Asa 1000 GT (1964-1966)

Photo : Autodrome.fr

Publié par Philippe Baron le 26 octobre 2015.

 

À partir de 1958, l’idée de concevoir une Grand Tourisme de petites dimensions germe dans l’esprit d’Enzo Ferrari. Un prototype est conçu par Giotto Bizzarrini, la Ferrari 854 ou « Ferrarina ». Dans le plus grand secret, Enzo Ferrari commissionne Nuccio Bertone pour l’étude d’un coupé deux places aux lignes sportives destiné à recevoir une motorisation de moins de 1 000 cm3. Dans le cahier des charges, il est stipulé que le nom Ferrari ne doit jamais être associé à ce projet.

Giotto Bizzarrini (le père de la Ferrari 250 GTO) développe le châssis, tandis que Carlo Chiti dessine le moteur, un petit 850 cm3 — il sera porté à un litre, puis à 1 100 cm3 en 1965. Il s’agit d’un quatre cylindres supercarré (69 x 69 millimètres) en aluminium à arbre à cames en tête. En version 1 032 cm3, alimenté par deux carburateurs Weber, il offre 97 ch à 7 000 tr/mn. La « Ferrarina » atteint 180 km/h. La boîte de vitesses possède quatre rapports avec overdrive et la suspension arrière fait appel à un pont rigide. Le freinage est confié à quatre disques.

 

Photo : Gazoline

 

Alors chez Bertone, le jeune Giorgietto Giugiaro signe le design d’un coupé de moins de quatre mètres de longueur. La voiture est dévoilée au salon de Turin de 1961 sur le stand Bertone. Mais elle est dépourvue de tout nom de marque, présentant juste l’appellation « Mille ». Car à l’approche du salon, le Commendatore s’est ravisé et s’est retiré du projet. Probablement par crainte que la production d’un modèle populaire nuise à l’image de ses prestigieuses GT.

 

Enzo Ferrari décide alors en 1962 de vendre ce projet à l'industriel Oronzo de Nora qui confie le développement à son propre fils Niccolo. Ce dernier devient le président de la nouvelle société ASA (Autocostruzioni Societa per Azioni) Le contrat stipule que le nom Ferrari ne doit figurer nulle part et que Bertone en assurera la construction. La voiture, qui prend le nom d'ASA 1000-GT, est présentée en 1962 au Salon de Turin.

Pour élargir son offre, ASA et Bertone propose la version spider au Salon de Genève en mars 1963. La carrosserie est cette fois réalisée en fibre de verre par la société Linea Moderne Esecutive de Turin, spécialiste du moulage de la fibre de verre et qui se chargera également de réaliser les carrosseries de production.

 

 

L’ASA 1000 se vend mal : son prix est excessif et un manque de mises au point sur les premiers exemplaires suffit à refroidir les clients intéressés ainsi qu’un délai de livraison pouvant atteindre deux années. Bertone finit par abandonner l’affaire après quelques exemplaires fabriqués et c’est la carrosserie Ellena qui prend alors le relais. Finalement, après quelques nouveaux prototypes, la faillite est inéluctable et la production cesse définitivement en 1967. Bien que le chiffre officiel de production n’ait jamais été publié, des recherches permettent d’estimer environ 130 coupé ASA 1000 et entre 20 et 25 spiders.