Buick Riviera (1971-1973)

 

Publié par Philippe Baron le 2 mars 2012.

 

En 1963, Buick présente une de ses plus belles créations de l'époque moderne, la Riviera, dont le design dépouillé et (relativement) discret tranche avec les excès de la période précédente. La Riviera n'a aucune relation avec les Riviera hardtop du passé, de luxueuses berlines deux portes sans montants dont la première apparaissait en 1949. Entièrement nouvelle dans sa conception et son design, elle se démarque des gammes préexistantes de Buick et même de l'ensemble des productions de la General Motors. Elle a pour objectif de concurrencer la Ford Thunderbird sur le créneau spécifique des voitures dites ‘personal luxury’, c'est-à-dire des coupés de haut de gamme à la ligne spécifique, où la Ford occupe une position de quasi-monopole.

 

 

Installée au sommet de la gamme Buick, la Riviera sera le modèle le plus cher de la marque jusqu'en 1973. Sur une période de onze ans, trois générations de Riviera vont se succéder (1963-65, 1966-70 et 1971-73). La voiture connaîtra un grand succès commercial, dépassant le modèle de la Thunderbird qui l'a inspirée, elle sera elle-même imitée, au sein de la General Motors par la Pontiac Grand Prix, et plus tard par la Chrysler Cordoba.

 

 

La Buick Riviera de 1971 est allongée et l'empattement passe maintenant à 122 inches, soit pas moins de 3,10 mètres. Les lignes hors du commun de cette nouvelle Riviera ont pour auteur Donald Lasky, qui a remplacé David Holls à la direction du style Buick en 1968. Articulé autour d'un losange, représenté par la symétrie des deux capots pointus, le dessin d'une grande homogénéité exprime une rare force. La partie arrière fastback, qui s'achève en poupe de bateau (boat-tail), est un chef-d'œuvre, quoique très controversé à l'époque. Bill Mitchell, qui tenait beaucoup à ce trait original, insista pour qu'il fût adopté. La voiture pouvait être équipée d'un toit en vinyle.

 

Photos : Riv 71

 

Avec son design très insolite, la voiture propose aussi un habitacle soigné. La sellerie en cuir, la radio, la climatisation et les vitres électriques font partie de l'équipement de série. L’accoudoir central, les sièges au dessin ergonomique et les épaisses moquettes participent au confort des passagers.

 

 

Techniquement, la Buick Riviera Boattail est dotée de freins à disques à l'avant qui étaient en option depuis 1967. La suspension est complètement nouvelle. Elle accueille le V8 Buick de 6,5 litres de cylindrée dans une version de 325 ch, réservée alors aux Invicta, Wildcat et Electra. En option, ce moteur, réalésé à 7 litres de cylindrée, développe 360 chevaux. Côté transmission, la boîte automatique à deux vitesses des débuts est maintenant remplacée par une Turbo-Hydramatic à trois rapports bien mieux étagée et plus performante. La voiture atteint sans difficultés les 200 km/h.

 

 

L’étonnante et superbe Buick Riviera Boattail sera produite de 1971 à 1973 à 101 618 exemplaires. Elle est considérée de nos jours comme l'un des grands classiques américains du début des années soixante-dix.