Simca-Chrysler 1307 / 1308 / 1309 / Talbot 1510 (1975-1982)

Récompensées par des distinctions honorables, les Simca Chrysler 1307/1308 ont réussi un parcours intéressant et gratifiant d’autant plus remarquable qu’il s’effectuait dans un profond malaise identitaire, de restructurations à répétition, impliquant plaies sociales et commerciales débouchant sur un avenir sombre qui verra le nom de la marque Simca s’éteindre à tout jamais. (Article & Photos)

Opel Corsa (1982-1993)

Présentée au Salon de Paris en octobre 1982, la Corsa est le nouveau modèle proposé par Opel qui se lance à son tour dans le segment des petites voitures. Assemblée exclusivement dans l'usine spécialement créée pour elle à Saragosse en Espagne, la Corsa bénéficie d’un succès franc dès sa commercialisation grâce à sa qualité de fabrication qui lui assure une fiabilité et une longévité remarquables pour une petite voiture. (Article & Photos)

Tatra T 87 (1936-1950)

En 1934, la firme tchèque Tatra présente la T 77, une automobile d’une extraordinaire modernité, qui émane d’une réflexion sur l’aérodynamisme en matière de carrosserie automobile. Cette voiture s’avère aussi atypique sous le capot avec son moteur refroidi par air, placé en porte-à-faux arrière. La T 87 est son évolution en 1936. (Article & Photos)

Triumph TR6 (1969-1975)

Après les évolutions mécaniques apportées sur la TR5, pour assurer la pérennité de sa gamme TR, Triumph fait appel à la firme allemande Karmann pour moderniser le dessin de Michelotti qui commençait à dater. Performances et budget accessible donneront à ce roadster britannique de Canley un succès encore plus grand que ces prédécesseurs au niveau des ventes. (Article & Photos)

1959 Pontiac Catalina Convertible

Volkswagen Combi (1950-1979)

Symbole d’une jeunesse en quête de liberté et d’aventures, le VW Combi s’est imposé comme le véhicule préféré des routards des années 1960 pour les emmener aux quatre coins du monde. D’une solidité proverbiale, le Combi est aujourd’hui une légende roulante, considéré comme l’ancêtre des camping-cars. (Article & Photos)

Volvo 240/260 (1974-1993)

A l’automne 1974, Volvo introduit la série 200 qui prend le relais de la série 140. L’allure générale de ce véhicule familial respecte les valeurs de robustesse et de praticité établies par le constructeur scandinave. Plus encore, la firme suédoise continue de se démarquer avec sa politique de sécurité passive. La nouvelle Volvo hérite d’une multitude d’éléments de sécurité novateurs, issus d’un concept-car présenté deux ans plus tôt. (Article & Photos)

Zaz 965/966/968 (1960-1994)

Au milieu des années 1950, les dirigeants du parti communiste soviétique veulent offrir à leur peuple bien oppressé, une voiture populaire qu’il n’aura pas les moyens de s’offrir. Malgré des cadences de productions faibles, dues à son assembleur jusque–là spécialisé dans le matériel agricole, elle s’exportera, cette Zaz, dans les autres pays socialistes et certains de l’Occident pour rapporter des devises.  (Article & Photos)

Audi Prototype Jaray (1933)

Dans les années 1920, bien avant tout le monde, un certain hongrois du nom de Paul Jaray s’intéressa à l’aérodynamique automobile. Un de ses prototypes avait été conçu pour Audi au début des années 1930. Bien que rejeté à l’époque, la marque allemande se culpabilise maintenant de ne pas l’avoir produit et le réhabilite en l’intégrant dans son héritage. (Article & Photos)

1960 Pontiac Catalina Hardtop Coupe

Renault 8 (1962-1973)

En 1962, Renault présente la moderne R8, au look audacieux et cubique, qui en dépit de son aspect compact, offre une étonnante habitabilité. Techniquement, elle est la première voiture de très grande série à disposer de freins à disque sur les quatre roues. Mais le meilleur de la R8 apparaît en octobre 64 avec une version rageuse et musclée, la Gordini, qui rendra accessible à toute une génération le plaisir de la conduite sportive.(Article & Photos)

Plymouth XNR (1960)

Dès le début des années 1950, Virgil Exner, chief designer du groupe Chrysler, collabore avec Ghia, le renommé carrossier turinois pour la réalisation d’extravagants concept cars. Un exemple, cette unique Plymouth XNR présentée en 1960. Ce biplace futuriste, que l’on pensait détruit, était en fait secrètement caché. Cinquante ans plus tard, il refait surface fraîchement restauré.  (Article & Photos)

Les Croisières d’André Citroën

Chassé de Russie lors de la révolution bolchévique, l’ingénieur français Adolphe Kégresse, directeur du corps impérial des transports motorisés du tsar Nicolas II, retourne au pays et soumet à André Citroën, un brevet d’autochenille. Le jeune constructeur comprit vite l’importance stratégique de ce système et eut une idée de génie pour la prouver.(Article & Photos)

BMW E1 (Z11 & Z15) (1991–1993)

En 1991, au Salon de Francfort, BMW présente le concept E1, une nouvelle étude de voiture électrique. Suite aux retours positifs de la nouvelle batterie NaS, les ingénieurs se sont concentrés sur des performances adaptées au quotidien, une autonomie acceptable, assez de place pour quatre personnees et des bagages ainsi que la conformité à des normes de sécurités élevées et un poids aussi réduit que possible (Article & Photos)

Allard L-Type (1946-1950)

En 1936, le pilote britannique Sydney Allard fonde sa propre firme pour construire artisanalement des voitures de sport qu’il dessine et pilote lui-même. Après la Seconde Guerre mondiale, il poursuit son aventure avec des modèles qui ne sont pas exclusivement réservés à la compétition et qui associent la puissance des américaines à la carrosserie des européennes. (Article & Photos)

Mormon Meteor III (1938)

Depuis 1925, sur l’immense lac salé de Bonneville dans l’Utah, sont organisées des courses de vitesse pour établir des records. Ab Jenkins préfère s’attaquer aux records d’endurance. Il faut dire qu’Ab Jenkins possède une résistance peu commune au volant d'un véhicule. Il peut conduire plus de 24 heures sans même sortir de son bolide pendant que ses concurrents se relayent à plusieurs pour effectuer les mêmes tentatives. (Article & Photos)

BMW M1 (1978-1981)

Un formidable trio de géniteurs réalisa la BMW M1, présentée au Salon de Paris en 1978. Pour la première fois, Ital Design de Giugiaro assurait le montage de la carrosserie qu’il venait de créer sur un châssis en provenance de Lamborghini, grand spécialiste des voitures à moteur central. Quant à BMW, son savoir-faire en matière de moteurs n’était plus à démontrer. (Article & Photos)

Saab 9000 (1985-1998)

En 1979, Saab et Fiat signent un accord limité uniquement au développement d’un modèle haut de gamme. Ce projet donne naissance en Italie à la Fiat Croma et en suède à la Saab 9000, qui, toutes deux, bénéficient de la même plate-forme. Mais au final, la scandinave se révèle une toute autre voiture avec les qualités propres à la marque nordique au niveau de la fabrication, de la sécurité passive pointue, et de la puissance du turbo. (Article & Photos)

Jaguar Type E Série I (1961-1967)

En 1961, la Jaguar E fait sensation. Époustouflante, rapide, au look sensuel, la Type E devient un des symboles des swinging sixties, comme les Beatles ou la mini-jupe. Couronnant l’influence de la culture britannique sur l’Europe, elle permet d’accéder à un authentique plaisir automobile pour un prix relativement peu élevé en se mettant à la portée d’un grand nombre. (Article & Photos)

Bugatti Type 57 (1933-1939)

A l’exception de l’Atalante et de l’Atlantic, les Bugatti Type 57, couramment appelées 3.3 litres à l’époque et destinées au Grand Tourisme sportif, portaient des carrosseries officielles aux noms de grands cols européens : la Galibier pour la 4 portes sans montants, la Ventoux pour le coach deux portes, l’Aravis pour le cabriolet 2 places et la Stelvio pour le cabriolet 2 + 2. (Article & Photos)