Le premier long trajet de l’histoire de l’Automobile

Bertha Benz

 

Publié par Philipppe Baron le 17 septembre 2012.

 

En 1886, les associés de Karl Benz condamnaient son obsession envers la première voiture au monde qu’il venait de breveter. Ils considéraient cette expérience sans lendemain au lieu de consacrer son temps à une activité intelligente consistant à produire des moteurs à gaz. La voiture automobile constituait une telle nouveauté que personne n’était en mesure d’estimer son importance ni d’ailleurs préparé à donner un peu d’argent durement gagné pour en acquérir un exemplaire. 


Cependant Karl Benz trouvait de fidèles alliés au sein de sa famille et Bertha, son épouse, sera la première femme au volant à accomplir le plus long trajet de l’histoire de l’automobile. Bertha Benz a toujours apporté à son époux tout le soutien qui pouvait motiver le génial inventeur et constructeur lors des moments d’infortune et de doute, en lui rappelant l’intérêt de poursuivre son œuvre. Grâce à son optimisme inépuisable et à sa capacité d’analyser intelligemment les situations difficiles, elle a toujours trouvé une issue à leurs problèmes. 


A l’insu de son mari, un beau matin d’août 1888, Bertha Benz est désireuse de rendre visite à des cousins habitant Pforzheim à environ 80 km. Son fils Eugen, âgé de 15 ans, insista pour qu’elle prît la voiture au lieu de voyager par train. Avec le fils cadet, Richard âgé de 13 ans, ils se mirent en route le matin très tôt à l’insu du père mais en lui laissant une lettre pour le rassurer. Ils progressèrent sur le tricycle jusqu’à Heidelberg mais en abordant les côtes de la Forêt Noire, Bertha et Eugen durent mettre pied à terre en laissant le jeune Richard seul à la barre de direction.


Dans les descentes rapides, les garnitures de frein en cuir s’usèrent complètement et il fallut se procurer du cuir neuf auprès des bourreliers. Bertha Benz se révéla femme de ressources en prêtant une épingle à chapeau pour déboucher une tuyauterie d’essence et lorsqu’un fil d’allumage se mit en court-circuit, elle l’isola avec une de ses jarretières. Tout au long de ce voyage, ils suscitèrent l’étonnement et dans une auberge de la Forêt Noire, deux paysans faillirent en venir aux mains sur le point de savoir si la voiture était propulsée par un mouvement d’horlogerie ou par quelque force surnaturelle !

 

Néanmoins,  Pforzheim fut atteinte avant la tombée de la nuit et Bertha fit savoir par télégramme à Karl Benz que le premier voyage avec son véhicule motorisé s’était déroulé avec succès. La nouvelle de cet événement sensationnel pour l’époque se répandit alors. Les esprits critiques étaient maintenant au moins convaincus de la fiabilité du véhicule. Sans l’impulsion et le courage de Bertha Benz, l’automobile aurait eu beaucoup plus de mal à prendre son essor.