AC Ace / Aceca / Greyhound (1951-1962)

AC Ace Bristol 1956
AutoCarrier, la première AC 20HP produite.

Publié par stubs auto le 7 juillet 2012.

 

La firme britannique AC, connue dans les années 60 pour sa légendaire Cobra, est entrée dans le monde de l’automobile en construisant des petits utilitaires de 1905 à 1914. Au départ, installée à Ferry Works près de Londres, la firme créée par les frères Weller portait le nom d’Autocars & Accessories, avant d'être rebaptisée trois ans plus tard Autocarriers, nom de leur petit engin qui connaît un succès, qui grandissant, oblige la firme à construire une usine à Thames Ditton près de Londres.

La production de leur première véritable voiture de 1913, une petite biplace de type sportif, est interrompue par la première guerre mondiale et ne reprendra qu’en 1919 avec un nouveau moteur conçu par John Weller, un 6-cylindres en ligne de 1500 cm3. En 1922, l’entreprise devenue AC Cars se retrouve fort endettée, les fondateurs sont obligés de céder la société à l’ambitieux investisseur et pilote Selwyn Edge dont l’intention est d’élever la firme au rang de constructeur reconnu de voitures de sport. Mais avec la crise de 1929, la firme est mise en liquidation, puis rachetée par les frères Charles et Derek Hurlock qui renomment leur acquisition en AC Acedes Cars Ltd. La nouvelle entreprise va se cantonner au service après-vente des AC encore en circulation et à la production d'utilitaires économiques jusqu’à la fin des années 30. Perturbée par la seconde guerre mondiale, AC cessera toute production avant de reprendre difficilement en 1947.

 

Au début des années 50, les frères Hurlock sont à l’affût d’une petite sportive qui pourrait relancer la marque sur le terrain sportif. Ils vont s’intéresser au roadster fabriqué par un artisan local, John Tojeiro, un ingénieur britannique d'origine portugaise, ex-mécanicien de la Royal Navy. Son roadster s’était illustré en remportant sa première victoire à Goodwood, piloté par Cliff Davis. Après avoir racheté habilement les droits de fabrication à son concepteur, le prototype de l'AC Ace est exposé au salon de Londres en octobre 1953. Par rapport à la voiture de John Tojeiro, la silhouette est quelque peu remaniée, avec une calandre plus proéminente et des phares repositionnés. A la place du 6-cylindres Bristol de compétition, le moteur "6 Ditton" conçu par John Weller avant la guerre est installé. 

1956 AC Ace Bristol

 

Au salon de Londres 1954, AC présente un attirant petit coupé conçu sur la plateforme du roadster Ace, le coupé Aceca, qui reprend le nom d’une ancienne AC des années trente. Dessiné par Alan Turner, il adopte une structure similaire à celle de la Superleggera de l'italien Touring, reconnue pour son excellent rapport rigidité / poids. L'Aceca était 50 % plus coûteuse qu'une Jaguar XK 140, mais légèrement en deçà du tarif d'une Aston Martin DB 2/4. La firme de Thames Ditton ne transigeait pas sur la qualité de fabrication de ses voitures, et cela avait un coût. 

AC Aceca Bristol 1958

La mécanique AC dont la conception date des années 20 montre rapidement ses limites en termes de puissance - 102 ch à son apogée en 1958 -, si bien que la petite firme britannique finit par s'approvisionner en moteurs chez Bristol à partir de mars 1956. Le châssis AC fort bien conçu encaisse sans aucun problème le surplus de puissance. Le moteur Bristol équipera ainsi de 1956 à 1961 les roadsters Ace et les coupés Aceca, qui adopteront pour l'occasion les dénominations Ace Bristol et Aceca Bristol. Ce moteur type 85 est issu d'une des plus vieilles gloires du sport automobile : le moteur M328 qui animait la BMW 328, voiture de sport légendaire de l'année 1937. Cette mécanique est proposée par AC en parallèle au moteur " maison ". 

AC Ace 1956

Le moteur Bristol bénéficie à l'époque d'une excellente réputation. Il est usiné avec un soin extrême selon des normes identiques à celles de l'aéronautique, en utilisant les meilleurs matériaux du marché. Plus puissant que le moteur AC, il se révèle aussi plus adapté à la compétition automobile. Sa puissance évoluera dans le temps, jusqu'à atteindre 137 ch. Très rapidement, il s'impose dans la gamme, au détriment de l'ancienne mécanique AC.

 

Alors que les ventes atteignent leur plus haut niveau, Bristol est contraint de suspendre la fourniture de mécanique à AC à partir de 1961. En effet, c'est à cette époque que Bristol passe au tout V8. AC tente alors sans grand succès de remplacer la mécanique Bristol par un moteur Ford Zephyr, d'origine plus roturière, qui hélas ne donnera jamais satisfaction tant et si bien que les ventes de l'ACE tombent à leur plus bas niveau.

AC Aceca Bristol 1960

 

Il fut produit 220 cabriolets Ace à mécanique AC et 466 cabriolets Ace Bristol, ainsi que 150 coupés Aceca à mécanique AC et 169 coupés Aceca Bristol, 38 exemplaires d’Ace Ford Zephyr et 8 exemplaires d’Aceca Ford Zephyr. A noter également les 82 exemplaires de l’AC Geyhound, présentée en 1959, qui était un petit coupé 2 + 2 dérivé des AC Ace et Aceca, partageant l’ensemble de leurs éléments mécaniques. La motorisation pouvait être opter au choix entre le moteur AC, le moteur Bristol et le moteur Ford Zephyr.

AC Greyhound (1959-1962)

A partir de 1963, AC se concentre sur le programme de l'AC Cobra qui allait à jamais donner à la vénérable compagnie ses lettres de noblesse.

Une Aceca au cinéma dans ‘Pleins Feux sur Stanislas’ de 1965 avec Jean Marais

AC Ace

AC Ace Bristol 1958
Moteur Bristol 1958
AC Ace Bristol 1959
AC Ace Bristol 1958
AC Ace Bristol
AC Ace Bristol 1958

AC Greyhound