Alfa 40-60 HP Aerodinamica « Siluro Ricotti » (1914)

 

Publié par Philippe Baron le 27 janvier 2014.

 

Lorsqu’en 1915, l’ingénieur napolitain Nicola Romeo prend une forte participation dans le capital de la firme milanaise ALFA (Anonima Lombarda Fabrica Automobili) au bord de la faillite, il ne manque pas d’y ajouter son nom au passage. Dès le début de son activité en 1910, ALFA, ex-filiale italienne des automobiles françaises Darracq, s’était délibérément tournée vers la construction de voitures à caractère sportif mises au point par l’ingénieur Giuseppe Merosi. La 24 HP, déjà très performante, proposait une version Corsa dont la vitesse maximale de 110 km/h était stupéfiante pour l’époque.


 

La 24 HP fut rapidement très appréciée des acheteurs et la nouvelle marque ALFA se créa une belle réputation pour les innovations techniques dont disposait la voiture, sa robustesse et, surtout, pour la puissance de son moteur. En 1913, destinée essentiellement à une clientèle sportive pour qui le modèle 24 HP n'était pas suffisant, le directeur Giuseppe Merosi lance la fabrication de la 40-60 HP proposée en différentes versions : châssis nu destiné aux carrossiers, torpédo quatre places pour un usage général, compétition à deux places avec un réservoir de carburant cylindrique derrière les sièges et la roue de secours derrière le réservoir d'essence.


1913 Alfa 40-60 HP Corsa

 

Le modèle était techniquement très avancé avec un moteur de 6 litres, mais victime d'un comportement trop sportif, il ne sera produit qu'en 27 exemplaires (2 prototypes + 25 voitures de série) entre 1913 et 1922. Les versions « civiles » disposaient de moteurs à arbre à cames latéral et soupapes en tête. En 1914, Alfa Romeo construit des versions spéciales pour les courses avec des moteurs à arbres à cames en tête et quatre soupapes par cylindre, une véritable innovation technologique pour l'époque. La version course a participé avec succès à plusieurs compétitions jusqu'en 1922. La voiture a atteint la vitesse maximale de 147,54 km/h sur le « kilomètre lancé » de Brescia en 1921 et pulvérisé l'ancien record avec une moyenne de 141,605 km/h au Grand Prix de Monza en octobre 1922.


En 1914, la Carrozzeria Castagna réalisa sur le châssis d’une Alfa 40-60 HP la plus extravagante et futuriste des carrosseries que cette époque ait connue pour le richissime Comte Marco Ricotti qui souhaitait un véhicule à hautes performances. Première monospace dont l’histoire de l’automobile se souvienne, la « Siluro Ricotti » était capable d’atteindre grâce à sa carrosserie aérodynamique en forme de torpille (Siluro en italien) 139 km/h contre 125 km/h pour le modèle de série.


 

La carrosserie en forme de goutte d’eau, entièrement réalisée en aluminium, possédait une porte à droite et deux à gauche et le premier pare-brise panoramique de l’histoire. Le moteur prenait place dans l’habitacle. Un an plus tard, le Comte Ricotti fit transformer la voiture en torpédo, ce qui lui fit perdre une bonne partie de son originalité. Puis elle disparut. Une réplique conçue dans les années 70, exposée au musée Alfa-Roméo d’Arese, reste le seul témoignage de ce véhicule futuriste.


A.L.F.A 40/60HP Aerodinamica Torpedo (1915) - Count Ricotti au volant