Alfa Romeo Alfetta / GT / GTV (1972-1987)

 

Publié par Philippe Baron le 1 mars 2015.

 

Présentée en juin 1972, la berline sportive Alfetta emprunte un nom qui fait référence au passé glorieux des Alfa Romeo de course d’avant-guerre, dont les succès internationaux perdurèrent même après-guerre. Comme le veut la tradition chez la firme milanaise, la berline est épaulée par un coupé Grand Tourisme dont la production débutera en 1974.

 

Alfa Romeo Alfetta 1.8

 

Dessinée par le Centro Stile Alfa dirigé par Giuseppe Scarnati, l’Alfetta avec ses lignes tendues et anguleuses et une attention particulière à l'espace intérieur reprend le schéma traditionnel des berlines sportives, secteur dans lequel Alfa Romeo était considérée à l'époque comme l'une des plus représentatives. Pour souligner la liaison étroite entre les modèles de série et la tradition sportive de la marque, le nom Alfetta répond au surnom utilisé par les tifosi pour les Alfa Romeo 158 et 159 de Grand Prix qui remportèrent le championnat du monde en 1950 et 1951 avec Nino Farina et Juan Manuel Fangio.

 

 

L’Alfetta hérite de technologies issues directement des Alfa de compétition. Elle est la première Alfa Romeo de série à être équipée de la fameuse transmission transaxle, c'est-à-dire que l'embrayage, la boîte de vitesses, le différentiel et les disques de frein sont réunis en un seul bloc sur le pont arrière. Ce schéma permet d'optimiser la répartition des masses entre l'avant et l'arrière (50/50). Elle inaugure aussi le train arrière avec pont de de Dion et parallélogramme de Watt, un système qui permet aux deux roues arrière d'être plus indépendantes l'une de l'autre et assure donc une meilleure géométrie dans les virages. Sur le train avant, l'Alfetta reçoit des doubles triangles, les triangles inférieurs étant chacun reliés à une barre de torsion faisant office de ressort. Enfin les trains avant et arrière sont munis chacun d'une barre anti-roulis. Le freinage est assuré par 4 freins à disque, assisté par servo-frein et à double circuit.

 

Alfa Romeo Alfetta 1.8 - Photo : Marvin 345

 

A son lancement, l'Alfetta reçoit le 4-cylindres en aluminium à double arbre à cames qui est une évolution du moteur de l’Alfa Romeo 1750 réalésé à 1 779 cm³, avec deux carburateurs à double corps. Développant 122 ch, ce groupe emmène la voiture au maximum à 180 km/h avec une tenue de route remarquable. En 1975, la gamme est élargie avec la version 1600 à moteur de 1 570 cm3 de 109 ch. Elle adopte des projecteurs simples, une particularité qu’elle perdra en 1977 pour recevoir les quatre phares de la version 1.8, ce qu'on appellera les versions unifiées. En 1977, la version 2000 L (Lusso) apparaît avec 8 ch de plus. En 1979, la 2000 Turbodiesel est la première automobile italienne à moteur diesel suralimenté, suivie deux ans plus tard par la 2000 Li America à injection à moteur de 128 ch, pare-chocs renforcés et doubles projecteurs produite à environ 1 500 exemplaires.

 

1978 Alfa Romeo Alfetta 2000 L

 

En 1982, Alfa Romeo suit les effets de mode de l’époque. Ainsi, les quatre phares ronds sont remplacés par deux phares rectangulaires sauf pour les versions Quadrifoglio et Quadrifoglio Oro. Elles inaugurent le moteur 2 l injection Spica de 130 ch avec variateur de phase qui permet d'améliorer la plage de couple. En 1983, la 2.4 Turbodiesel est équipée d’un moteur à gazole produit par VM de Cento. En mars 1985, la production des Alfetta est arrêtée après 475 719 exemplaires produits. L’Alfetta est remplacée par l’'Alfa Romeo 90.

 

1979 Alfa Romeo Alfetta 2.0 Turbo Diesel

 

Introduit en 1974, le coupé quatre places Alfetta GT a été dessiné par Giorgetto Giugiaro en collaboration avec les stylistes d’Alfa Romeo sur l’empattement raccourci de la berline. La GT affichant vraiment une ligne sportive est dès le début motorisée avec le 1 800 cm3 112 ch, puis en 1976 avec le 1 600 cm3 108 ch et le 2 000 cm3 122 ou 140 ch pour la GTV 2000 (V pour Veloce) ce qui lui permet d’atteindre les 200 km/h. L’année 1979 apporte la GTV2.0 Turbodelta à moteur à essence suralimenté (première en Italie) mis au point par le département courses d’Alfa Romeo. Ce modèle ne sera produit qu’à 400 exemplaires.

 

 

Au Salon de Turin en novembre 1980, est présentée la nouvelle GTV6. D’une cylindrée de 2.5 litres, son V6 développe 160 ch à 6 000 tr/mn et 21.7 mkg à 4 000 tr/mn. La GTV6 se distingue par son capot bombé, le V6 étant plus haut que le 4-cylindres, et ses jantes en alliage plus large. Ces derniers coupés à propulsion Alfa Romeo finissent leur carrière en 1987 après une diffusion toutes versions confondues de 136 994 exemplaires. Au cinéma, le coupé s’est fait remarquer dans Octopussy, un film de la série de l’agent 007 en 1983. Dans une scène, James Bond emprunte une Alfa Romeo GTV6 à sa propriétaire occupée à passer un coup de fil dans une cabine téléphonique. S’ensuit une poursuite d’anthologie où il est pisté par 2 BMW de la police bavaroise.