Audi Coupé/Cabriolet (1988-2000)

1991 Audi Coupe

 

Publié par Philippe Baron le 25 mars 2018.

 

Dévoilé en septembre 1988 pour remplacer l’Audi 80 GT, le nouveau coupé, connu en interne comme le Type 89 et bien que dérivé de l’Audi 80 B3, laisse tomber l’appellation 80 pour simplement prendre le nom d’Audi Coupé. Plus bourgeois que sportif, il ne manque pas d’atouts : espace, finition soignée et fiabilité de haut niveau pour une voiture polyvalente apte à un usage quotidien.

 

1988 Audi Coupe
1988 Audi Coupe Quattro

 

Flancs lisses et ligne de caisse assez haute, le Coupé se démarque aussi par son arrière doté d’un hayon vitré très incliné. La banquette arrière rabattable permet au coffre d’être modulable. Il est d’abord équipé d’un 4-cylindres injection de 1 984 cm³ de 115 ch et d’un 5-cylindres injection de 2 226 cm³ de 136 ch, disponible avec la transmission intégrale quattro, avec différentiel interponts autobloquant Torsen, répartissant le couple moteur dans une plage allant de 25 à 75 % pour chaque essieu.

 

1991 Audi Coupe

 

Pour 1989, le 2 226 cm³ est remplacé par un 2 309 cm³ équipé d’un pot catalytique de 133 ch. Une nouvelle version apparaît en juillet, équipée du 2 litres de la 90 avec une culasse 20 soupapes qui développe 160 ch. En raison de son manque de succès, il est remplacé en 1990 par un 2 309 cm³ qui développe, lui, 170 ch. Un équipement de sécurité optionnel, le Procon-Ten, est disponible. Il s’agit d’un système de câbles qui, lors d’un choc avant entraînant le recul du groupe moto-propulseur, tire sur le volant de direction (protégeant la tête du conducteur) et sur les ceintures de sécurité, améliorant la sécurité. Toutes les versions de l’Audi Coupé ont un châssis et une suspension sport, avec amortisseurs à gaz et barre stabilisatrice à l’avant et à l’arrière, ainsi qu’un ABS en série.

 

1990 Audi S2 Coupe

 

En février 1990, est proposée une entrée de gamme 2,0 E 115 ch en 4-cylindres. La version tonitruante S2 Quattro du Coupé est présentée en octobre 1990 (moteur turbo de 2 226 cm³ 20 soupapes 220 ch 250 km/h). En janvier 1992, une nouvelle mouture permet d’homogénéiser la gamme avec l’apparition de la nouvelle 80 B4 dont le Coupé reçoit le capot et les phares. Au passage l’offre de moteurs évolue : 2,0 E 115 ch, 2,3 E 133 ch et 2,8 E V6 174 ch puis en octobre 1992, un V6 de 2,6 l et 150 ch. Le coupé disparaît en janvier 1996 suite au passage à l’Audi A4 après une production de 70 176 exemplaires.

 

 

Présenté en mars 1991 à Genève, le dérivé Cabriolet est commercialisé dès l’été. Pas d’arceau, beau couvre-tonneau, quatre vraies places, bien équipé et bien fini, le Cabriolet est très joli promeneur. Cependant, il souffre d’un poids très supérieur au Coupé 2;3 E (+180 kg) dont il reprend le moteur. Il est alors proposé dès novembre 1992 avec le 2,8 E V6 de 174 ch. Les deux modèles sont livrables avec boîte manuelle ou automatique. La capote électrique est en série sur le V6 mais en option sur le 2,3 E, tout comme le filet anti-remous aux places arrière, Les sièges peuvent, en option sur les deux modèles, être d’un nouveau type, à arceau et ceinture intégrés comme les Mercedes SL.

 

Photo: Silverstone Auctions / Belonged to Diana, Princess of Wales.

 

Pour 1993, le Cabriolet est proposé avec un nouveau V6 de 2,6 l et 150 ch au mois de juin alors qu’un nouveau 4-cylindres 2 litres de 116 ch était disponible dès le mois de janvier. En 1995, après la disparition du 2,3 E en juillet 1994, la gamme est complété en juin par un autre 4-cylindres 2 litres 16 V de 140 ch. A l’automne 1995, un 1,9 l Tdi de 90 ch, qui a fait la réputation de la VW Golf Tdi, s’invite même sous le capot du cabriolet. En juillet 1996, la version 2,0 E 16v est arrêtée et en janvier 1997, le cabriolet est proposé en essence avec un 4-cylindres 1,8 20 V de 125 ch. 

 

 

Du fait des modifications techniques importantes qu’implique cette version, le modèle cabriolet resta en production jusqu’en août 2000, soit bien après que les autres modèles B3 aient été remplacés par les Audi 80 B4 et les Audi A4 B5. Toutefois, la construction passa d’Audi à Karmann en 1997 jusqu’à l’arrêt du modèle dont la production totale aura été de 72 000 exemplaires.