BMW E1 (Z11 & Z15) (1991–1993)

En 1991, au Salon de Francfort, BMW présente le concept E1, une nouvelle étude de voiture électrique. Suite aux retours positifs de la nouvelle batterie NaS, les ingénieurs se sont concentrés sur des performances adaptées au quotidien, une autonomie acceptable, assez de place pour quatre personnees et des bagages ainsi que la conformité à des normes de sécurités élevées et un poids aussi réduit que possible (Article & Photos)

Allard L-Type (1946-1950)

En 1936, le pilote britannique Sydney Allard fonde sa propre firme pour construire artisanalement des voitures de sport qu’il dessine et pilote lui-même. Après la Seconde Guerre mondiale, il poursuit son aventure avec des modèles qui ne sont pas exclusivement réservés à la compétition et qui associent la puissance des américaines à la carrosserie des européennes. (Article & Photos)

Renault 8 (1962-1973)

En 1962, Renault présente la moderne R8, au look audacieux et cubique, qui en dépit de son aspect compact, offre une étonnante habitabilité. Techniquement, elle est la première voiture de très grande série à disposer de freins à disque sur les quatre roues. Mais le meilleur de la R8 apparaît en octobre 64 avec une version rageuse et musclée, la Gordini, qui rendra accessible à toute une génération le plaisir de la conduite sportive.(Article & Photos)

Les Croisières d’André Citroën

Chassé de Russie lors de la révolution bolchévique, l’ingénieur français Adolphe Kégresse, directeur du corps impérial des transports motorisés du tsar Nicolas II, retourne au pays et soumet à André Citroën, un brevet d’autochenille. Le jeune constructeur comprit vite l’importance stratégique de ce système et eut une idée de génie pour la prouver.(Article & Photos)

1995 BMW Z18 Concept

Mormon Meteor III (1938)

Depuis 1925, sur l’immense lac salé de Bonneville dans l’Utah, sont organisées des courses de vitesse pour établir des records. Ab Jenkins préfère s’attaquer aux records d’endurance. Il faut dire qu’Ab Jenkins possède une résistance peu commune au volant d'un véhicule. Il peut conduire plus de 24 heures sans même sortir de son bolide pendant que ses concurrents se relayent à plusieurs pour effectuer les mêmes tentatives. (Article & Photos)

BMW M1 (1978-1981)

Un formidable trio de géniteurs réalisa la BMW M1, présentée au Salon de Paris en 1978. Pour la première fois, Ital Design de Giugiaro assurait le montage de la carrosserie qu’il venait de créer sur un châssis en provenance de Lamborghini, grand spécialiste des voitures à moteur central. Quant à BMW, son savoir-faire en matière de moteurs n’était plus à démontrer. (Article & Photos)

Saab 9000 (1985-1998)

En 1979, Saab et Fiat signent un accord limité uniquement au développement d’un modèle haut de gamme. Ce projet donne naissance en Italie à la Fiat Croma et en suède à la Saab 9000, qui, toutes deux, bénéficient de la même plate-forme. Mais au final, la scandinave se révèle une toute autre voiture avec les qualités propres à la marque nordique au niveau de la fabrication, de la sécurité passive pointue, et de la puissance du turbo. (Article & Photos)

Renault 19 / 19 Chamade (1988-1997)

La 19 a permis à Renault de s’imposer comme premier importateur européen en Allemagne où elle sera la voiture étrangère la plus vendue en 1989 et 1990. Avec la Renault 19, la qualité n’est plus seulement un concept abstrait, une philosophie d’entreprise, mais une réalité. Reconnue pour sa robustesse, sa fiabilité, son sérieux et son grand classicisme, la Renault 19 réussit à préserver une image très positive tout au long de sa carrière. (Article & Photos)

1938 Graham Model 97 Supercharged Cabriolet by Saoutchik (#141747)

Alfa Romeo Arna (1983-1987)

Née d’un mariage curieux et plutôt incongru entre Alfa Romeo et Nissan en 1983, l’Arna est la Nissan Pulsar, vendue en France sous le nom de Cherry, dotée d’une mécanique et d’un train avant d’Alfasud. Alfa Romeo s’était tourné vers le Japon pour trouver rapidement un partenaire et pénétrer le marché des voitures de classe moyenne, secteur ouvert par la VW Golf. (Article & Photos)

Lamborghini Countach (1974-1990)

En 1963, Ferrucio Lamborghini se lance dans la construction automobile et adopte le taureau, son signe astral, comme emblème. Il donne à toutes ses voitures des patronymes de ces bêtes de combat, sauf une, qui emprunte un mot d'argot piémontais, Countach, une expression généralement lâchée à la vue d'une sexy fille dans la rue. Telle fût l'exclamation de Bertone en voyant le prototype de la seconde Lamborghini à moteur central en 1971. (Article & Photos)

Hispano-Suiza H6 (1919-1933)

En 1909, une succursale de production voit le jour en France pour y construire les modèles de la société espagnole Hispano-Suiza. Dès 1911, cette usine crée des voitures spécifiques pour le marché français. Incontestablement, la plus célèbre d’entre-elles est la H6B qui, dès 1919, symbolise le luxe, le confort, la souplesse et la sportivité pour gens fortunés. (Article & Photos)

Peugeot 605 (1989-1999)

Lancée en septembre 1989, la Peugeot 605 marquait le retour de la marque au Lion dans le créneau des berlines haut de gamme. Pourtant, avec ses problèmes techniques, la ‘605’ faillit mettre à mal l’image même de sérieux et de fiabilité de la firme sochalienne. Mais finalement, après une opération de corrections, elle réussira à redorer son blason. (Article & Photos)

Jaguar Type E Série I (1961-1967)

En 1961, la Jaguar E fait sensation. Époustouflante, rapide, au look sensuel, la Type E devient un des symboles des swinging sixties, comme les Beatles ou la mini-jupe. Couronnant l’influence de la culture britannique sur l’Europe, elle permet d’accéder à un authentique plaisir automobile pour un prix relativement peu élevé en se mettant à la portée d’un grand nombre. (Article & Photos)

Bugatti Type 57 (1933-1939)

A l’exception de l’Atalante et de l’Atlantic, les Bugatti Type 57, couramment appelées 3.3 litres à l’époque et destinées au Grand Tourisme sportif, portaient des carrosseries officielles aux noms de grands cols européens : la Galibier pour la 4 portes sans montants, la Ventoux pour le coach deux portes, l’Aravis pour le cabriolet 2 places et la Stelvio pour le cabriolet 2 + 2. (Article & Photos)

Buick Streamliner by Norman E. Timbs (1948)

En 1948, avec des courbes qui inspirent poésie et sensualité, la Buick Streamliner est imaginée et conçue par Norman E.Timbs. En 2002, la voiture est retrouvée dans un hangar en plein désert puis entièrement restaurée par David Crouze. En 2012, elle reçoit au Concours d’élégance d’Amélia Island le RM Auctions Trophy For the Best Open Car.(Article & Photos

Delahaye 135 (1935-1951)

Après l’essai d’une Delahaye 135 en 1938, le magazine spécialisé anglais “The Motor” écrivait : “Peu de voitures offrent une telle tenue de route, une telle maniabilité et de telles performances.” Un tel jugement à l’égard d’une voiture française venant d’un journal britannique situe parfaitement le niveau des Delahaye à la fin des années 1930. (Article & Photos)

Panhard 24 (1964-1967)

Présenté à la presse le « 24 » juin 1963, puis au public au Salon de Paris en octobre, le séduisant coupé « 24 » CT est l’ultime Panhard à porter ce nom. Le chiffre « 24 » fait référence aux « 24 » Heures du Mans pour rendre hommage au vaillant moteur Tigre conçu dans les années 40 et qui fut l’un des plus titrés en compétition et bien sûr aux 24 Heures du Mans, pour y avoir remporté plusieurs fois l’Indice de performance. (Article & Photos)

Renault Floride – Caravelle (1959-1968)

En coupé, cabriolet ou convertible avec hardtop, la Floride marque le retour de l’automobile plaisir chez Renault, cantonné dans la voiture populaire depuis 1945. Elégante et raffinée, mais aussi accessible, la Floride séduit lors de sa présentation au Salon de l’Automobile de Paris 1958. Sa marraine n’est autre que l’icône cinématographique de l’époque, Brigitte Bardot. (Article & Photos)