Bugatti Type 46 (1929-1932)

1930 Bugatti Type 46 Coupé - Photos : RM Auctions

 

Publié par Philippe Baron le 22 juillet 2013.

 

 « La Bugatti Type 46 associe le luxe d'une grande limousine, la parfaite souplesse et les performances d'exception d'un pur-sang avec la parfaite tenue de route, la vitesse et les accélérations des meilleures voitures de sport.». The Motor, 1930.

 

 

Au début des années 1930, la réputation d’Ettore Bugatti pour la construction de ses automobiles aux performances époustouflantes n’était plus à faire. Les succès en courses remportés par les plus grands pilotes du monde étaient innombrables et le patron de Molsheim s’était constitué de ce fait une clientèle de gens fortunés à la recherche de sensations fortes en leur proposant des voitures de tourisme à caractère résolument sportif.

 

 

Produite de 1929 à 1932, la Type 46 évoque à merveille la maîtrise de Bugatti dans la construction de voitures de tourisme rapides et excitantes dotées d'une excellente tenue de route. Ce n’est pas une voiture de Grand Prix, mais un sensationnel et luxueux châssis à moteur huit cylindres de 5,3 litres conçu pour recevoir les carrosseries les plus somptueuses et les mieux équipées et pour offrir la conduite la plus souple et le meilleur comportement routier possibles. Il s'agissait du Type 46 qui fut vite surnommé « La Petite Royale ». Non pas qu'il fut véritablement « petit » avec son moteur de 5 359 cm3 et son généreux châssis pesant 1 150 kg. Mais cette voiture présentait de grandes similitudes avec la puissante Royale dont une boîte de vitesse à trois rapports intégrée au pont arrière et la course longue (130 mm) des dernières Royale.

 

 

En vertu de son succès, Ettore Bugatti resta fidèle au moteur à simple arbre à cames du type de celui de la 46 et n'adopta la distribution à double arbre à cames en tête, plus sophistiquée, qu'après une pression sans relâche de son fils aîné Jean, sur la Type 50 de 1930. Mais des nombreuses et diverses automobiles qu'il produisit, c'est l'élégante et parfaitement proportionnée Type 46 que l'artiste/ingénieur préféra entre toutes, dit-on. Contrairement à la Royale dont seulement six exemplaires trouvèrent preneur, la Type 46 s'avéra plus commerciale, puisque ce sont 444 exemplaires (plus 18 Type 46 S à compresseur) qui avaient quitté l'usine lorsque cessa la production.

 

1932 Bugatti Type 46 Sport Saloon - Photo : Gooding & Company
1930 Bugatti Type 46 Faux Cabriolet Coachwork by Veth & Zoon - Photo : Bonhams
1930 Bugatti Type 46 Cabriolet Coachwork by Figoni - Photos : Bonhams