Opel Senator (1977-1993)

Grande routière d’Opel, la Senator fait sa première apparition au Salon de Francfort de septembre 1977 en même temps que son dérivé coupé au pavillon fastback nommé Monza. La Senator sera commercialisée sous deux générations uniquement en Europe jusqu’en 1993. Au Royaume Uni, elle est vendue sous le nom de Vauxhall Royale jusqu'à 1983, puis définitivement Vauxhall Senator. (Article & Photos)

Austin Allegro (1973-1982)

Honnête petite berline anglaise d’une plastique plutôt sympathique et moderne pour son époque, l’Austin Allegro présente lors de sa sortie en 1973 des rondeurs et des formes adoucies, signées Harris Man. Etonnant aussi, ce volant « Quartic »  à l’allure très particulière, à mi-chemin entre le carré et le cercle, qui renforce l’originalité de ce modèle conçu pour prendre la succession des Austin-Morris 1100 et 1300. (Article & Photos)

Mercedes-Benz Classe S W140 (1991-1998)

Dès le printemps 1991, les grands de ce monde disposent d’un bureau-salon-automobile de très grand standing avec la nouvelle Classe S. Les proportions harmonieuses de sa carrosserie font oublier ses dimensions. Le vaisseau amiral de la flotte Mercedes atteint des sommets en termes d’équipement et ne manque pas de puissance malgré son poids aux alentours des deux tonnes. (Article & Photos)

MG Magnette (1953-1959)

La MG Magnette, présentée au Salon de Londres 1953, reprend le nom de la Magnette K3, la plus fameuse des MG de compétition d'avant la Seconde Guerre mondiale. Gerald Palmer est l’auteur de ses lignes. Bien que la clientèle MG soit plus portée vers les roadsters, la Magnette trouve facilement son public auprès des nouveaux pères de famille qui veulent garder les performances et le style de la marque. (Article & Photos)

Photo de la semaine : Volkswagen Typ 4 (1968-1974)

Fiat Tipo (1988-1995)

Elue ‘Voiture de l’Année 1989’ pour ses solutions techniques d’avant-garde, la Fiat Tipo, dessinée par l'institut I.DE.A, se substitue en janvier 1988 à la Ritmo en marquant une importante évolution de la technologie Fiat  par l’adoption de la ligne d’assemblage à « ilots » qui permet le montage de la voiture par phase successives au cours desquelles les tâches sont accomplies par des robots programmés qui effectuent les opérations répétitives. (Article & Photos)

Jaguar XK (1996-2014)

Incarnation du renouveau de Jaguar sous l’ère Ford, la XK8 doit ses lignes empreintes d’une grande élégance à l’équipe de Geoff Lawson. Evoquant la Type E des années 1960, bien équipée et dotée d’un V8 performant, la XK8, découverte au Salon de Genève en mars 1996, est commercialisée en coupé 2+2 à l’automne devançant la présentation du cabriolet au début de l’année 1997. (Article & Photos)

Peugeot 204 (1965-1976)

Lors de la présentation de la 204 en avril 1965 à Paris, Peugeot rompt avec sa tradition commerciale de ne proposer qu’un seul modèle en même temps au catalogue. Aux côtés de la 404 pour une clientèle habituée aux gros volumes,  la 204, surnommée, la plus parisienne des grandes routières, compte se mesurer aux compactes de taille moyenne en forte demande sur le marché.  (Article & Photos) 

Alfa Romeo 155 (1992-1997)

Présentée en avant-première à Barcelone en janvier 1992 puis officiellement au mois de mars à Genève, l’Alfa Romeo 155 succède à la 75 en abandonnant le schéma classique des modèles de la classe moyenne d'Alfa Romeo (moteur avant et propulsion, avec transmission et blocage de différentiel sur le train arrière) pour adopter une configuration avec traction avant et suspensions à quatre roues indépendantes. (Article & Photos)

Matra Rancho (1977-1983)

Appliquant la « recette du pain perdu » à l’automobile, Philippe Guédon réalise pour Matra un concept baroudeur inédit dans les années 1970. L’étude et la fabrication de la Rancho battent tous les records d’économie. Basée sur la version utilitaire de la Simca 1100, ce véhicule polyvalent préfigure les futurs crossovers adaptés pour circuler en milieu urbain et se libérer hors des sentiers battus. (Article & Photos)

Mercedes-Benz Classe C (1993-2000)

Lancée en France le 16 juin 1993, la Mercedes-Benz Classe C fait mieux que succéder à la 190 en étendant la gamme vers le bas comme vers le haut. Son prix raisonnable et compétitif, son image jeune et rassurante ainsi que la variété de ses présentations la rendent très populaire, de quoi devenir rapidement la Mercedes-Benz la plus vendue dans le monde entier. (Article & Photos)

Lancia Delta (1979-2000)

Dessinée par Giorgetto Giugiaro, la Lancia Delta fait sensation lors de sa présentation officielle au Salon de Francfort 1979. Elle plaît au public et à la critique au point de remporter en 1980 le titre prestigieux de ‘Voiture de l’année’ décerné par 52 journalistes spécialisés européens. La Delta permet la relance de Lancia en termes de vente et d’image au début des années 1980 mais aussi de signer des résultats époustouflants en compétition. (Article & Photos)

Lamborghini Silhouette (1976-1979)

Présentée au Salon de Genève 1976, la Silhouette est l’œuvre du carrossier italien Bertone. Destinée en priorité au marché américain, elle est équipée d'un pot catalytique et de pare-chocs renforcés. Elle est la première Lamborghini à être dotée d'un toit Targa qui se range derrière les sièges. Son nom, « Silhouette », fait référence au Groupe 5 de la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile). (Article & Photos)

Opel Speedster (2000-2005)

Présenté au Salon de Genève 1999, le Speedster d’Opel est un exercice de style basé sur un châssis de Lotus Elise. Fabriqué à Hethel chez Lotus, ce roadster véritablement sportif est en effet réalisé en étroite collaboration avec l’artisan anglais, ex-propriété de General Motors dont Opel est la filiale européenne. Côté britannique, ce partenariat se révèle important pour mettre au point l’Elise à l’aube du nouveau millénaire. (Article & Photos)

Brasier (1905-1931)

En 1909, Charles-Henri Brasier conçoit une 11 HP, qui s'illustre en compétition avec une victoire dans sa catégorie dans la course de côte du Mont Ventoux. En pleine gloire, la marque se diversifie avec moteurs pour bateaux, avions ou encore dirigeables. Sur l'eau, Brasier remporte un record du monde de vitesse en 1910 lors de la Coupe du Prince de Monaco et en 1911 le record du monde de distance et de durée en vol avec un dirigeable. (Article & Photos)

BMW / EMV 327 (1938-1955)

BMW lance en 1936 le roadster 328. Suivent alors des déclinaisons plus touristiques : les coupés et cabriolets 327. Dotés d'une finition plus confortable, ils reçoivent le même moteur dans une configuration un peu moins puissante. Puis, à partir d’avril 1938, le moteur à triple carburateur de type 328 est proposé en option pour les 327/28. (Article & Photos)

Lamborghini Islero (1968-1969)

Présentée lors du Salon international de Genève en mars 1968, la Lamborghini Islero, également appelée Islero 400 GT, remplace la Lamborghini 400 GT 2+2. Le nom d'« Islero » fait référence au taureau qui a tué dans l'arène le fameux matador Manolete en 1947. À la suite de la fermeture de la Carrozzeria Touring, la classique Islero est dessinée par la société de carrosserie Marazzi. (Article & Photos)

Citroën Méhari (1968-1987)

La présentation officielle de la Citroën Méhari a lieu en grande pompe le 16 mai 1968 au golf de Deauville mais les événements qui occupent la France en ce mois de mai 68 perturbent le calendrier prévu. Les voitures de présérie sont acheminées vers Deauville à la dernière minute avec leur peinture à peine sèche pour le grand show médiatique.  (Article & Photos)

Austin Healey 100 (1953-1959)

Après sa présentation au salon de Londres de 1952, la production de l’Austin Healey 100 démarre en mai 1953 dans la célèbre usine Austin de Longbridge. Dessinée par Gerry Coker, la « Big Healey » apparaît comme une des plus belles réussites du design britannique. L’année 1956 marque un tournant dans l’évolution de l’Austin Healey avec l’apparition du premier modèle à six cylindres. (Article & Photos)

Renault Floride – Caravelle (1959-1968)

En coupé, cabriolet ou convertible avec hardtop, la Floride marque le retour de l’automobile plaisir chez Renault, cantonné dans la voiture populaire depuis 1945. Elégante et raffinée, mais aussi accessible, la Floride séduit lors de sa présentation au Salon de l’Automobile de Paris 1958. Sa marraine n’est autre que l’icône cinématographique de l’époque, Brigitte Bardot. (Article & Photos)

Saab 95 (1959-1978)

En 1959, pour la première fois de son histoire, Saab diversifie son offre commerciale autour de son modèle de base en proposant son premier break familial. La marque, qui ne s’était jamais aventurée dans ce segment, présente la Saab 95, développée sur la base de la Saab 93. Les chiffres de l’année justifieront le bienfait des lourds investissements entrepris avec 12 000 Saab 93 exportées vers le continent nord-américain. (Article & Photos)

Pontiac Plexiglas Deluxe Six Ghost Car (1939)

En 1939, la Pontiac «Ghost Car», la Voiture Fantôme, fut la première de l’histoire des États-Unis à recevoir une carrosserie entièrement transparente, conçue par le designer Norman Bel Geddes. Elle a coûté environ 25 000 $ US à l’époque alors que la même année, aux États-Unis, les concessionnaires Pontiac  offraient la berline Deluxe Six à partir de 922 $ US ! (Article & Photos) 

Aston Martin Lagonda (1974-1990)

Au London Motor Show d’octobre 1976, l’Aston Martin Lagonda Serie 2 rencontre un franc succès. Cependant, il faudra s’armer de patience pour se faire livrer la voiture la plus chère du monde car la nouvelle venue est composée de pièces très peu utilisées. Sa structure et ses trains roulants lui sont spécifiques sans parler de son équipement d’affichage d’informations par LED avec commandes tactiles, complètement inédit à l’époque. (Article & Photos)

Chevrolet Corvair (1960-1969)

La Chevrolet Corvair, bien que « hors de l’ordinaire » par son allure et sa conception, est l’une des représentantes les plus significatives des compactes que les constructeurs américains se sont empressés de produire au début des années soixante pour réagir contre l’invasion dangereuse des petites voitures européennes.  (Article & Photos) 

Peel P50 (1962-1965)

La Peel P 50, certifiée par le livre Guinness des records comme la voiture la plus petite du monde, a été construite par Manx Peel Engineering Company entre 1962 et 1965. Cette insolite voiturette d’une longueur de 137 cm, d’une largeur de 104 cm et d’une hauteur de 120 cm, ne pèse que 60 kg, n’a qu’une seule porte, une seule place et un espace suffisant pour y déposer son shopping bag. (Article & Photos) 

Renault 6 (1968-1980)

Dès 1965, la Régie Renault dirigée par Pierre Dreyfus planche sur une voiture à mi-chemin entre la rustique et rurale Renault 4 et la routière Renault 16 aux ambitions bourgeoises. La nouvelle venue pourra aussi remplacer au passage la Dauphine vieillissante. Ce projet n°118 est dévoilé sous le nom de Renault 6 lors du Salon de l’Auto à Paris en octobre 1968. Avec son hayon et sa banquette arrière repliable, elle se montre très pratique. (Article & Photos)

Ford Mustang (1964-1973)

Le 17 avril 1964, Ford présente à la Foire mondiale de New York sa Mustang destinée à séduire les jeunes baby-boomers. A l’origine du projet, l’emblématique Lee Iacocca, directeur commercial de Ford, avant d’en devenir président, qui a lancé le concept d’une compacte d’allure sportive vendue à un prix de base raisonnable mais personnalisable aux desiderata de son acquéreur grâce à la multitude d’options et de motorisations proposées. (Article & Photos)

Opel Rekord D – Commodore B (1972-1977)

En janvier 1972, Opel présente ses nouvelles Rekord. Le style général est dynamique avec une ceinture de caisse abaissée et de larges surfaces vitrées éliminant pratiquement les angles morts. Ce style aéré est encore plus affirmé sur l’élégant coupé. Outre la berline et le coupé sportif, la Rekord est disponible en break 3 ou 5 portes plus une fourgonnette trois portes, sans oublier la Commodore, la version sportive et luxueuse de la Rekord. (Article & Photos)

Renault 18 (1978-1986)

Promoteur et champion de la 5ème porte, Renault étonne le public en commercialisant le 7 avril 1978 la très traditionnelle Renault 18. La Régie est convaincue que chaque constructeur se doit de posséder un modèle très classique dans sa gamme, d’autant plus qu’à cette époque, les voitures à coffre séparé représentent 52% des ventes en Europe. Bien vu, la Renault 18 sera la voiture familiale la plus vendue en France au début des années 1980. (Article & Photos)

Messerschmitt KR 175 – KR 200 (1953-1964)

Au Salon de l’automobile de Genève de 1953, est présentée une voiturette à trois roues, mise au point par l’ingénieur Fritz Fend. Ce scooter à cabine, inspiré par l’aéronautique, correspond aux attentes d’une Allemagne démunie après la défaite. La KR de Messerschmitt, surnommée Karo, devient très vite une voiture populaire dès son lancement et le témoin d’une Allemagne en pleine reconstruction.  (Article & Photos) 

MG Midget TD - TF (1950-1955)

Lancée le 18 janvier 1950, la MG Midget TD connaît un succès très rapide. Contrairement à la TC qu’il remplace, le nouveau roadster de la firme d’Abingdon est proposé avec le volant à droite ou à gauche suivant le pays destinataire. La MG TD bénéficie en plus de la dévaluation de la livre sterling de septembre 1949, qui en passant de 4,03 dollars à 2.80, donna un coup d’accélérateur aux exportations, dont le nombre doubla par rapport à 1946. (Article & Photos)

Delaunay-Belleville O-6 Torpédo Rothschild (1912-1916)

Considérée comme la marque automobile française la plus prestigieuse du début du XXe siècle, Delaunay- Belleville se démarque par ses voitures au radiateur rond à la finition extrêmement soignée, absence de vibration du moteur et silence de fonctionnement. En 1911, la fameuse bande à Bonnot exécuta son premier braquage de banque au volant d'une Delaunay-Belleville, premier acte criminel de l'histoire au volant d'une automobile. (Article & Photos)

Ford Taunus 17M/20M P 5 (1965-1967)

A l’automne 1964, Ford choisit Paris de préférence à Francfort pour présenter les Taunus de la nouvelle génération P5. Les nouvelles venues bénéficient d’une calandre bombée intégrant les phares mais conservent les flancs concaves et les pare-chocs incurvés des Taunus P3, ce qui préserve une continuité entre les deux générations. (Article & Photos)

Chrysler LeBaron (1976-1994)

LeBaron, l’un des carrossiers les plus prestigieux des Etats-Unis, entre dans le giron de Chrysler en 1953, longtemps après avoir carrossé les plus luxueuses Chrysler Imperial. De 1955 à 1975, la griffe LeBaron est alors apposée aux hauts de gamme Imperial devenue une marque indépendante du groupe. Lors du millésime 1977, Chrysler choisit de nommer sa berline moyenne LeBaron. (Article & Photos)