Alfa 40-60 HP Aerodinamica « Siluro Ricotti » (1914)

En 1914, la Carrozzeria Castagna réalisa sur le châssis d’une Alfa 40-60 HP la plus extravagante des carrosseries pour le richissime Comte Ricotti. Première monospace dont l’histoire de l’automobile se souvienne, la « Siluro Ricotti » était capable d’atteindre, grâce à sa carrosserie aérodynamique en forme de torpille, 139 km/h contre 125 km/h pour le modèle de série. (Article & Photos)

Alfa Romeo 6C 1750 (1929-1933)

L'Alfa Romeo 6C 1750, présentée à l'Exposition Automobile Internationale de Rome en 1929, est considérée par beaucoup de spécialistes automobiles comme un modèle de légende dans l'histoire du constructeur italien. Avec son moteur de 1 752 cm³ qui lui donna son nom, elle domina le monde des courses avec des puissances élevées, proposées également sur les versions destinées aux particuliers. (Article & Photos)

Alfa Romeo 6C 2500 (1939-1952)

L’Alfa Romeo 6C 2500 ne devait être qu'une lignée transitoire pour assurer la jonction historique nécessaire entre la période ‘artisanale’ et l’ère ‘industrielle’ de la marque. Mais, les circonstances en ont décidé autrement. De plus, l’intérêt que lui portaient les plus prestigieux carrossiers prolongea son existence. D’ailleurs, la 6 C 2500 sera davantage produite à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'usine de Portello.  (Article & Photos) 

Alfa Romeo 8C 2300 (1931-1934)

Au tout début des années 30, Alfa Romeo a besoin d’un nouveau modèle pour rester compétitif sur la scène sportive internationale et donner un nouveau souffle à son image de marque. La firme italienne possède en la personne de Vittorio Jano, l’un des plus grands ingénieurs d’avant guerre qui crée en partant sur les bases de la 6 C 1750, ce qui est l’un de ses chef-d’œuvre , la 8C 2300 à huit cylindres en ligne. (Article & Photos)

Alfa Romeo 33 (1983-1994)

En 1983, la nouvelle Alfa Romeo, baptisée « 33 » en référence aux célèbres prototypes, les « type 33 », qui ont gagné les championnats du monde au début des années 1970, vient se glisser dans la gamme entre l’Alfasud et la Giulietta. En fait, elle se rapproche beaucoup de la première par la conception et par la mécanique, puisqu’il s’agit d’une traction avant dotée d’un moteur quatre cylindres à plat refroidi par air. (Article & Photos)

Alfa Romeo 75 (1985-1993)

Présentée en 1985, elle porte le numéro 75 pour célébrer avec brio les 75 ans d’existence d'Alfa Romeo. Remplaçante de la Giulietta, l’Alfa 75, berline sportive et attrayante à plus d’un titre, sera la dernière propulsion de grande série produite par Alfa Romeo. Par ses performances et ses particularités mécaniques, elle est considérée par les fans de la marque comme la dernière « vraie » Alfa Romeo. (Article & Photos)

Alfa Romeo 75 SZ (1989-1991)

Dans les années 1980, Alfa Romeo est au bord de la faillite. Fiat vient finalement à son secours en 1986 et pour réaffirmer l’identité sportive de la marque, l’étude d’un véhicule-image est alors lancée. La 75 SZ a pour mission de redorer le blason d’Alfa Romeo. Avec un "S" pour "Sprint" et un "Z" pour "Zagato", le coupé sportif bénéficie d’une mécanique supervisée par  Alfa Corse, le département compétition de la marque. (Article &Photos)

Alfa Romeo 145/146 (1994-2001)

Appartenant au groupe Fiat depuis 1986, Alfa Romeo poursuit le renouvellement de sa gamme en septembre 1994 avec la 145. Dessinée par le Centro Stile d’Arese avec la participation de Walter da Silva, la 145 est une 3 portes deux volumes au style original ‘coupé-break et au nez typiquement Alfa Romeo. En janvier 1995, apparaît la 146, la version 4 portes, qui conserve la même partie avant, mais comporte un coffre de belle capacité. (Article & Photos)

Alfa Romeo 147 (2000-2010)

En lançant des modèles à vocation sportive et en cherchant à conquérir de nouveau conducteur, Alfa Romeo peaufine son image de marque passion grâce à son style latin toujours plus séduisant. Elue voiture de l’année 2001, l’Alfa Romeo 147 fait l’unanimité sur son esthétique. Un concert de louanges sans réserve salue le travail du designer Walter Da Silva, qui, pour l’avant de la 147, s’est inspiré des anciennes Giulietta Zagato. (Article & Photos)

Alfa Romeo 155 (1992-1997)

Présentée en avant-première à Barcelone en janvier 1992 puis officiellement au mois de mars à Genève, l’Alfa Romeo 155 succède à la 75 en abandonnant le schéma classique des modèles de la classe moyenne d'Alfa Romeo (moteur avant et propulsion, avec transmission et blocage de différentiel sur le train arrière) pour adopter une configuration avec traction avant et suspensions à quatre roues indépendantes. (Article & Photos)

Alfa Romeo 156 (1997-2006)

Apparue en 1997, l'Alfa Romeo 156 a permis de redorer le blason de la marque italienne, alors en grande difficulté et de tirer enfin les résultats vers le haut. Elue voiture de l'année 1998, l’Alfa Romeo 156 est aussi la première voiture au monde équipée d'un diesel à rampe commune (Common rail), dont le brevet est dû à Fiat et Magneti-Marelli. (Article & Photos)

Alfa Romeo 159 (2005-2011)

Présentée au Salon de Genève 2005, l’Alfa Romeo 159 succède à la 156. Elle affiche sa latinité à travers une ligne sublime avec un regard aiguisé et des courbes sensuelles en proposant des moteurs survitaminés. Porte-drapeau de la gamme, la ‘159’ a été conçue à l’époque où le groupe Fiat, Alfa Romeo étant l’une de ses filiales, et General Motors entretenaient des relations financières et technologiques. (Article & Photos)

Alfa Romeo 1750 (1968-1971)

Déclinaison plus bourgeoise et plus grande de la Giulia, l’Alfa Romeo 1750 Berlina, est dévoilée à la presse, en Campanie, en janvier 1968. Haut de gamme du constructeur milanais, elle reprend une place laissée vacante depuis la fin de production des 1900 et 2000 en 1962. Visant une clientèle plus exigeante, cette grande routière emprunte son nom aux célèbres sportives des années 1930. (Article & Photos)

Alfa Romeo 1900 (1950-1959)

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Alfa Romeo continue la production à petite cadence de l'ancienne 6C 2500 datant des années 1930. Son prix est astronomique, car le plus souvent carrossée à l'extérieur de l'usine chez un maître carrossier et à la demande du client. La modernité devient impérative pour la survie de l'entreprise. Aussi, Alfa Romeo met en chantier la ‘1900’ qui ouvrira  la voie à une nouvelle génération d’Alfa. (Article & Photos)

Alfa Romeo 2000 (1958-1961)

Alfa Romeo présente au salon de Turin 1957 sa nouvelle berline de classe supérieure pour succéder à l’Alfa 1900, la 2000. Dès sa présentation, elle est disponible en deux versions : Berline quatre portes 5 places, dessinée par les bureaux Alfa Romeo, et Spider dessiné et construit par le carrossier milanais Touring, qui a toujours travaillé en étroite collaboration avec Alfa Romeo. (Article & Photos)

Alfa Romeo 2600 (1962-1968)

Introduite au Salon de Genève en mars 1962, l’Alfa Romeo 2600 est appelée à remplacer la 2000 qui était sur le marché depuis 1958. Son nom, tout comme celui de sa devancière, correspond à la taille de son moteur. La 2600 est animée par un moteur de 2,6 litres. Elle se décline en trois versions : berline, coupé 2600 Sprint signé Bertone et Spider, cabriolet quatre places. (Article & Photos)

Alfa Romeo 2600 Spider Touring (1962-65)

En 1962, au sein de la nouvelle gamme Alfa Romeo 2006, est présentée la version spider qui a bien des atouts pour séduire. Avec quatre vraies places, ce cabriolet grand luxe signé Touring dispose d’un 6-cylindres double arbre tout alu, d’une boîte cinq vitesses, de quatre freins à disque et d’une vitesse de pointe de 200 km/h. (Article & Photos)

Alfa Romeo Alfa 6 (1979-1986)

L’Alfa 6 devait sortir en 1973 mais en raison de la crise pétrolière, la berline haut de gamme ne sera diffusée qu’à partir de 1979. Rapide et efficace sur la route, l’Alfa 6 inaugure le premier V6 de la marque. Pourtant, elle sera boudée à cause de son style manquant d’allure, déjà démodé et banalisé au tout début de sa carrière. (Article & Photos)

Alfa Romeo Alfasud (1972-1983)

Au milieu des années 1960, Alfa Romeo, entreprise semi-publique, aborde une nouvelle phase de développement en relation avec la politique d’industrialisation de l’Italie du sud pour réduire son taux de chômage élevé et diminuer en partie l’importante émigration des populations vers le nord. En 1968, à Pomigliano d’Arco près de Naples, est érigé un nouveau complexe industriel appelé Alfasud, nom donné à sa première voiture produite en 1972. (Article & Photos)

Alfa Romeo Alfetta / GT / GTV (1972-1987)

Présentée en juin 1972, la berline sportive Alfetta emprunte un nom qui fait référence au passé glorieux des Alfa Romeo de course d’avant-guerre, dont les succès internationaux perdurèrent même après-guerre. Comme le veut la tradition chez la firme milanaise, la berline est épaulée par un coupé Grand Tourisme dont la production débutera en 1974. (Article & Photos)

Alfa Romeo Arna (1983-1987)

Née d’un mariage curieux et plutôt incongru entre Alfa Romeo et Nissan en 1983, l’Arna est la Nissan Pulsar, vendue en France sous le nom de Cherry, dotée d’une mécanique et d’un train avant d’Alfasud. Alfa Romeo s’était tourné vers le Japon pour trouver rapidement un partenaire et pénétrer le marché des voitures de classe moyenne, secteur ouvert par la VW Golf. (Article & Photos)

Alfa Romeo B.A.T (1953-1954-1955-2008)

Lors du Salon de Turin 1953, le designer Franco Scaglione présente pour la Carrozzeria Bertone l’une des plus extravagantes voitures d’exposition dans le domaine de l’aérodynamique. Les initiales « B.A.T. » renseignent sur l’étude menée sur le modèle : ”Berlinetta Aerodinamica Tecnica”. Portant le numéro 5, il est le premier d’une série de trois. (Article & Photos)

Alfa Romeo Carabo (1968)

Taillé à la serpe, le concept Carabo d’Alfa Romeo, présenté au Salon de Paris 1968, marque une rupture stylistique définitive avec les lignes rondes en vogue. Conçue par Marcello Gandini, responsable du design chez Bertone, la Carabo incarne alors pour beaucoup la voiture du futur. Cet exaltant exercice de style prend le nom de Scarabée, Carabo en italien,  d’où cette étrange livrée vert métal et ces reflets dorés émanant du vitrage. (Article & Photos)

Alfa Romeo « Disco Volante » Tipo C52 (1952-1953)

 

Malgré sa dominance en Grand prix et en F1, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la firme Alfa Romeo annonce son retrait de la compétition automobile à la fin de la saison 1951. Les efforts des d’ingénieurs et des techniciens sont maintenant concentrés sur la catégorie sport. En 1952, apparaît la première tentative de cette nouvelle aventure, la Tipo C52 « Disco Volante » (soucoupe volante) ainsi appelée en raison de sa forme aérodynamique lenticulaire avec d'importants porte-à-faux.

Premier modèle expérimental, la C52 est mise au point en collaboration avec le carrossier italien Touring, responsable de son design comme de celui de la toute première nouveauté d'Alfa après 1945, la 1900. Celle-ci transmet sa suspension avant indépendante et son pont oscillant à la Disco Volante, tandis que le reste du modèle est totalement nouveau. Le moteur 1900 voit sa cylindrée légèrement augmentée à 1997 cm3 et son bloc fonte remplacé par un bloc en alliage léger. Alimenté par deux carburateurs il développe une puissance maxi de 185 ch à 6500 t/mn et permet à la voiture d’atteindre les 225 km/h.

Après des essais de mise au point sur le circuit de Monza, la voiture est engagée pour participer au Mans avec trois pilotes prestigieux Juan Manuel Fangio, Froilan Gonzales et Franco Cortese mais pour des raisons inconnues l’équipe d’Alfa Romeo ne prendra pas le départ du Mans. Deux voitures supplémentaires sont construites en 1953 : un autre spider et un « coupé » mais aucune de ces trois voitures ne participera à des compétitions. Le châssis tubulaire qui réapparaît à nouveau sur le concept Alfa Roméo "Sportica" en 1954, ne sera utilisé finalement qu’en 1960 pour les Alfa Roméo TZ. Le spider original queue longue et le coupé font partie de la collection du Musée Alfa Romeo d'Arese.

Alfa Romeo Giulia 1300 (1964-1977)

Lancée en 1962, l’Alfa Romeo Giulia 1600 déroute par son esthétique très typée, qui ne fait pas l’unanimité, mais qui lui donne l’avantage de ne ressembler à aucune de ses contemporaines. Malgré ses lignes taillées au carré, cette Giulia devient vite la familiale sportive de référence. Mais, elle est chère. Aussi dès mai 1964, Alfa Romeo présente une version plus abordable : la 1300. (Article & Photos)

Alfa Romeo Giulia 1600 Sprint & Spider (1962-1965)

En 1962, malgré la sortie de la nouvelle berline Giulia, Alfa Romeo ne parvient pas à se détacher entièrement de ses Giulietta Sprint et Spider destinées à la retraite et décide de prolonger leur existence avec le nom Giulia. Le constructeur milanais réalise alors un compromis idéal entre la mécanique plus évoluée et plus puissante de la Giulia et les lignes intemporelles des Giulietta. (Article & Photos)

Alfa Romeo Giulia GTA (1965-1969)

Dévoilé en septembre 1963, le coupé Giulia Sprint GTA est dérivé de la berline dont il reprend la plateforme et la mécanique 1600 cm3 double arbre, avec une carrosserie élégante et sobre signée Bertone. La marque étant bien sûr impliquée en compétition, une version spéciale est élaborée par Autodelta et présentée début 1965: c'est la fameuse GTA (A pour alleggerita). (Article, Photos & Vidéo)

Alfa Romeo Giulia Sprint GT (1963-1976)

Alfa Romeo franchit un nouveau pas en 1962 en présentant la Giulia Berline. Quelques mois plus tard, ce modèle tonique donne naissance à un coupé dessiné par Giorgetto Giugiaro pour Bertone. Dévoilé en septembre 1963, il est baptisé Giulia Sprint GT. D’évolutions techniques en retouches d’esthétiques, le coupé survivra aux modes pendant près de quinze ans. (Article & Photos)

Alfa Romeo Giulietta (1955-1964)

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Alfa Romeo sait que pour subsister, il doit viser la grande diffusion avec une voiture certes populaire mais qui continue de maintenir un niveau de performances à la hauteur de l’image de la marque. C’est la Giulietta de 1955 qui permettra au constructeur d’automobile pour l’élite de franchir le cap de l’industrialisation pour devenir un producteur de masse. (Article & Photos)

Alfa Romeo Giulietta (1977-1985)

Présentée en novembre 1977, l’Alfa Romeo Giulietta reprend le nom du modèle avec lequel la firme milanaise était passée à l’échelle industrielle en 1954. Berline de gamme moyenne à trois volumes destinée à une large clientèle, la Giulietta récupère l’ensemble des fondamentaux de l’Alfetta. Son très singulier profil cunéiforme est typiquement dans le style Alfa Romeo de l’époque. (Article & Photos)

Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale / SZ Coda Tronca (1959-1962)

En 1954, Alfa Romeo présente la Giulietta. Le succès de ce coupé sportif 2 + 2 nommé Sprint incite le constructeur italien à développer une gamme avec une berline, un spider et un coupé Veloce plus puissant. En 1957, Bertone dessine une autre version de la Giulietta Sprint particulièrement aérodynamique, la Giulietta Sprint Speciale souvent appelée Giulietta SS tandis que Zagato propose en 1959 la SZ et l’année suivante la SZ Coda Tronca.  (Article & Photos)

Alfa Romeo Giulietta Sprint Veloce Coupé (1956-1965)

En 1954, Alfa Romeo introduit la Giulietta Sprint Série 750 carrossée par Bertone dont la formule est « petite voiture, grande performance ». Ce coupé est rejoint en 1956 par une version plus puissante et performante : la Veloce ! Engagée en course, elle obtient des victoires de catégories dans la Coppa Dolomiti, à la Mille Miglia et un triomphe absolu à la Coupe des Alpes. (Article & Photos)

Alfa Romeo GTV 916 (1995-2006)

Le coupé Alfa Romeo GTV 2+2 Type 916 est présenté au côté de la version Spider, stricte deux places, au Salon de Paris 1994. La commercialisation débute au printemps suivant. Les deux modèles partagent le même dessin signé Enrico Fumia, alors responsable du design chez Pininfarina, en coopération avec le centre de style d’Alfa Romeo. (Article & Galerie Photos)

Alfa Romeo Montreal (1971-1977)

En 1967, Orazio Satta,  du bureau d’études d’Alfa Romeo, répond à la demande des promoteurs de l’Exposition Universelle de Montréal, qui était de créer et d'exposer la voiture idéale représentant ‘l’aspiration suprême de l’individu en matière d'automobile’. Le prototype suscite tellement l’engouement du public qu’une production en série est alors envisagée. Cependant quatre années seront nécessaires avant sa commercialisation. (Article & Photos)

Alfa Romeo Spider Duetto (1966-1993)

Au Salon de Genève 1966, est présentée l'Alfa Romeo Spider Duetto. Les lignes de ce cabriolet 2 places, dues à Pininfarina et ultime création du père-fondateur Battista Pinin Farina, se caractérisent par des flancs creusés et un arrière recourbé, surnommé populairement « os de seiche », en raison de sa forme évoquant la coquille interne de ce mollusque que l’on trouve souvent sur les plages. (Article & Photos)

Alfa Romeo Visconti (2004)

A Genève en 2004, Giorgetto Giugiaro et son fils Fabrizio présentent pour Alfa Romeo un concept car du nom de Visconti, pour nous rappeler l’origine du « Biscione » (la partie droite du logo Alfa) l’emblème ducal des Visconti représentant un serpent surmonté d’une couronne. Giorgetto Giugiaro n’a pas caché de s’être inspiré de la Bugatti EB 112, elle-même sortie de ses fusains en 1993. (Article & Photos)