Autocars Sabra / Reliant Sabre (1961-1968)

Reliant Sabre Six Cabriolet et Coupé
Ashley 1172

Publié par stubs-auto le 28 septembre 2012.

 

Dans les années 50, la firme israélienne Autocars produit pour son marché des modèles économiques utilisant des mécaniques Ford et Triumph. Mais en 1960, son dirigeant, Yitzhak Shubinsky visite le Racing Car Show de Londres et se laisse séduire par un petit roadster de fabrication artisanale, l’Ashley 1172. Rapidement, l’idée d’une voiture de sport germe dans son esprit et se concrétise avec l’implication de la firme britannique, Reliant, célèbre pour ses voitures trois roues.

Le prototype de 1961

Après avoir acheté les droits de reproduction de la carrosserie de l’Ashley, Yitzhak Shubinsky contacte Leslie Bellamy, un ingénieur indépendant, qui réalise un châssis puis charge le constructeur Reliant, avec lequel il collabore depuis le début de la marque d’Haïfa, de concevoir la voiture finale, destinée à la clientèle américaine qui raffole des petits roadsters made in England. En à peine neuf mois, un prototype de pré-série est présenté au New York Motorshow en mai 1961. Il est équipé d'un moteur Ford Consul de 1703 cm3 sensiblement amélioré. Sa puissance de 59 ch pour un poids de 800 kg, en utilisant une caisse en plastique, lui autorise une vitesse de pointe de 170 km/h, un niveau de performances égal à celui de la MGA.

 

 

Pour Israël, la voiture prend le nom de Sabra, une espèce de cactus d’origine mexicaine que l’on rencontre dans cette région de la Méditerranée (photo ci-dessus). Après accord, Reliant commercialise le roadster sous son nom en changeant Sabra en Sabre, devenant pour le constructeur de Tamworth sa première voiture à quatre roues depuis sa création en 1935.

Yitzhak Shubinsky trouve facilement un distributeur américain avec lequel il crée la Sabra Motors Inc., en Californie. Cependant, l’usine d'Haïfa n'étant pas encore équipée pour produire le modèle à temps, Reliant est chargé de livrer les cent premiers exemplaires directement aux USA, vendus sous la marque de la filiale américaine d’Autocars à partir du premier trimestre de 1962. Malheureusement, malgré sa bouille sympathique, la Sabra n’enflamme pas l’Amérique. La faute est sans doute à son moteur 4-cylindres Ford qui ne pouvait satisfaire une clientèle élevée aux 6-cylindres britanniques des Austin Healey, Triumph GT6 ou au V8 de la Sunbeam Tiger.

New York Auto Show 1961
L'usine de Tirat Ha-Carmel près d'Haïfa en 1967,

Contrairement à la Sabra produite pour les Etats-Unis, la Sabre anglaise se montre plus maligne avec certes l’option moteur Ford mais en proposant une alternative beaucoup plus séduisante et performante, le 6-cylindres Triumph, un 2 553 cm3 de 110 ch, 180 km/h. Il équipe dès octobre 1961, la Sabre Six qui se distingue avec un nez court proche de la MG B, et des arches de roues arrière arrondis.  La Sabre Six ne sera ni fabriquée ni vendue en Israël. En Angleterre, elle fut assemblée en 77 exemplaires dont 2 cabriolets jusqu’en 1964.



L'un des deux cabriolets Sabre Six fabriqués.

A la suite de ses mauvais résultats, Reliant jette l’éponge en 1964. La production totale des Reliant Sabre Four et Six s'élève à 379 exemplaires entre 1961 et 1964. Les trois principaux pays à accueillir la Sabre furent les Etats Unis (114 voitures), la Belgique (81 voitures) et la Grande Bretagne (52 voitures). La Sabre fut aussi vendue au Canada, en Suisse, en Israël, en Italie et en France.



 

La production continue cependant en Israël sur un nouveau site d’Autocars à Tirat Ha-Carmel, à 5 kilomètres de Haïfa jusqu’en 1968. Sur les 171 Sabra assemblées en Israël, seules 41 d'entre elles furent exportées vers les Etats Unis. 21 voitures furent vendues localement, tandis que l'importateur Belge écoula 68 Sabra dans le Benelux. Quelques exemplaires furent commercialisés en Suisse (22 voitures) et en France (10 voitures) par la société Auto Sud Est installée Boulevard Diderot dans le 12ème arrondissement parisien. En 1971, Autocars fait faillite puis pointe à nouveau le bout du nez en 1974 sous l’égide de Rom Carmel Industries, avant d'être à nouveau revendue à Urban Industries qui prononcera l’arrêt définitif en 1980. Une rare Sabra de 1967 a trouvé acquéreur en 2012 pour la somme de 19 900 € chez Nael Auto Classic.

Le coupé Sabra GT