d'automobiles. La première voiture produite, une Austin Seven construite sous licence sous le nom de Dixi, est progressivement améliorée pour terminer avec une suspension arrière à essieu brisé et des soupapes en tête. En 1933 apparaît la première vraie BMW, la 303 six cylindres. Elle adopte un châssis à deux longerons et abandonne l'essieu arrière brisé au profit d'un plus conventionnel essieu rigide, alors que la suspension avant indépendante reçoit un ressort supérieur transversal à lames et que la direction est à crémaillère. Ces caractéristiques, ainsi que le moteur à soupapes en tête et vilebrequin à quatre paliers, vont servir de base au développement de modèles plus étoffés et plus sportifs. 

 

 

Ne bénéficiant pas des ressources de grands constructeurs établis depuis plus longtemps, BMW choisit de mêler reconduction et nouveauté dans le développement de ses modèles sous la direction de Fritz Fiedler et du styliste en chef Alfred Böning. Ainsi, la 326 reprend le style de carrosserie dessinée par Peter Schimanowski déjà vu sur la 329, modèle intermédiaire dont la mécanique est identique à celle de la 319 de 1934. 

 

1938 BMW 326 Saloon - Photos : RM Auctions

 

La BMW 326 de 1936 constitue une référence de très grande signification, et la première BMW à recevoir un châssis caissonné en échelle, au lieu de la formule tubulaire traditionnelle. Sa suspension arrière à barres de torsion est aussi une première pour la marque à l'hélice. L'alésage augmenté de un mm fait passer à 1 971 cm3 la cylindrée du fiable six cylindres à soupapes en tête et sa puissance à 50 ch avec un seul carburateur. D’autres développements notables incluent des freins à commande hydraulique et une boîte quatre vitesses et roue libre sur les premier et deuxième rapports, permettant des changements sans embrayage, particulièrement utiles en usage urbain. 

 



 

En 1937, Motor Sport fait l'essai d'une BMW 326 et, malgré une vitesse de pointe relativement modeste (120-129 km/h), le magazine précise qu'elle peut "être menée à cette vitesse chaque fois que les conditions le permettent, sans sacrifier l'économie ni l'agrément. Comme on peut s'y attendre de tous les modèles de la marque, à une telle allure ni moteur ni châssis ne semblent subir d'efforts, non plus que la carrosserie. Le nouveau moteur a été conçu pour être véritablement "indestructible"."

 



 

La BMW 326 était proposée en 3 versions de carrosserie, limousine à 4 portes, cabriolet à 2 portes et cabriolet à 4 portes. Il était aussi possible d'acquérir un châssis nu et de le faire carrosser. Avec ses performances, ses qualités et son design moderne, il est guère étonnant que la 326 ait rencontré un tel succès, 15 936 exemplaires ayant vu le jour jusqu'en 1941, date de l'arrêt de la production. 

 



Photo : Motor Klassik