Audi V8 (1988-1994)

 

Publié par Philippe Baron le 19 mai 2013.

 

Vaisseau-amiral de la marque, la prestigieuse Audi V8 est présentée au grand public en 1988, lors du Mondial de l’automobile de Paris, premier du nom. Chargée d’apporter à la firme bavaroise l’image qu’il lui faisait défaut dans la catégorie des voitures de grand luxe, elle se présente sous la forme d’une grosse berline quatre portes haut de gamme dotée d'une technologie de pointe.

 

 

Les enjeux de Ferdinand Piëch, alors responsable du développement technique chez Audi depuis 1972 et tout jeune président du directoire Audi AG à partir de 1988, sont clairement affichés. Il s'agit pour la marque de « tirer sa gamme vers le haut » en proposant un véhicule innovant, en y intégrant des technologies nouvelles telles que la transmission intégrale Quattro et de proposer un moteur puissant et efficace. Tout comme Mercedes et BMW, Audi dévoile son ambition de conquérir le marché américain, marché très lucratif et rentable pour les mécaniques coûteuses mais surtout amateur de berline essence puissante. C'est donc tout naturellement que le nouveau modèle est équipé d'un moteur V8. Bien qu'elle ait failli se prénommer Audi 300, dans la continuité de la marque, le nom Audi V8 est privilégié.

 

 

La carrosserie de l’Audi V8 est basée sur celle de l’Audi 200 mais la V8 est plus longue, plus large et offre un volume utile plus important, surtout dans sa version Limousine. Plus longue de 23 cm, elle est dotée de sièges arrière individuels réglables électriquement. Par rapport à la 200, la V8 fait l’objet de modifications stylistiques. La grille de calandre quadrillée, utilisée pour la première fois, attire tout particulièrement l’attention. L’équipement est bien sûr très complet (climatisation, intérieur cuir et bois, vitres et rétroviseurs électriques, etc.).

 

 

Lors de sa commercialisation, l’Audi V8 est équipée d’un tout nouveau moteur V8 tout alliage de 3 562 cm3 développant 250 ch DIN, coiffé de culasses à 32 soupapes. Gestion électronique allumage/alimentation Bosch M-24, radiateur d’huile, etc.., font partie de sa panoplie technologique raffinée. La V8, qui atteint 244 km/h, est un adversaire redoutable pour la classe S de Mercedes et pour la Série 7 de BMW. Le V8 est, à sa naissance, accouplé à une boîte automatique à quatre rapports et trois programmes électroniques. Mais en janvier 1990, une version à boîte mécanique à 5 rapports fait son apparition. Enfin, sa transmission intégrale est de type Quattro, avec répartition initiale du couple 50/50% entre l’avant et l’arrière, et un différentiel électronique Torsen se charge de faire varier (de 25 à 75%) l’équation, en cas de manque d’adhérence au sol.

 

 

En 1990, un autre Torsen, logé dans le carter de pont arrière, est monté sur la V8. Il répartit la puissance entre les roues postérieures, en fonction de l’adhérence rencontrée par celles-ci. En 1992, le V8 de 3.6 litres est réalisé à 4,2 litres et développe 280 ch : deux secondes sont gagnées sur le 0 à 100 km/h (6.8 s) et la vitesse de pointe passe à 250 km/h. La production de la V8 de 1989 à 1994 est comptabilisée à 21 565 unités. L’Audi V8 est généralement considérée comme ayant été le tremplin de l’Audi A8 qui sera lancée en 1994.